Imaginarium Index du Forum

Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri?

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 1 Aoû 2013 - 15:17    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Jour 1
Après Midi


-Endroit ouvert à l'intention du personnage de Lannis, bureau privé du plus grand photographe de Metropolis: Lucas Alvarsson-
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Aoû 2013 - 15:17    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Luciole


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 1 Aoû 2013 - 16:04    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Je tendis la lettre au clone qui me servait de chauffeur. Il hocha la tête en lisant l'adresse et nous nous mîmes immédiatement en route. La tête appuyée contre la vitre, j'observais les grandes demeures défiler en fredonnant de vieilles chansons. J'avais très hâte d'arriver et de poser. Même si c'était pour l'entreprise de mon père, au moins cela me donnerait il peut être l'occasion d'être plus reconnue pour ma beauté fantastique.

Lucas Alvarsson était le plus grand photographe de Metropolis tout entier ! Et il allait me photographier ! Lui ! J'étais à moitié heureuse et à moitié certaine que de toute façon, cela aurait dus se passer un jour ou l'autre. Le plus grand photographe photographie la plus belle fille. C'est dans l'ordre des choses après tout.

A 14h35 j'étais devant l'immeuble. L'histoire du message mystérieux m'avait complètement échapper et je soupirais d'aise à l'idée de devenir mannequin un jour, qui savait. Je me rendis jusqu'au bureau du photographe, presque intimidée mais certaine que mon visage lui plairait et qu'il trouverait des centaines de poses dans lesquelles je serait en valeur.

Je toquais et entrait immédiatement sans attendre de oui. J'étais largement supérieure à cet homme de toute façon, puisque j'étais belle et intelligente et lui n'était doué que pour la photographie. Je n'avais pas à le respecter. C'est en pensant à cela que j'entrais dans la pièce.
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 2 Aoû 2013 - 03:53    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Le maître de l'image releva un regard plutôt froid vers la jeune fille qui osait pénétrer son antre. Sur ses murs, les photos de toutes les mannequins les plus célèbres et les plus jolie de la dernière décennie y étaient. Lucas Alvarsson était de ces types qui contemplait leur propre talent avec une bonne dose d'orgueil et que l'on entre comme ça dans son domaine, fille affreusement riche ou non, il s'en balançait. Son assistante, une jeune femme début trentaine, s'avança vivement pour prendre parole et éviter toute friction diplomatique entre ces deux personnes pleines d'égo.

-Mademoiselle Ilmaeta, c'est un honneur pour moi de vous accueillir. Monsieur Alvarsson n'a pas terminé ses préparatifs, je vous prie de me suivre, nous avons préparé une pièce à votre intention.

Lannis était ressortie du bureau grandiose aussi vite qu'elle y était rentrée, il fallait croire que bien qu'elle était "supérieure" au reste, on ne pouvait pas toujours lui accorder tous ses caprices. La jeune femme professionnelle et réservé se présenta sous la simple prénom de "Claire", n'ennuyant pas la jeune femme avec des détails personnel probablement très inintéressant pour une personne de son caractère. Claire allait aider Lannis aujourd'hui en l'introduisant aux autres membres de l'équipe qui étaient chargé de livrer la publicité la plus réussi depuis fort longtemps. Le contrat avait été payé très, Très cher par Marcus. Habituellement, Lucas ne photographiait que le top du top... Mais pour une valise pleine d'argent et un contrat de pub pour une des familles les plus riches, il pouvait bien faire rêver une jeune fille en posant son objectif sur elle.

Les deux femmes arrivèrent dans une salle blanche où quelques décors étaient pré-monté auprès des murs. Une costumière, un éclairagiste, une maquilleuses, un coiffeur, et on en passe, attendaient le dos droit sans oser regarder la jeune femme. Elle était à l'instant même la diva de cet endroit. (Après Lucas, qui était le maître incontesté de son art) Tour à tour, Claire présenta les gens par leur poste mais ne porta pas attention aux prénoms. Lannis n'avait pas à apprendre tous ces prénoms, elle s'occuperait de faire l’intermédiaire entre elle et eux.

Les préparatifs commencèrent alors qu'une odeur de plat haute qualité commençait à flotter dans l'endroit. Il y avait fort à parier qu'un cuisinier cuisinait dans une des salles adjacentes les plats qui allaient partager la vedette avec Lannis. La costumière présenta pour sa part à Lannis une sorte de petit uniforme à mis chemin entre un uniforme d'hôtesse de l'air et une allure angélique. "Volaille Ilmaeta& Alfieri, le billet d'un envol vers le paradis" N'étais-ce pas leur dernier slogan? On coiffa la jeune femme à l'aide de plume synthétique, lui laissa enfiler dans une salle adjacente l'uniforme d'hôtesse et reprirent ensuite la décoration avec des plumes ainsi qu'une petite paire d'aile dans le dos. Quand l'attirail fût terminé, des plats divers furent déposé sur une table adjacente à la disposition de la rouquine et le photographe entra pour prendre place sur son tabouret. Pour la première fois il ouvrit la bouche afin de parler depuis l'arrivée de celle-ci.


-Allez, fais-nous rêver, montres-nous ce dont tu es capable pour séduire Metropolis.

La séance photo commença, Lannis avait champs libre sur les décors de fond et les plats choisis.

-Décors: 1)Porte du paradis 2)paysage urbain Metropolis embellit 3) Cuisine de luxe

-Plats: 1) Très petit filet (de caille probablement) dans une sauce demi glace, 2) Coq grillé en brochette, 3) un soufflé à la viande de colombe
Revenir en haut
Luciole


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 5 Aoû 2013 - 16:02    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Quand j'entrais, je dus immédiatement choquée par le regard froid du photographe. Celui ci n'avait pas vus que j'étais la plus belle fille de Métropolis ou cachait il ses impressions? La deuxième option était surement la bonne. Une femme qui était certainement son assistante m'aborda. Je ne prêtais que très peu attention à ses propos qui me passaient totalement au dessus de la tête. C'était sûrement une femme bien moins riche que moi, je n'avais donc rien à lui dire.

D'être aussi rapidement éjectée du cabinet du photographe ne fut pas pour me plaire mais je suivis tout de même la femme, la tête haute, comme toujours. C'est à peine si je retenais son prénom. Claire. Un prénom banal, complètement inintéressant, comme la personne qui le portait d'ailleurs. Personne ne portait mon prénom. Lannis était le gage de mon originalité et de tout ce que j'avais de si parfait en moi. Claire donc, eu la décence de ne pas m’embarrasser de détail. Sans doute était ce sa seule qualité à cette femme qui subirait bientôt les affres de la vieillesse comme en témoignait les très légères rides au coin de ses yeux qui se transformeraient dans une dizaine d'années en pattes d'oies plus marquées.

Moi je suis en plein milieu de la jeunesse, fraîche, le visage lisse, et ce pour longtemps encore. Je n'avais pas finis de m'embellir, et certainement qu'à 20 ans, l'âge qu'on nomme l’apogée de la beautés, mon visage aurait de quoi faire tomber les hommes les plus durs à séduire.

D'autres personnes attendaient dans la pièce, le personnel que Claire me présenta rapidement. Tous des gens aussi insignifiant les uns que les autres, je ne prêtais même pas attention à leur poste. Je le saurais bien assez tôt puisqu'ils étaient là pour me mettre en valeur. A vrai dire, ils ne servent à rien. Je suis déjà bien assez jolie comme ça, sans avoir besoin qu'on me rende plus belle encore. Et l'objectif de ce photographe ne saurait me rendre que plus belle encore. Que demander de plus qu'être moi, à vrai dire? Avec l'argent ma beauté et mon intelligence, il me semble en cet instant que tout me sera possible et que même mes rêves les plus fous seront réalisés.

Habillée dans l'uniforme qu'on m'avait tendus et coiffée de plumes blanches, je réfléchissais au meilleur profil que le photographe pourrait avoir tandis que l'on me posait des ailes blanches dans le dos. L'homme qui s'occupait des décors m'en présenta trois ; une scène toute blanche, représentant les portes du paradis, épurée mais magnifique tout de même, une photo de Métropolis maintes fois modifiées afin de donner l'impression d'une ville bien plus belle que ce qu'elle était à l'origine et une cuisine luxueuse agencée au mieux, toute de noire et de blanc. Je choisis sans hésitation les portes du paradis, pensant que cela correspondrait parfaitement aux deux très jolies ailes que j'arborait à présent avec fierté.

Puis on me proposa alors trois plats ; de petits filets de caille dans une sauce fortement appétissante, du coq grillé en brochette qui laissait échapper un fumet délicat et un soufflé à la viande de colombe savamment décoré. Le soufflé me semblait le plus appétissant, je choisis donc de trôner à ses cotés sur la photo.

Quand ce fut enfin à moi de montrer comment je pouvais faire resplendir ma beauté, je tentais de tout les moyens possible de me montrer du mieux que je pouvais être. Bien sur ce ne fut pas très difficile mais je m'appliquais tout de même à prendre de jolies poses et à regarder l'objectif avec la plus belle expression que je pouvais m'efforcer de faire. Il fallait aussi que je pense que je devais vanter le produit et non ma propre personne mais je ne pus m'empêcher de prendre certainement un peu trop de place.
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 6 Aoû 2013 - 05:00    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Lorsque la séance photo commença, le silence fut. Toute l'équipe de préparation s'était reculé dans le fin fond de la pièce: c'est connu, il faut laisser Lucas et son modèle tranquille, c'est sacré. Le photographe guidait sommairement les mouvements de la jeune femme, donnant parfois un commentaire du genre: "Plus audacieuse!" ,"Oui comme ça" ou encore "un peu plus vers la droite!".

Bien que la jeune femme avait été horriblement arrogante de rentrer dans son propre bureau, Lucas lui donnait un point: elle avait beaucoup de volonté et d'assurance. C'est une chose qui manquait régulièrement aux modèles dans leur début, il appréciait la part plus piquante de son caractère pour cette raison. Dé-gêner un modèle était un processus long et ennuyant dans lequel il fallait beaucoup de tact. Du tact, il en avait eu, mais maintenant il n'en avait plus. La vanité avait tout bouffé il faut croire.

Un bon moment passa après quoi le fameux Alvarsson se rendit compte que les plats étaient peu de l'avant. Il faisait une pub de viande de volaille, pas de leur fille. Arrêtant un moment les clichés, il se redressa avec cet air remplit d'auto-suffisance qui le caractérisait tant.


-Il serait une bonne idée de tenir les plats un peu plus en avant de vous, voir, j'apprécierais si vous preniez une bouchée ou deux, c'est le genre de photo qui met en confiance les clients.

Le photographe allait continuer son explication sur la publicité mais avant même que Lannis puisse imaginer prendre une bouché ou écouter cet homme, le cuisinier apparu soudainement, le torse bombé et le regard brillant de défi.

-Je vous interdis de faire manger de la viande synthétique à mademoiselle Ilmaeta! Je cuisine pour sa famille depuis des années et jamais un Ilmaeta ne mettra un morceau de fausse viande dans sa bouche, encore moins cuisiné par moi! J'avais des doutes lorsque j'ai vue vos ingrédients.. mais voilà!

Le cuisinier en question jeta un paquet de viande synthétique sur la table adjacente à lui-même, un air de défi sur le visage. Il pointait impérieusement de l'index l'emballage de viande synthétique.

Un cuisinier? Lannis ne l'avait probablement jamais vue... D'ailleurs, pourquoi n'était-il pas un clone? Une raison bien simple, un clone dominé ne sait pas être créatif et la cuisine tout comme la couture ou la photographie demande d'être créatif. Qui plus est, prendre des cours de cuisine coûte une fortune en ingrédient. Cet homme était très probablement un homme du 7.

Dans tous les cas, face à cette déclaration, le silence fût dans la salle... Quel embarra! De la viande synthétique concurrente pour vendre les viandes Ilmaeta&Alfieri? Le photographe en question fit signe d'approcher à une de ses assistantes et la gifla d'un coup sec du revers de la main. La fille en question bredouilla des excuses à propos de la confusion sur la viande et sortie de la pièce les larmes aux yeux. De retour aux affaires, le photographe regarda Lannis calmement. Congédier chez Alvarsson pouvait s'avérer très humiliant, la preuve venait d'arriver.


-Je vous prie d'excuser ce contre-temps. Si vous le désirez, je met une de mes assistantes sur l'achat de vrai viande et votre cuisinier vous fera un plat digne de vous.

Il préférait être mielleux un brin pour se prendre les bonnes grâces de la jeune femme après le faux pas.

-Pendant ce temps nous pourrons élaborer d'avantage de cliché pour vous et en guise d'excuse je vous propose de faire un album collection sur cette session photo, à mes frais, évidemment. Il vous sera par la suite offert en cadeau, gracieuseté de mon entreprise. Alors, désirez-vous qu'une de mes assistantes aille chercher de la véritable viande de colombe Ilmaeta? Ou peut-être un des autres choix? Les trois au cas où?
Revenir en haut
Luciole


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 8 Aoû 2013 - 09:37    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Je continuais à enchaîner les poses, toujours aussi belle, je dois le dire. Cependant quand le photographe me demanda de mettre les plats en avant, je fus presque vexée. Cet air suffisant était totalement irrespectueux face à une personne comme moi. Toutefois je me pliais à sa demande, la rage au coeur. Ce photographe me déplaisait de plus en plus. Alors que j'allais prendre une bouchée, le cuisinier s'interposa prestement.

Il protestait que c'était de la viande synthétique que je m’apprêtais à manger et avança la preuve de ce qu'il avait dit. De la viande synthétique ! C'était une honte! Un scandale! Je m’apprêtais à l'instant à répandre la nouvelle autour de moi pour faire basculer l’autorité de ce personnage méprisable qu'était ce photographe qui premièrement ne m'estimait pas à ma juste valeur et deuxièmement me forçait à manger des aliments de mauvaises qualités !

Sans un regard de remerciement pour le cuisinier, je me tournais avec un regard froid et plein de suffisance vers Alvarsson. Je le vis gifler une assistante, ce devait être la responsable de la bévue et je ne pus m'empêcher de laisser échapper un petit sourire satisfait. Toutefois je tenais à ce que l'on trouve un moyen de régler cette affaire, et à mon avantage.

Quand Alvarsson proposa d'aller faire acheter de la vraie viande, j’acquiesçais froidement. Quand à la proposition de cet album de collection, elle me fit presque immédiatement oublier mes griefs à l'encontre de ce détestable photographe. Avoir un album me représentant en photo chez moi, cela me semblait quelque chose qui prouvait bien ma valeur inestimable.

Je le placerais peut être bien en évidence sur l'un des buffets de la salle à manger pour que les invités, l'oeil attirés par un livre, le feuillette et se rendent compte de ma célébrité et de mon succès.


La viande de colombe suffira. Les trois serait sûrement trop pour vos incapables d'assistantes.

Sur ce je congédiais d'un signe de tête le cuisinier qui était à mes ordres puisqu'il travaillait chez mes parents.
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 8 Aoû 2013 - 12:38    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Quelques assistantes s'étaient regardées entre elles avec une forme de malaise. Plusieurs d'entre elles avaient bel et bien vue le sourire de la jeune femme. Lucas et cette Lannis allaient de paire probablement, ils avaient tout deux un caractère très peu humain avec une couche de caprice qui leur donnait le "droit à tout". Pourtant, aucune d'elle ne protesta ou s'interposa, elles ne voulaient pas risquer leur emploie. Aucune ne fut choisit pour y aller dans le groupuscule qui n'avait pas été présenté à Lannis, pas assez importante. Ce fut Claire qui pris ses affaires et s'acquitta d'aller chercher la viande: Ils n'avaient pas droit à deux bévues, la première coûtait assez cher au photographe.

Remaniant ses employés, Lucas mit à la disposition de Lannis tout l'ensemble de son équipement pour son fameu album: Vêtement sport, tenue de soirée, pyjama de luxe, ainsi de suite. Il y avait avec cela une foison de décor: fausse végétation, décor urbain, décor intérieur, décoration de théâtre de l'ancien monde... On ouvrit même à celle-ci les portes de d'autres pièces du studio de photographie. L'une d'entre elle était la réplique artificielle d'un décor extérieur, une chute d'eau et un fragment de forêt. Bien entendu, tout était toc, mais ce décor donnait pratiquement l'impression d'y être. Il avait été utilisé pendant plusieurs années pour le parfum "Wild", après quoi, le décor avait probablement été gardé puisqu'il était magnifique de base. L'équipe tout entière était prête à la dé-costumer et la costumer à ses moindres désirs. Le photographe, sans Claire, devait donc suivre et traduire les ordres de celle-ci à l'équipe. Il ravala son orgueil et fût à la disposition de Lannis pour le temps qui suivit. Alors qu'ils passaient d'une pièce à l'autre, le bulletin télévisé du jour passait à la télévision ouverte dans une ère d'attente. Ils purent voir ceci:


[/u][/font][/color][/size] [/justify]

"Aujourd’hui un mutant dangereux fût exécuté. Grâce à la vigilance accrue de nos forces publiques, cette mutante femelle fût tuée avant que tout dommage n’a été fait."

La télévision montre une femme avec la gueule remplit de dent acérer rugir vers une caméra qui est probablement posé sur le révolver qui la pointe. Sans trop de manière, une balle lui est envoyée dans la tête et un véhicule scientifique de l’organisation vient prendre ce qui reste. Dans les bras de celle-ci, un colis enroulé de tissu bleu est vue brièvement. La manière dont les choses sont présentées, il semblerait que l’on laisse croire que le colis était un objet dangereux ou une bombe. Cependant, alors que la reporter tiré aux 4 épingles arrosait l’Organisation de félicitation doucereuse, le poste de télévision fût bloqué. Un écran noir démontrant une silhouette de la ville en blanc apparu, ceci était le symbole récurent des hack de ID lorsque celui-ci endossait le rôle de journaliste choc.
"Citoyens, on vous ment, commença la voix artificielle masculine de ID. Cette femme n’était pas une terroriste, ni une dangereuse criminel. Insupportant le mensonge qu’ils tentent de vous assimiler, voici la vérité qui a été caché derrière un angle de caméra. Peuple de Metropolis, n’oubliez pas qui est votre véritable ennemi."
Maintenant vue d’un autre angle, la même scène commence plus tôt, probablement prise d’une caméra de surveillance. La femme cours avec le paquet bleu dans ses bras, l’air tout à fait normale. Un petit bout de tête dépasse un instant le tissu pour se recacher au creux des bras de ce que l’on peut maintenant supposer sa mère vue les oreilles étrange de l’enfant. Une seconde à peine ensuite, les clones militaires sortent pratiquement de nulle part, l’un d’eux la poussant à terre et braquant son canon sur elle, canon qui doit être celui qui a prit la vidéo de l’Organisation pour les nouvelles. Une petite main sort du tissu dans un angle mort de la caméra du canon mais visible par celle d’ID et touche le visage de sa mère naïvement, l’enfant est probablement poupon. Déstabilisé, les larmes aux yeux, la mère resserre le tissu autour de son enfant et en dépit d’avoir une solution, rugit contre ses opposants en dévoilant ainsi qu’elle est une mutante vue sa dentition trop généreuse. Pourtant, ainsi, il est clair qu’elle ne pouvait rien faire sauf gronder, un peu à la manière d’une mère chatte acculé au mur avec son petit. La balle fit éclater la tête et le reste nous le savons tous.
La voie d’ID reprit par la suite, le fond noir avec la silhouette de la ville en blanc s’affichant de nouveau, énonçant son fameux slogan.
«Organisation, je suis ID, je suis libre et je suis sans couleur. Vous ne me dominez pas, je ne suis personne et tout le monde à la fois. Appréhendez-nous, car nous vaincrons un jour. Liberté, Metropolis


Une assistante se dépêcha d'aller fermer la télévision pendant qu'ID tentait de montrer la vérités. Ce serpent, être malfaisant qui tentait de reprocher à la haute des vices qu'ils n'avaient pas, ne devait pas importuner l'héritière de la fortune Ilmaeta.

Le photographe pour sa par secoua la tête avec mépris marmonnant quelque chose du genre:


-Ce type se fera tuer un jour, c'est certain.

Claire ne revînt que deux heures et demi plus tard avec un paquet de viande sur mesure de la fabrique Ilmaeta. La boucherie avait insisté d'offrir une viande au maximum frais pour servir la fille des copropriétaires. Elle avait dont dût attendre qu'ils fassent toute la besogne de zéro pour obtenir sa viande. Le paquet portait une étiquette de contrôle de qualité d'Ilmaeta&Alfieri. Cette fois-ci, pas de doute, la viande allait être sublime. Le cuisinier vînt chercher le paquet et se mit immédiatement au travail pendant que Lannis pouvait terminer ses dernières pauses. Après quoi, ils pourraient terminer sa session photo avec Lucas et serait entièrement libre de faire bon lui semble.


[HJ: Lannis a environ le temps pour 40 photos professionnelles. Tu as le champ libre complet sur les photos, ses contenus et ses déguisements(La limite est ton imagination). Quand Lannis change de costume, elle perd environ le temps pour une photo. Quand Lannis change de décor, elle perd environ 3 photos. Donc si Lannis, par exemple, change 3 fois de décor et 4 fois de costume (supposant qu'elle désire 2 sortes de costume dans un décor) elle perd donc (3x3)+4=13, elle ressort avec 17 photos. Changer du costume angélique coûte 1 costume mais le premier décor est gratuit. Pas besoin de tout me décrire si tu ne te sens pas inspirée :P Si tu me décris, je t'utiliserai éventuellement dans ton aventure.]
Revenir en haut
Luciole


Hors ligne





MessagePosté le: Sam 17 Aoû 2013 - 22:01    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

Je fus choquée qu'on ose ainsi pirater la chaîne de télé. Je n'avais pas écouter un seul des mots proférés par cet immonde arnaqueur. Je préférais prier pour qu'il se fasse tuer.

Au fond j'avais peur mais j'étais bien trop arrogante pour me l'avouer. Peut qu'un homme un jour puisse tout chambouler, que je perde ma richesse, mes parents, mon avenir, tout. J'avais peur de ne rien pouvoir faire et de perdre le contrôle de ma vie sous les coups de fusil de plus fort et de plus puissant que moi. Mais bien sur tout cela été enterré si profond que moi même je n'en avais aucune idée.


Stupide.

Je prêtais alors attention à autre chose, mes photos. Je choisis de prendre une photo dans le même costume angélique. Cependant le premier décor que je choisis fut tout autre.

Je choisis un décor représentant deux pics atteignant presque le ciel, enneigés et majestueux. Les nuages encerclaient les montagnes, leur créant comme deux auréoles. Je pris deux photos ainsi avant de changer de tenue et de choisir un short et un débardeur à la Lara Croft (une très ancienne personnage de jeux vidéos).

Puis je changeais de décor et choisis une forêt claire et verte printanière, orné d'une clairière fleurie et agréable. Sans changer de costume je pris plusieurs photos ainsi avant d'opter pour une très légère tenue à l'apparence plutôt elfique.

Le prochain décor était plus sobre, ce n'était qu'un intérieur agrémenté d'un lit, je pris une petite tenue aguichante et pris 4 photos en prenant des poses suggestives. Puis je changeais de nouveau de tenue pour mettre une superbe robe de bal que je portais dans le décor suivant qui représentait une soirée cocktail distinguée.

En tout, j'avais fait 17 photos et je n'étais pas peu fière du résultat


[Hrp : désolé si c'est court, j'accuse le coup après 8 jours sans écrire, il faut que je me remette dans le bain ;) ]
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 20 Aoû 2013 - 03:26    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri? Répondre en citant

[ Aucun soucis, rappelles-toi: Metropolis est un jeu spontané et d'aventure, pas un concours de pavé. Ils viennent quand il sont naturel, pas besoin de faire du remplissage :-; De toute manière, un pavé inspiré est bien plus amusant à lire qu'un tas de mot vide mis là pour faire bonne figure.]


Le photographe s'exécuta de bonne grâce, du moins, il enterra un moment son air supérieur. Pourtant, il ne donna pas d'air ravie ou enchanté comme l'aurait fait rapidement tout le manoir Ilmaeta pour plaire à Lannis (ou ensorcelés par leur princesse sur-gâtée). Tous les clichées furent pris avec un grand professionnalisme et beaucoup de marge de manœuvre à la jeune femme, elle pouvait bien poser ce qui lui chantait pour un album personnel.

Le cuisinier était revenu un peu après la prise du dernier cliché, la viande de colombe remplissait déjà de son fumet l'endroit. Le plat fût apporté à la jeune femme rousse comme un offrande à une déesse de la part du cuisinier. Il se retira après coup alors que le photographe semblait prendre en pitié l'homme qui s'agenouillait ainsi devant ce qu'il qualifiait: un gamine avec l'égo un peu trop gros pour elle. D'ailleurs, Lucas reteint un sourire en songeant que si la jeune femme prenait du poids à l'équivalence de son égo, elle serait probablement une des obèses morbides les plus riche de Metropolis. Faisant fit de ses pensés peu élogieuse, il fit signe à Claire de faire reprendre le branle-bas pour les photos. Marcus y tenait réellement, il allait certainement honorer son contrat avec cet homme.

Ils y étaient, donc: Reprise du décor des portes du paradis et soufflé de colombe. Lannis devait donc mettre en valeur le plat et le déguster pour le bon plaisir de la haute gente de Metropolis. La session photo se passa plutôt bien après quelques essai, il obtint les clichés désirés.


-Nous avons terminé, merci pour votre temps, dit placidement Lucas Alvarsson. Vous aurez votre album dans les jours qui viennent. Merci, bonne fin de journée.

Le photographe sortie de la pièce, laissant Lannis être démaquillée et dé-costumée par l'équipe. Claire s'occupa de la reconduire à la sortie en la remerciant à profusion.


[Tu peux maintenant aller où que tu le désires avec ton personnage. Si tu cherches une sorte d'endroit: un club de nuit, un magasin de luxe, de vêtement, un coiffeur, peu importe, tu n'as qu'à me mp et je te proposerai des destinations. Si tu désires aller simplement dans les rues d'un niveau et te promener au hasard, tu n'as qu'à poster au dit niveau.]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: Paon et caille, le boum économique pour Ilmaeta&Alfieri?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.