Imaginarium Index du Forum

La curiosité, un sale défaut !
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 17 Juil 2012 - 21:02    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Je lui souris gentiment en m'emparant du désinfectant et des compresses.

- Ne t'inquiète pas, au travail, j'en ai entendu des belles et des pas mûres. Un jour, en mettant un collier cervical à un blessé, bloqué dans sa voiture, j'ai eu droit à des noms bien méchant comme... "sadique tortionnaire". La douleur fait dire et faire des choses qu'on ne pense et ne veut pas. Instinct de survie... enfin je pense.

Ma "commande" arriva enfin. Je commençai à diriger mes "assistants".

- Le bâton, c'est dans sa bouche. Il faut éviter qu'il se morde la langue. L'eau bouillante est pour deux choses. Nettoyer le sang séchés autour des plaies et nettoyer les instruments.

Puis, avec le ciseaux, je découpai le devant de son haut. Je commençais sous le cou et descendait jusqu'au bas. Puis, je soulevai doucement les deux pans, libérant aux yeux de tous, les blessures de Mikael. Là, mon sourire se dissipa. Les choses sérieuses allaient commencer.

- Tenez lui les bras et les jambes.

Je pris un linge propre et quand Mikael eut son bâton en bouche et son corps immobilisé, j'entrepris de tamponner le torse et le ventre avec un linge propre et humide. Au fur et à mesure que j'avançai, les plaies apparaissaient, ainsi que leur état. J'allais enfin savoir ce qui m'attendait et ce que j'allais faire. Tout en nettoyant, je dis :


- Ne vous offusquez pas si jamais j'élève un peu la voix, dis-je aux rebelles, tandis que la dernière plaie apparaissait enfin.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Juil 2012 - 21:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 18 Juil 2012 - 05:14    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant



Les rebelles, toujours aussi interloqué mais bon joueurs, semblèrent acquiescer entre eux. Ce petit bout de propreté était d’avantage maître de la situation qu’eux et même si la plupart ne l’avouerais jamais pour le moment, ils étaient vachement content d’avoir une personne compétente avec eux.

La condition du torse de Mikael était la suivante:

Deux blessures plus en surface, peau déchiré par les éclats et muscles légèrement abîmé ainsi qu’une plus profonde, un éclat de plastique s’étant logé dans un de ses abdominaux droit. Le morceau en question n’était pas bien gros, quelques centimètres de longueur, peut-être quatre. Cette ouverture allait cependant nécessiter des points de suture, les autres, principalement des bandages pour aider la peau en lambeau à se recoller. M-1012 mordait sagement dans son bout de bois, l’expérience n’était certes pas plaisante. Même si les deux rebelles tentaient de le tenir à leur mieux, il leur arrivait de se faire bousculer légèrement par la force du clone. Mais grâce à l’épuisement et comme les modèles Mikael n’étaient pas spécialement concentré sur la force brute, le retenir restait chose possible. Ses yeux tournaient par moment lorsque la douleur se faisait trop cuisante, mais malgré tout, il tenait bon.

Pendant les soins, une chose pu être remarqué par Vaan et c’étais un détail que M-1012 lui avait mentionné pendant la fuite : sa blessure à l’omoplate droit. Une balle avait effleuré celle-ci selon les dires de Mikael. Pourtant, un sang commençait à tâcher paresseusement le dessous du dos du patient : le soigner n’allait pas être facile si les deux cotés s’avéraient atteint. Mais Vaan avait ça dans le sang, c’était sa profession après tout. Un fur et à mesure que les soins progressaient, la perte de sang, la fatigue et la douleur fit finalement délirer un peu M-1012. Bien que le bâton l’empêchait de parler clairement, ses gémissements ou ses paroles mâchées prirent soudainement un autre tournant, comme s’il parlait une autre langue sous ce charabia incompréhensible à cause du morceau de bois.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 18 Juil 2012 - 07:50    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Mes trois mots entraient en scène.
Calme, réflexion et assurance. Dans la salle, j'étais le plus détendu de tous.
J'avais vu ce genre de blessure de nombreuses fois. Même si je n'étais pas infirmier ou médecin. Cependant, le simple fait de voir les autres pratiquer la médecine me permettait de faire les mêmes gestes. Aisance médicale des Adiel, il me semblait. Aux urgences, j'avais vu bien pire. Mais je me contentais de voir.
Conseil de feu mon père !


J'étais assis sur le canapé, mon père était à genoux devant moi. Je me préparais pour mon premier jour d'école.

- Souviens-toi de ce que je vais te dire. Cela s'appliquera toute ta vie. Ne montre jamais l'étendue réelle de tes capacités. Ne montre jamais à l'Organisation ce que tu sais réellement faire, afin de pouvoir vivre aux yeux et à la barbe de tous, et d'attendre notre grand retour. A l'école, apprend, retiens, mais aux examens, contente toi de 50% à 60% de réussite. Oublie le 100%, même si tu en est capable. Un jour, tu verras... tu auras l'occasion de briller et de montrer ce que tu cachais depuis longtemps, de montrer que tu vaux plus que tu ne veux bien le faire croire.

Maman arrivait avec mon cartable.

- Ne l'écoute pas, tu peux monter jusqu'à 70% voire 80% de tes capacités. Je ne veux pas non plus que tu aies plus tard une mauvaise situation et que tu vives là où ton père a longtemps vécu, dit-elle en faisant allusion au quartier pauvre.

Alors plutôt que d'être médecin, je n'étais qu'un simple ambulancier urgentiste.
Enfin bref, maintenant, je pratiquais et je sentais une grande satisfaction en moi.

J'enfilai des gants. Puis je commençai avec le morceau de plastique.


- Je vais retirer ça, tenez-le bien.

Je pris la pince et m'attaqua à déloger soigneusement ce petit problème. La plaie se mit doucement à saigner. Le plastique avait fait office de bouchon et le sang s'écoulait peu. Mais maintenant que la plaie était béante, le sang reprenait sa course folle hors du corps de Mikael. Toujours avec le même calme qu'au début de mon intervention, j’interpellai un rebelle aux mains libres et, par précaution, je lui demandai d'appuyer sur un point de pression que je lui désignais. Le rebelle obtempéra et doucement, la perte de sang à cet endroit diminuait, sans pour autant s'arrêter. Je pus nettoyer la plaie avec du désinfectant, salie par la nouvelle perte de sang, et je fis quelques points de suture. Quand ce fut terminé, un dernier nettoyage s'imposa et je mis une compresse.

- Tu peux cesser le point de pression, dis-je au rebelle en souriant.

J'enchainai avec les deux plaies en surface et les lambeaux de peau déchirée, qui ne demandaient que quelques points et juste une compresse. Ensuite, je fis signe aux deux rebelles de se détendre. Pendant que je soignais les petites plaies, Mikael divaguait. Je l'écoutais, et de temps en temps, je posai une main sur son front, pour le rassurer. Mais ses délires allaient de plus en plus loin. Il bredouillait diverses choses. Je ne comprenais rien.


- J'ai fini ici. Retirez-lui le bâton et relâcher un peu sans pour autant le libérer, ne le stressons pas alors que je ne vais rien faire pendant quelques secondes.

Le devant était terminé, je nettoyai les outils tout en écoutant Mikael divaguer. Pendant que je désinfectais la pince, un rebelle me tapota l'épaule et me dit que du sang coulait dans le dos.

- Je sais, répondis-je calmement en retirant mes gants et en les jetant, pour finalement en mettre une autre paire.

Le rebelle insistait et me demandait de me presser. Il m'importunais. La propreté des instruments était tout aussi importante que le soin des plaies.


- Si tu es si pressé, tu n'as qu'à bander tout son torse, le temps que je termine ça, répliquai-je tout en continuant de nettoyer. Prenez le rouleau de bande qu'il y a là-bas, ordonnai-je en montrant d'un coup de menton, la table où se trouvait le désinfectant. Vous asseyez tout doucement Mikael et vous bandez son torse et son ventre. La bande devrait être assez longue. En le redressant, vous faites attention à ne pas faire tomber les compresses qui sont juste posées sur lui et vous serrez le bandage suffisamment fort pour que les compresses restent en place mais pas trop pour que lui et les plaies puissent respirer aisément. Vous pouvez au moins faire ça, non ? demandai-je avec un brin de moquerie. Quand ce sera fait, je m'occupe de la blessure par balle qu'il a sur l'omoplate. Mais pour ça, j'ai besoin que mes instruments soient propres. J'aurai aussi besoin que l'eau soit propre. Si quelqu'un pouvait aller vite m'en chercher. Chaude, de préférence. Et d'autre linge aussi...

Puis je reportai mon attention sur mes outils, que je savonnai et désinfectai.

- Nous avons presque terminé, dis-je à Mikael en essuyant le dernier instrument. Je nettoie tout ça et j'attaque l'omoplate. Comment te sens-tu ?

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 18 Juil 2012 - 14:16    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Les rebelles étaient restés attentif et tentaient au mieux d’aider Vaan dans la périlleuse opération. Échanger des coups de révolver dans les rues, ça allait, tenir la pression de la fuite, ça allait, mais avoir un mec sur une table en train de se vider là, ça n’allait plus. Ils écoutèrent donc les directives sans trop se poser de question, le fait que le choix appartienne à un autre allégeant le stress. Quand Vaan eu terminé sa première intervention et qu’il revînt, Mikael ne répondit pas immédiatement. Un homme sous chaque bras pour le tenir aussi, la tête penché un peu en avant, il semblait se concentrer sur sa respiration. Les yeux petits, épuisé, M-1012 leva une main pour faire signe que ça allait. D’une voix fatiguée, un peu rauque, il marmonna :

-Ei niin hyvin...

Que disait-il là? D’ailleurs était-ce des mots ou du délire non-articulé. Un des rebelles releva la tête, surpris et dit aux autres.

-Il dit qu’il ne va pas très bien, mais ce n’est pas critique. Je crois qu’il voulait signifier par là que ça ira.

Visiblement, il parlait une langue étrangère qui était familière à un des membres de la cohorte. Les yeux du clone clignaient comme s’il regardait un souvenir propre à son imaginaire, une scène que seuls ses yeux voyaient. Pour l’instant, il avait déconnecté de la réalité. Evan, le chef du groupe, observait un peu incrédule le clone et se plaça à l’avant de lui pour le soutenir alors que Vaan aller lui proférer des soins au dos.

-Ça va aller, je suis humain+, je peux le prendre en tenaille même s’il est assit, il ne va pas me broyer dans ses bras. Je ne m’y connais pas trop, mais je n’oserais pas le coucher sur le ventre, il va renvoyer s’il continu à avoir mal trop longtemps.

Un peu moue, M-1012 se laissait faire. Evan le tenait solidement de l’avant en gardant une distance entre leur torse, histoire qu’il n’est pas mal. De son coté, Mikael fixait le vide de cette manière attentive comme s’il regardait toujours cette scène imaginaire. Quelques murmures plus audibles se firent entendre :

-Ahh.. Keva….Keva….

Puis les marmonnements retournèrent à une phase inaudible.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 18 Juil 2012 - 16:28    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Je ne comprenais pas un mot de ce qu'il disait. Qu'importe, quelqu'un s'était chargé de traduire.

- Quelle est cette langue ? demandai-je au rebelle, tout en prenant mon ciseaux. Ce sera parfait, si vous pouvez le tenir ainsi, dis-je à Evan. Cela évitera toute pression sur les plaies de devant.

Puis, Mikael prononça le nom de Keva. Je ne pus m'empêcher de sourire.

- Oui... Keva, répétai-je. Keva serait fier de toi. Et Maria aussi, ajoutai-je à demi-voix, en me penchant vers l'oreille de Mikael. Maria serait encore plus fière de toi. Ne la visualises-tu pas ? dans tes rêves ? Essaye de la visualiser, là, tout de suite. Tu verras, tu te sentiras soudainement bien...

Tout en prononçant ces derniers mots, je fis signe aux rebelles de lui remettre le bâton dans la bouche. Puis, je découpai le tissu. Finalement, vu l'état du haut, je le découpais davantage pour le lui retirer. J'ignorai dans quel état allait être la plaie de derrière. J'ignorai si il y avait une balle logée dans la chair. J'ignorai ce qui m'attendait. Le sang coulait plus que devant. Je déposai les ciseaux et pris de quoi nettoyer autour de la plaie, afin de bien la visualiser. Qu'est-ce que j'allais découvrir ?

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 18 Juil 2012 - 23:04    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Le rebelle en question s’approcha un peu pour répondre, se grattant vaguement l’arrière de la tête.

-C’est du Finlandais, ma mère et mon père le parlaient à la maison quand j’étais petit, je le connais aussi. Ce n’est plus très connu, on l’entend seulement dans certains quartiers qui contiennent plus de descendant Finlandais.

Les yeux hagards, les mots de Vaan firent tressauter un peu M-1012. Il y avait dans ces noms, ces noms qu’il entendait de la bouche d’une autre personne, de quoi d’électrique pour son esprit, probablement. Sa poigne se raffermit sur Evan qui grinça un peu des dents, comme s’il y avait de quoi qui troublait Mikael au propos d’une des deux.

Pendant ce temps, pendant qu’Evan luttait contre la poigne du clone, Vaan pouvait le soigner en paix. Sous les amas de sang aqueux ou séché, celui-ci pouvait voir un trou de balle peu profond, le plomb du projectile n’avait pas progressé bien loin, il avait probablement ricoché dans le dos plutôt que touché directement. Soigner cette plaie allait être une affaire de rien, un peu comme le morceau de plastique en avant.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 11:28    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Je mis des gants propres et stérilisés puis je nettoyai encore un peu la plaie. A peine je la touchai, Mikael gémissait et gigotait, donnant du fil à retordre à Evan.

- Tout va bien Evan ? demandai-je en souriant.

Je pris la pince et écartai un peu les bords pour m'assurer qu'il n'y avait rien dans la plaie. Puis, je commençai les points de suture. J'avais conscience du mal que pouvait avoir Mikael, mais ce n'était pas une raison pour trainer. La perte de sang avait été suffisamment importante pour provoquer un malaise, même si il était fort et résistant.

Quand j'eus terminé les points, je déposai une compresse dessus. Tout en la tenant d'une main, je montrai une petite bande de l'autre.


- Quelqu'un peut me la passer ? demandai-je.

On s'exécuta et je fis le bandage. Je retirai mes gants et les jetai dans un bac métallique où se trouvaient déjà deux paires de gants usagés et tout ce que j'avais utilisé pour nettoyer les blessures.


- Il faudra impérativement jeter ce qu'il y a dans le bac. Interdiction de réutiliser les gants. Dans un premier temps, il faut changer les compresses et les bandages matin et soir. Les compresses doivent être jetées. Les bandages doivent être bouillis pour être réutilisés. Vous avez deux bandes d'avances, j'en ai vu dans un placard. Veillez à bien désinfecter et à mettre des gants, que vous jetterez, quand vous changez les compresses.

Je me tus quelques secondes afin de m'assurer que je n'avais oublié aucune recommandation. Puis, j'ajoutai :


- Votre stock est relativement limité... comment vous réapprovisionnez-vous ?
demandai-je en songeant à ce que je faisais pour Vendel.

Je songeai à leur proposer mon aide, mais aider les rebelles ne me plaisait guère. J'étais neutre. Mais j'étais avant tout un Stricosus, alors si c'était pour Mikael et ID, je le ferais sans hésitation. Je me tatai donc pour leur expliquer ma petite combine, comment je passais "commande" et ce que je pouvais leur fournir...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 14:31    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Evan, expira un bon coup alors que M-1012 prit un moment à moitié dans les vapes, regardant Vaan du coin de l’œil.

-Je ne sais pas ce que vous lui avez chuchoté mais ça l’a passé de travers dans son esprit, je crois. Il semble confus cependant, je ne sais même pas où il a pigé son Finlandais comme le dit Aulis, c’est bizarre.

Le chef baissa son regard vers le clone puis revînt à l’urgentiste.

-Il n’est plus là, je crois, c’est tant mieux.

Gardant M-1012 appuyé contre une moitié de lui-même, il passa la bande à Vaan, relativement serein maintenant qu’il n’était plus en danger de se faire broyer.

-C’est gentil de donner ces directives, mais nous ne pourrons le garder bien longtemps. Il va partir de lui-même de toute manière, il retournera probablement éventuellement auprès d’ID. Nous n’avons pas assez de moyen pour le garder et puisque notre héros s’est prit trois plombé, on ne peut pas compter sur lui pour nous supporter prochainement. On va le garder cette nuit, s’il le faut, mais ensuite ce sera ça. Il va s’en sortir, c’est un clone, il est résistant comme un géant, pas vrai mec.

-, fut la seule réponse de M-1012.

-C’est ça, dodo belle gueule, gros dodo. Pour ce qui est du stock… Bah. On fait affaire avec ID de temps à autre, il nous apporte le minimum. Nous sommes débrouillard, on a rien pour payer les outils, c’est à peine si nous avons le nécessaire pour être nourrit. On s’arrange, ça ira. On est habitué à survivre, monsieur le médecin, la vie change beaucoup entre le 4 et le 6. Ça m’étonne même que tu sois hors de la tour d’ivoire, les gens en haut se fichent du bas. Soit ils sont neutre, soit ils sont pour cet enculé de Président. Ça me fait rire quand même, une belle manière d’être lâche, je vous le dis. L’horreur est partout et les gens ferment les yeux.

Bien entendu, Evan ignorait la neutralité de Vaan et s’il l’avait sût, peut-être n’aurait-il pas parlé de lâcheté si ouvertement. Il ne pouvait pas savoir.

-C’est pourquoi on aime ID, ce bougre, il a du cran. On dirait qu’il pourrait soulever la révolution à lui seul. Il hait le président, ahhh ça oui. Il l’appelle souvent son Ultime Ennemi ou son Ennemi de Longue Date. Va savoir ce que le président lui a fouttu! Pourtant ID n’est apparu qu’il y a un moment, on ne sait pas d’où il vient, mais il a de la ressource sous la patte. Pas de l’argent, non, mais ça bouge beaucoup dans la petite tête sous le casque. Il fabrique des trucs de fou avec de la ferraille. Enfin… Tout ça pour dire que, j’espère qu’il va bien. Normalement, Ithaqua l’a prit sous son aile et a fiché le camp avec, ça devrait aller.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 15:50    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

- Je lui ai parlé de notre étoile, répondis-je sans entrer trop dans les détails. Etoile issue de notre histoire et passé commun, complétai-je

Puis, j'écoutai attentivement. Alors comme ça, ID et Mikael n'étaient pas toujours avec les rebelles. D'un côté, cela me rassurait. Car ils ne se mêlaient pas aux rebelles. Je ne les aimais pas trop les rebelles. Toujours à militer pour les niveaux inférieurs. Ils n'ont pas la vision des Stricosus. Les miens m'avaient toujours enseigné que nous agissions pour le genre humain, et pas pour une classe, une culture ou autre chose. Mais plutôt pour un ensemble. Les rebelles me semblaient tellement étroit d'esprit, peu ouvert, à toujours mettre les gens dans un même sac. D'ailleurs, son "tour d'ivoire" ne passait pas. J'en fronçai les sourcils.

- Tout à l'heure, on m'a fais la réflexion que je ne savais pas tout ce qui se passait. Je ne dis pas le contraire, cependant, il semblerait que ce soit aussi le cas pour les rebelles, répliquai-je en retirant le trench coat. Vous trouvez qu'être neutre, c'est être lâche ?

Je levai mes yeux et les posai sur lui. Je le fixais pour le faire accrocher mon regard.

- Je ne suis ni pour le président, que je répugne, ni pour vous, que je ne suis pas totalement dans les idéaux. Je suis neutre et je suis comme ID et Mikael. Autrement dit, ils sont neutres. Ce que eux et moi sommes, c'est la neutralité
.

Après tout, n'était-ce pas ce que les Stricosus étaient depuis toujours ? La neutralité ? En un sens, nous n'étions pas si neutre que cela, puisque nous ne prenions partit pour personne d'autre que nous. Mais notre dessein était bien plus neutre que n'importe lequel. Enfin... tout cela n'était que ma manière de penser, manière issue des enseignements que j'avais reçu de mon père qui lui-même les avait reçu du fils du derniers des Marcuse et de la grande lignée des Adiel.


- Dire que les neutres sont lâches, revient à dire que je le suis, mais que ID et Mikael le sont aussi, ajoutai-je, toujours en le fixant de mes yeux bleus pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas affaire à un bourgeois des hauts niveaux. Ma mère vient peut-être des hauts niveaux, mais mon père venait du quartier pauvre. Je n'ai pas reçu une éducation à double sens. J'ai des valeurs qui sont celles du haut et du bas. Et si je suis là où je suis maintenant, c'est parce que j'ai fais en sorte de l'avoir.

Le rebelle m'avait passablement énervé. Il venait de traiter les Stricosus de lâche après tout. Je déposai le trench coat sur une table et m'avançai vers Mikael. Je me doutais qu'il m'entendait, mais j'ignorai si il m'écoutait.

- Je vous attendrai, Id et toi. Quand vous jugerez que je serai prêt, je vous accueillerai. Soigne-toi bien mon frère.

Je déposai une main sur son épaule valide et le saluai.

- Merci d'avoir pris soin de mon frère, dis-je à Evan. Ne prenez pas mal ce que je viens de vous dire. Mais cela devait être dit. Si vous pouviez maintenant m'indiquer un chemin pour regagner tranquillement ma "tour d'ivoire"....

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2012 - 16:09    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut ! Répondre en citant

Un peu perplexe, Evan ne dit rien de particulier aux mots de Vaan. Si celui-ci avait un lien très spécial avec ID et M-1012, si ID était bien comme un frère pour lui, alors ce serait leur Haut Chef qui lui dirait qu’il tire lui-même la plupart des fils de la révolution. Il respectait quand même Vaan pour le fait d’être descendu et le fait qu’il avoue ne pas aimer le président. Il jugeait simplement qu’il n’avait pas encore tout découvert et si c’était le cas, c’est probablement que d’une manière ou d’une autre, le héros l’observait ou l’isolait de l’action. Cet homme avait-il une particularité qui leur échappait? Probablement. Evan, se montra étonnament posé pour une personne de bas niveau, se contenta de répondre :

-Je comprends ton point de vue et le respecte, la rébellion n’est pas un dictature mais un choix, il faut la vocation pour celle-ci. On n’oblige personne à croire en la liberté de l’humanité, Docteur. Maintenant, le chemin c’est par là et bonne route, le monorail 86 te remontera au niveau 5 si tu y mets un peu de sous.

Son bras désignant une porte, il appela deux autres gars à lui et ils emportèrent M-1012 vers une couchette pour l’installer sur le coté, le plus confortable qu’ils pouvaient.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:29    Sujet du message: La curiosité, un sale défaut !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.