Imaginarium Index du Forum

Le Wendigo, Intoccabile

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 15:52    Sujet du message: Le Wendigo, Intoccabile Répondre en citant

Jour 3
Matin
 
Couché dans son lit, Vendel était plutôt courbaturé. La veille n’avait pas été tranquille et le téléphone qu’il avait reçu pendant qu’il parlait avec River, comme quoi Intoccabile était en grave danger, n’avait pas arrangé les choses. Immédiatement, il était sorti pour aller à la rescousse de sa « sœur ». Maintenant le lendemain, il avait ce genre de matin où il se sentait vraiment seul et dépressif. Sa tête tourna vers l’oreiller auprès de lui, sa main passant vaguement dans la place vide dans son lit auprès de lui. Il avait déjà eu une copine, oui, il y a quelques années. Mais la fille n’avait rien d’une criminelle ni la touche pour. Le mafieu se souvenait encore du jours qu’il avait reçu une petite boîte avec le doigt de sa bien-aimé dedans, l’alliance toujours en place sur celui-ci. Qu’est-ce qui avait été le plus dur à avaler? Qu’elle meurt pour avoir aimé la mauvaise personne ou que ce soit son propre père qui l’avait fait tuer? Probablement un mélange des deux, la famillia n’avait pas trouvé la prétendante à leur goût, Vendel avait tenu tête comme un idiot arrogant et ils l’avaient éliminé. C’est ainsi que les choses fonctionnait sous le régime de son père, le parrain. La naïveté l’avait quitté depuis, idéaliste, il n’avait encore que 15 ans à l’époque. Depuis, les crimes se sont accumulé, les murs de solitude s’élever, la cruauté de son emprise sur ses concurrents augmenté. Il devenait ce que la Cosa Nostra attendait de lui. Il ne refusait pas cela, ni ne réfutait que sa place puisse réellement y être : Il avait cette facilité innée pour le crime, pour mettre fin à la vie d’autrui.Soupirant, blasé, il se leva pour se servir un verre et sortie de sa chambre habillé d’un pantalon. La boisson commençait tôt aujourd’hui. D’un vague hochement de tête, il salua quelques uns de ses hommes de main les plus proche, les plus intimes, ceux qui passaient la porte de l’arrière de son bureau. Cette porte montait et menait à une villa dans un étage supérieure au dessus du bar en question. Peu de gens habitaient le quartier des loisirs, c’étais interdit par la loi, mais Vendel avait mit le prix sur une installation et les pots de vin sur quelques silences. S’arrêtant auprès d’une grande porte noire, il entre-ouvrit pour regarder à l’intérieur. La chambre était dans les teintes crème et brune, très sereine. Un fond se trouvait un lit entouré d’un voile noir qui plongeait dans une ombre la couche. L’intérieur du voile était difficile à cerner, une forme féminine dans tous les cas.

Prenant la liberté de s’asseoir auprès du lit, Vendel ouvrit le voile et prit la main pâle qui reposait auprès de lui.



-Intoccabile… Comment te sens-tu?

Se raclant la gorge, la respiration un peu difficile, elle lui répondit tout de même avec toute la douceur envoûtante que sa voix pouvait faire preuve.

-Je vais bien, Vendel le Vent-Marcheur, quel étrange surnom, quand même, dit-elle avec un brin de gentille moquerie. N’ai pas une mine si inquiète, si tes hommes te voyaient, quel coup à l’image.

En toute réponse, Vendel prit une bonne gorgé et grogna un peu.

-Tch, de l’alcool, si tôt? Vendel..., dit Intoccabile avec un léger ton de reproche. Laisses-toi un moment de sobriété.

Tant bien que mal, elle se redressa douloureusement puis lui enlever le verre des main et le déposer sur la table de chevet de l’autre coté, toujours enveloppé dans cette pénombre grâce au voile.

-Quand sortiras-tu de l’ombre, Intoccabile? Demanda finalement Vendel, s’étant laissé faire docilement pour le verre d’alcool.

-Bientôt Vendel, bientôt. Je le ferai en douceur.

Sur ces mots, elle se recoucha et Vendel relâcha respectueusement sa main pour la laisser se reposer.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 15:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 26 Juil 2012 - 03:01    Sujet du message: Le Wendigo, Intoccabile Répondre en citant

Jour 3
Début soirée


L'interrogatoire de John Magnot
[Sneak peek bonus mes joueuses de Metropolis qui sont curieuse et ne désire qu'un peu de divertissement lecture pj :p aucun danger pour les punchs!]


La pièce était sombre, un homme se tenait appuyé contre le fond avec un marteau ensanglanté dans une main et une clope fumante dans l’autre. La noirceur créé par le contre-jour de la lumière d‘interrogation très forte plongeait le haut de son visage dans une pénombre insondable. Sa main remontait à sa bouche de temps à autre pour inhaler un peu de toxicité, blasée. L’homme attaché sur la table geignait et riait dans un délire de folie. Un gorille immense le pansait, le soignait, alors que le bourreau se reposait.

-Question, avança Vendel de son emplacement au fond de la pièce. Réponse, termina-t-il en écrasant sa cigarette sur la jambe de John Magnot.

Le visage taché de sang, les manches relevé, il prit un clou dans une boîte et l’appuya contre la cuisse du maniaque. N’avait-il pas l’allure d’un maniaque lui-même à l’instant? Son regard froid, impénétrable, implacable transperçait l’homme qui osait encore rire de manière débile sous la poigne.

-Montez la musique les gars, je n’aime pas les entendre crier comme des fillettes. Faites-moi donc entendre ce que les filles chantent au club. Ce serait plus intéressant qu'entendre geindre cette gamine, elle n'a pas une très belle voix, ajouta-t-il pour désigner Magnot.

http://www.youtube.com/watch?v=vTvgaDmmtmc



Alors que la musique monta Vendel se recula un peu pour évaluer sa proie puis revint lui enfoncer à grand coup le clou énorme dans la jambe. Oh, il aurait pu le faire faire par un homme, habituellement il n’était pas spécialement le tortionnaire. Mais on avait touché Son Rossignol, Sa Diva, on ne touche pas les filles de son club alors imaginez l’étoile vocale de celui-ci. Chantonnant tout bas l’air de la musique, il faisait horriblement mal à son « patient » qui hurlait.

-AHHHHHHHH!!! AHhhh!!!! Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh! AHAHAHAHAH ! Laiss.. AHHHHHH! ARG! ARRRHHH, criait John Magnot.

-This is red, red, red, red, red, chantonnait Vendel en retour, pas émue pour un brin. This is orange, orange, orange, orange, orange.

Légèrement essoufflé, il s’essuya le visage avec un mouchoir et passa l’outil à un homme de main qui continua. L’homme de main reprit alors que Vendel reprenait sa place avec le visage masqué dans la contre-lumière, John Magnot ne pouvait voir que la bouche et la mâchoire ornée de cicatrice continuer de chantonner l’air.

-VOUS ÊTES MALADE! AH AHHHH , SI JE ME.MEURS! GGHHH! VOUS NE LA RETROUVEREZ PAS-AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHhhhhhhhhhhhHHHHH!

-This is yellow, this is yellow, this is yellow, continuait tranquillement Vendel tappant du pied.

-ARRÊTEZ DE CHANTER COMME SI VOUS N’EN AVIEZ RIEN À ARHGGG, FOUTRE!

-This is yellow, this is yellow, this is yellow...

Rouge de colère et de douleur, John Magnot tenta de cracher sur Vendel à son mieux. La tentative ne fut pas un succès et une main énorme de gorille s’abattit sur sa tête pour la rebaisser, lui enfonçant pratiquement les doigts dans les yeux. Soupirant, le mafieux se retourna pour aller boire un verre à une petite table aménagé au coin de la pièce à cet effet. En ayant marre de cet interrogatoire, il sortit un moment voir les filles se trémousser, il n’était pas un client de affection corporelle, mais déjà, c’était plus plaisant pour l’œil que de voir un fou furieux se faire torturer. La thématique du soir était l’arc-en-ciel et la chanson Digital Versicolor, un classique de l’ancien temps qui avait perduré dans les banques informatiques, allait parfaitement. « Blue », celle qui incarnait la fille qui représentait la couleur bleu était particulièrement séduisante ce soir.

Quand les filles se séparèrent pour danser à travers la salle afin de divertir les clients et faire de l’animation, Blue, qui avait remarqué le regard de Vendel dans sa direction et sa mine particulièrement violente ce soir, décida d’aller divertir un peu le Patron. Il n’eut pas trop le temps, ni l’envie de s’esquiver cette fois: Pourquoi ne pas laisser une fille l'amuser un peu pour une fois? Ça allait peut-être l'empêcher de tuer Magnot avant d'avoir eux la réponse.

Les filles savaient ce qu’il trafiquait, il tentait de retrouver l’une d’elles, la petite River. La nouvelle avait fait feu au poudre, la plupart s’étaient bien entendu attendrit de l’investissement personnel que mettait Vendel à les garder en sureté. La vie d’une concubine n’était pas très prudent en Metropolis, les meurtres n’étaient pas si rare et encore plus pour les « bas-fonds ».

Mettant tout son charme à l’œuvre, Blue vînt se lover à Vendel pour danser lascivement. Toujours aussi émotif qu’un cube de béton, il ne la repoussa pas. Étonnée, s’étant attendu d’être repoussée un peu sec, la danseuse se risqua un sourire taquin en continuant sa parade séductrice. Un long soupire vînt remplir le torse du mafieux et Vendel termina son verre d’une trait. Il y avait des soirs où il était moins… conservateur dira-t-on? Charmé pour quelques minutes, les charmes de ses filles ne l’enchantait jamais plus longtemps, il lui fit signe d’approcher un peu plus de l’index. Interloquée mais curieuse, Blue s’approcha pour se faire attraper le menton et embrasser par le grand Patron. C’étais en général le maximum qu’une fille pouvait obtenir de lui, et encore, c’était un peu comme une éclipse : rare et on ne tente de ne pas regarder si on ne veut pas d’ennuie. Sans plus de manière, il se détourna sans regard en arrière pour cheminer à sa sombre besogne. Blue le regardait partir un peu médusée pour sa part, les joues encore en feu. Quand Vendel rentra de nouveau dans la pièce, il tendit la main pour reprendre le marteau. Son regard tranchant... Cette manière d'embrasser une fille avec désinvolture, il était vraiment en pétard pour se laisser aller ainsi afin de décompresser. Son accent italien ressortant ne fit qu'affirmer la thèse.


-Je t’é manqué John? On va continùer notréh discussionne…

Du couloir, la porte claqua de nouveau et la musique monta.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:17    Sujet du message: Le Wendigo, Intoccabile

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.