Imaginarium Index du Forum

Bureau des Moeurs, Le scalpel japonais [Enquête Lisbeth]
Aller à la page: <  1, 2
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 21 Jan 2013 - 14:28    Sujet du message: Bureau des Moeurs, Le scalpel japonais [Enquête Lisbeth] Répondre en citant

Maintenant proche du temps béni où il pouvait partir (et donc reprendre son cigare tranquillement) il ralluma celui-ci tout en restant appuyé contre le mur de brique grise. L’écran de fumée rendit à nouveau le visage de Vendel sous l’ombre de son fédora et de la fumée combinée.

-Elles allaient de manière neutre, nous n’étions pas en guerre. Je crois, cependant, que la mort de cette prostitué causera remoud. Je ne connais pas leur fille, mais si celle-ci était surveillée, elle n’était pas seulement une pute. Je ne peux pas vous dire, nous on ne prostitue pas nos propres enfants, je ne peux pas en dire autant pour les japonais…rajouta le jeune baron avec une once de mépris. On vous enverra une note si les combats éclatent, je m’y attends pour ma part.

Un clone en lien avec l’unité de clone sur les archives nota toutes les demandes de Lisbon : les mutantes, les femmes humains + chez eux, voir s’il y a des clones au service. Lisbon donna congé à Vendel. Celui penchant la tête sur le coté et tenu légèrement le rebord de son chapeau en signe de salutation.

-Madame…

Il ne dit rien de plus et monta en voiture, Vendel et ses sbires avaient dégagé l’endroit, la nuit reprenait son cours pour eux.

Les ordres continuèrent à fuser : après avoir cherché des clones dans le clan, chercher s’il y a des signalements concordant au deux mutantes en général.

La voiture était prête, un mutant en charge de la sécurité de Lisbon se prononça à sa manière d’automate :


-De quelle manière désirez-vous leur rendre visite? Le quartier japonais semblera tout à fait normal, les recoins que nous avons des doutes sur leur repère seront hostile à notre venue, il y aura des échanges de feu. Le clan japonais n’est pas un clan allié à la cause de notre bon Gouvernement. J’attends les ordres de vos procédures pour continuer madame, il est de mon devoir de vous tenir en vie et les risque de mourir si nous y allons sans préparation sont de 7 sur 10. Le pourcentage est trop élevé pour vous. Si vous donnez l’ordre d’y aller quand-même, je m’y plierai.

Mise en contexte du clan japonais :
Réel clan criminel et pas nécessairement à la botte du Gouvernement, il est évasif, éparpillé et sur plusieurs niveaux à la fois. Le Gouvernement n’a pas assez d’information sur eux pour les dominer complètement et il reste donc beaucoup de zone inconnue dans leur structure et leur méthode. Contrairement à eux, les Clans Italiens sous l’actuel parrain Genovese, travaillent en accordance avec le Gouvernement pour faire leur magouille. Le clan japonais se situe dans une sorte de quartier asiatique peuplé par beaucoup d’innocent au niveau 6, c’est un clan très riche. Il y a rumeurs comme quoi plusieurs japonais de la haute sont impliqué et jouent double jeu, mais le Gouvernement et le Président ne désire pas trop toucher à ça, c’est pourquoi ils sont un problème si complexe, beaucoup de corruption interne. Ils ne sont pas spécialement contre le Gouvernement, mais ils ne sont pas de bon molosse obéissant. Errer dans les rues n’apporte aucun danger mais pour glaner des infos aussi précises que leur emploie du temps il faudrait :

-Leur collaboration (ce qui n’est pas acquis)

-Aller assez profond dans leur club ou installation pour côtoyer les criminels et non les civils (gros risque de fusillade+ ça ne serait pas bon pour Lisbon de créer une fusillade de ce genre, un des hauts japonais pourrait commencer à travailler contre elle dans la structure du Gouvernement)

-Une offre (ou offrande) pour amadouer un des membres. Ils travaillent ensemble mais sont moins porté sur la famille et le groupe que les italiens, un des chefs japonais peut en trahir un autre de force équivalente s’il le veut. Ses supérieur ne le réprimanderont pas, si celui qui a été trahi est vaincu, il était faible et si lui qui trahie se fait vaincre à son propre jeu, même conclusion.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 21 Jan 2013 - 14:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 21:56    Sujet du message: Bureau des Moeurs, Le scalpel japonais [Enquête Lisbeth] Répondre en citant

Le quartier japonais. De vieux souvenirs avec eux. Dans mon esprit, je voyais mes cicatrices, celle entre les deux omoplates, celle de l'aine et celle du flan gauche. Je revoyais la scène où je m'étais faite tirer dessus. Le clone, mis à mort ou reprogrammation - que savais-je - à la suite des évènements, était intact dans mes souvenirs. A l'entrée de la ruelle, je lui avais donné pour ordre de surveiller mes arrières. Cet idiot a obéit au doigt et à l’œil. De façon bête et disciplinée. Il avait surveillé mes arrières. Mais une fois dans la ruelle, il me suivit. Quand je vis des japonais arriver en face de moi, qu'ils se mirent à fuir, que je me mis à les poursuivre, à tourner au bout de la ruelle, cet idiot de clone était resté sur place. Je n'étais plus dans la ruelle, il n'avait plus d'arrière à protéger. Je n'avais plus de protection derrière moi. Les japonais avaient tourné à gauche au bout de la ruelle longeant l’entrepôt, je les ai suivis. Mais à droite, il y en avait aussi. Ils ont tiré. Touchée trois fois. Si Ebenezer n'était pas arrivé : Karl n'aurait plus été seul, enfin... s'il était vraiment mort.

Voilà que je me remettais à penser à Karl. Ce souvenir était intimement lié à lui. D'un froncement de sourcil, je balayais et Karl, et le souvenir. J'avais autre chose à songer. Mais ce souvenir me fut utile, il me rappela combien les japonais m'aimaient et combien je les aimais en retour.


- La prudence s'impose. Je n'ai pas envie qu'ils me trouent une nouvelle fois, dis-je à mon chauffeur clonique. Dis aux autres véhicules de rentrer. Gare-toi sur le côté et déroule-moi le moniteur.

Aussitôt, un écran descendit du plafonnier du véhicule, formant une séparation entre l'avant et l'arrière du véhicule. C'était un grand écran. Tactile. En quelques clic, j'entrai dans les dossiers du bureau des Mœurs.

- Nous allons la jouer fin. Nous avons besoin d'un "ami", expliquai-je au clone conducteur. Un petit chef du bas de la hiérarchie, qui aurait un ennemi de son niveau, et qu'il cherche à mettre sur le côté pour espérer monter au niveau supérieur à sa place. Voyons le peu d'info que nous avons. Je doute qu'il y ait grand chose, notre bon Président n'est pas copain avec les japonais comme avec les italiens. Ha ces italiens, ils sont tellement serviable. N'est-ce pas ?

Le clone hocha positivement le tête. J'éclatai de rire.

- Comme si tu avais un avis à toi, crétin.

Je me concentrai sur l'écran et l'affichage des dossiers, à la recherche d'un petit chef de clan pouvant tomber sous le charme de Lisbon ou de Liz. Un camouflage allait s'imposer. Un rôle à définir. Un plan à élaborer. Mais pour faire tout cela, il fallait le bon pigeon. Les faibles dossiers du gouvernement allaient m'y aider.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 26 Juin 2013 - 02:04    Sujet du message: Bureau des Moeurs, Le scalpel japonais [Enquête Lisbeth] Répondre en citant

Les fichiers défilaient et pourtant, aucun chef de clan ne ressortait immédiatement, il fallait peut-être investiguer sur place, voir s'informer auprès de prostituée qui croisent ce genre d'homme. Il y en a bien quelques-unes à la solde du Gouvernement, des informatrices.

Tout à coup, une sonnette retentit sur le cellulaire, un message texto lui parvenait, un message d'urgence: Retour au Bureau des Moeurs immédiatement, mandat spécial. Abandon provisoire de la mission en cours ordonné.

Que pouvait être un ordre d'une telle importance? Ça devait être gros dans tous les cas, un ordre directe du Président peut-être?



==========================================================

[Début de la pause de Metropolis, fin de la première partie pour Lisbeth]

Survol de l'évolution:
De: Vilaine agente du Gouvernement
À: Très vilaine agente du Gouvernement

Alliers:
-Ebenezer (ça vaut une armée ça, non?)
Petite note du MJ:
Ce serpent aux yeux de biches! Même MJ n'ose pas parler contre elle, on ne sait jamais ce que la Main Noire pourrait nous faire. *prend une lettre qui glisse à lui* Je vois...*ravale* Lisbeth est une femme remplie de bonté en qui toute personne devrais faire confiance. Elle est l'icône même du bien. *murmure sur le coté* C'est bon? Je ne me ferai pas flinguer? Il faut que je continu à animer les joueurs moi..

AH et j'oubliais, vive le Président, évidemment! *se barre*
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:02    Sujet du message: Bureau des Moeurs, Le scalpel japonais [Enquête Lisbeth]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.