Imaginarium Index du Forum

Appartement des Bonhoeffer

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 8 Oct 2012 - 14:05    Sujet du message: Appartement des Bonhoeffer Répondre en citant

Notre triplex du niveau 6.
Seul lieu où je pouvais me laisser aller. Notre ? Non. Mon. Je ne pouvais plus dire "notre" triplex. Car il n'y avait plus de nous. Il n'y avait plus que moi. Parfois, je t'en voulais Karl, de m'avoir abandonné. Mais maintenant tout à changé. J'ai changé. Je peux me passer te ta présence physique et me contenter de tes portraits, qui garnissaient les murs de l'entrée.
A la mort de Karl, j'avais hérité de la totalité de ses biens. Un bel héritage. Cela comprenait une chaine de commerces de luxe, que j'avais sagement revendu pour un bon prix. Les commerces, je les fréquentais pour acheter leurs marchandises, pas pour les vendre. Et il y avait la triplex. Petite, pour nous deux c'était suffisant. Jai gardé l’appartement. Avec les crédits de côté, ceux bien placés et mes rétributions pour mon travail, j'avais un bon train de vie, meilleur que lorsque Karl était vivant.
L'appartement était situé dans l'angle d'un immeuble du quartier résidentiel de luxe. Le premier niveau se composait d'une entrée, de la cuisine, du bureau de Karl, qui était aujourd'hui le mien, le salon et une salle à manger. Au deuxième niveau, il y avait une chambre avec salle de de bain privative et une salle de sport. Enfin, au dernier niveau, il y avait la suite parentale.

La journée avait été des plus intéressantes. D'abord, il y avait eu le festival robotique. Toujours fidèle à lui-même. Ce n'était qu'un simple évènement où les divers clans des faibles niveaux, les puissances économiques, les fêtards et beaucoup d’excentriques. Je m'étais plus intéressée aux clan japonais qu'aux robots et aux festivités. Ces japonais. Eux et moi, c'était une longue histoire, liée avec une balle. J'avais leur existence en travers de la gorge. Je les épiais depuis mon accident de parcours, afin de trouver le plus faible de leur clan. Au festival, je l'avais enfin trouvé. Il m'aurait ensuite suffit de l'approcher, l'amadouer et le manipuler afin d'accéder à ce que je voulais : un document lié à Karl, et détenu par les japonais. Ma première tentative d'intrusion s'était résolue par des échanges de coup de feu et d'une cicatrice sur mon corps. J'étais à deux doigts de m'approcher du plus faible du clan. Deux doigts et un porteur de casque. Saleté de hacker. ID ne put s'empêcher de venir faire le guignol avec Mikael, son chien-chien clonique. Cela avait ruiné toutes mes chances d'approche. Une cohue monstre, formée par les supporters d'ID, les clones gouvernementaux embusqués et les foules affolées, rendait impossible ma traque de la brebis faible. Petite consolation : Mikael fut déclaré mort après son grand saut en moto. Un de moins !
C'était en colère que je m'étais reportée sur le bar, qui s'avérait bien plus fascinant que le festival. Petit coin clandestin et repère de Rosamunde. Que demander de plus ! En prime, j'avais une potentiel voie vers la femme coq grâce au professeur O'Grady. Curieux personnage, ce Sean O'Grady. Vraiment très curieux. Maladroit aussi. Et du peu que j'avais vu, il semblait l'être sur divers point. Deux mains gauches, vu la gamelle, il devait plutôt avoir deux pieds gauches. Je le ressentais aussi maladroit socialement, totalement perdu dans ce club. Il n'y était pas à sa place. Qu'est-ce que ce petit professeur pouvait-il chercher dans un tel club ? Hmmh, Sean O'Grady allait me demander plus de travail que je ne le pensais. Sa véritable identité ne m'intéressait plus. Ebenezer l'avait laissé partir. Son nom était donc bien Sean O'Grady et il était réellement professeur. Alors deux choses m'intriguait : que faisait-il dans le club ? Que savait-il réellement sur Rosamunde ? Deux questions, deux nouvelles priorités.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Oct 2012 - 14:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 8 Oct 2012 - 21:37    Sujet du message: Appartement des Bonhoeffer Répondre en citant

Je passai la porte d'entrée, jetai mes clés sur la tablette de l'entrée, plutôt que de les accrocher au porte-clé. Je regardai brièvement les photos de l'entrée. Quand je vis Karl, je levai les yeux au ciel, me demandant pourquoi avais-je gardé les photos de l'entrée ? Je retirai mes bottes et les jetai dans un coin de l'entrée. Elles allèrent buter contre la tablette. Je trainai ensuite des pied jusqu'au salon. Là, je considérai les lieux. Toujours aussi bien rangé et propre, la femme clonique de ménage était passée. Une de type Lola. Les clones de type Lola me paraissait tellement plus cruche qu'un clone banal. Quand je la voyais nettoyer mon appartement, j'avais parfois envie de la secouer un peu pour me relaxer. Seul Ebenezer avait mon estime. Il n'avait plus grand chose d'un clone. Je me dirigeai vers une commode noire et laquée. J'en soulevai le dessus, dévoilant une tablette de commande. J'appuyai sur le bouton vert, allumant ainsi divers led. Puis je sélectionnai avec la molette, une musique d'ambiance et un espace d'écoute. Le titre apparut sur l'écran. La musique s'éleva dans l'appartement, grâce à des hauts-parleurs installés partout. Cuisine, salon, salle à manger, chambres, toutes les pièces pouvaient émettre la musique. Il suffisait de sélectionner un espace d'écoute, pouvant s'étendre sur tout l'appartement, sur des pièces de jours, des pièces de nuits, ou juste d'un niveau en particulier. Je validai mon choix et montai au troisième niveau. Tout en montant, je me débarrassai de mes vêtements, pour finir en sous-vêtement. Une soirée relaxation et une bonne nuit réparatrice avant une nouvelle journée de travail. Voila ce qui m'attendait. Une fois dans la suite parentale, je me préparai un bain chaud et sortis des vêtements plus confortables. Quand le bain fut couler, je retirai ce qui me restait d'habits et me glissai dans le liquide nettoyant bien chaud. Simplement éclairée par une lampe tamisée, je fermai les yeux et me détendait. Je laissai échapper un long soupire de soulagement. Cela faisait tellement de bien. Après trois bon quart d'heure à trainer dans un bain qui ne se refroidissait pas, que je gardais chaud en rajoutant régulièrement de l'eau bien chaude, je quittai le bain pour me mettre en pyjama de "soie". Pantoufle au pied, je redescendis au salon. Je m'installai au canapé et me servis un verre du whisky posé sur la table basse. Tout en écoutant une bonne musique, je bus mon breuvage. Après un deuxième verre, une assiette de bouchées fines et une brève lecture d'un livre louant les mérites du président, je coupai la musique et montai me coucher.

Jour 6
Matin


Le réveil fut doux et agréable, comme chaque matin. La belle lumière du soleil éclairait la chambre. Doucement, la nuit laissait place au jour. Après un bon petit-déjeuner et un brin de toilette, je montai m'habiller façon La veuve Bonhoeffer. Cela voulait dire chic, luxueux, voyant et sombre. Un pull col roulé marron et un pantalon noir faisaient l'affaire. Puis, je commençai mon activité matinale. Assise à mon bureau, les yeux rivés sur l'ordinateur, je consultai les fils d'actualités et consultai mes mails. Ensuite, il ne me restait plus qu'à lire et relire un dossier, mon préféré : celui sur Rosamunde.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 9 Oct 2012 - 14:25    Sujet du message: Appartement des Bonhoeffer Répondre en citant

Une nouvelle note qui n’était pas de sa main était rajoutée au dossier:

Le jour précédent, son collègue, Ebenezer, avait été descendu par Rosamunde lors de la Brèche. Le coup avait été sournois, en plein pendant qu’il poursuivait une de ses proies dans la liste et le gros calibre employé lui a fait des blessures qualifiées « sérieuse ». Pourtant, il n’est pas noté qu’il est en congé provisoire, le bon Ebenezer a dût être réparé illico à l’Organisation avec tous les surplus de peau, tissu et clonique possible. Le sujet 17 s’est donc enfuie en trainant un peu contre son gré une femme fichée comme étant une chanteuse dans un des cabarets au service du Gouvernement : Le Wendigo. Contacté à ce sujet, Alfiero Genovese, le parrain, questionnera son fils sur le provenance de son employée. Dans un cas qu’elle soit discutable, il va sans dire que Vendel Genovese la mettra a pied.( Le clan Genovese rentre dans les alliés de premier ordre des activités illégale du Gouvernement.)
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 9 Oct 2012 - 20:14    Sujet du message: Appartement des Bonhoeffer Répondre en citant

Je me lançai choir sur le dossier de mon confortable fauteuil. Les bras croisés, les sourcils froncés, je parcourai la note ajouté au dossier de Rosamunde. Je fixai l'écran de l'ordinateur à ne plus en cligner des yeux. Je lis et relis la note. Puis, je me mis à lire à haute voix :

"Nouveau crime : Agression par arme à feu sur un agent de l'Organisation.
Faits : Sujet 17, vues avec River, chanteuse du Wendigo. Ebenezer les traque. Rosamunde les aide à fuir en tirant sur l'agent sur place.
Témoin : Ebenezer
Agresseur : Rosamunde
Victime : Ebenezer.
Priorité Rosamunde : ++ devient +++
Priorité sujet 17 : ++
Cas River : gérée par les Genovese"

- Alors comme ça, elle a tiré sur Ebenezer. Audacieuse la peste. Ho Eb... si tu t'attaques à ma proie, je vais finir par fouiner autour de ton précieux sujet 17. C'est qui cette River ? Étrange que les Genovese se soient fait avoir par leur chanteuse, me dis-je.

En pleine réflexion, je scrutai la note ajouté par le Bureau. Il allait falloir se déplacer au service avant de filer à mon logement de fonction au niveau 4. Logement ? Non. Je dirai plutôt mon "bureau". Tout y était. Tenues de camouflages, espace de repos, bureau, stock d'arme.

Je soupirai et laissai tomber ma tête en arrière. Mon programme de la journée allait être bouleversé. Je ne pouvais plus me rendre à l'école pour voir le professeur O'Grady dans son élément et ainsi commencer une nouvelle traque. Je devais d'abord passer au bureau pour savoir où en était la réparation de Ebenezer et si il y avait des compléments d'information sur sujet 17 et River. Si je voulais passer au bureau avant de descendre dans les méandres de la ville, c'était surtout pour poser des questions à Ebenezer. Pour savoir ce qu'il avait vu et retenu concernant Rosamunde, ma proie favorite, sur ses activités en compagnie de sujet 17 et de la chanteuse.
River. Voila un nouveau sujet qui m'intriguait. Il aurait été intéressant de la voir de plus prêt. Malheureusement, connaissant les Genovese, elle devait déjà ne plus être de ce monde. Une fine équipe, ces Genovese. Rapide et efficace. Un bon atout criminel pour l'Organisation.
Je me levai, éteignis l'ordinateur et vérifis que mon téléphone était bien allumé et connecté au réseau du bureau, afin de recevoir les nouveautés en temps et en heure. Je fis un détour en cuisine, ouvris le frigo et pris une des bouteilles se trouvant dans un compartiment de la porte. Je la déboutonnai et reniflai le liquide. J'attrapai une flasque dans un placard et la remplit du liquide rouge.


- Un bon cru...

Petite habitude entre Ebenezer et moi. Chaque fois qu'il lui arrivait une bricole, j'allais lui apporter une flasque d'alcool. Jamais le même, il fallait varier les plaisirs. Une habitude qui me permettait de garder des liens sérieux et durables avec ce collègue des plus efficaces. Une habitude prise depuis qu'il m'avait sauvé la vie face aux japonais, je lui en étais redevable. Alors mes visites régulièrement et mes cadeaux de bon rétablissement étaient important pour moi. Tiens. Les japonais. Il me fallait retrouver leur brebis faible. J'hésitais encore entre séduire ce pauvre gars ou l'acheter.
Le programme des jours à venir était donc le suivant : River, Sean O'Grady, le japonais. Pas la peine de citer Rosamunde, elle était ma proie numéro 1, celle qui monopolisait mon esprit tous les jours.

Je montai me changer, mettre mon beau tailleur noir, faire mon chignon strict et je partis pour le bureau des Moeurs.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:11    Sujet du message: Appartement des Bonhoeffer

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.