Imaginarium Index du Forum

Chez Roxanne Butler
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 16:56    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant


_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 16:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Sam 14 Juil 2012 - 19:59    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Vaan avait vraiment été odieux avec moi. après lui avoir claqué la porte au nez, je m'étais réfugiée sur mon lit et j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps. J'étais vexée, blessée, abandonnée.

Puis, quand je me sentis mieux, je me levai et me préparai à manger quand j'entendis un léger bruit de pas sur le palier. Question d'habitude ou simple curiosité, je ne savais pas pourquoi, mais j'avais regardé par le judas. Là, je le vis partir précipitamment de chez lui. Il semblait heureux. Je me sentis de nouveau mal. Tellement mal de voir qu'il était heureux. Était-ce le fait de ne plus m'avoir dit toutes ces méchancetés ? Je l'ignorai et je m'en moquais. Les larmes revenaient. Et je me retrouvai de nouveau sur le lit à pleurer.

Je desséchais tranquillement mon corps en le vidant de son eau par les larmes quand j'entendis la porte de mon appartement s'ouvrir. Seules deux personnes avaient une clé de cette porte. Papa et Maman. La voix dur et rauque de papa s'éleva chez moi. Il me demandai si j'étais prête. Prête ?


- Prête à quoi, marmonnai-je, le nez dans l'oreiller.

Ma mère entra dans ma chambre et fit signe à mon père de venir, en disant qu'elle m'avait trouvé. Je levai la tête et la vit dans sa belle robe bleu nuit. Je me souvins alors. C'était le jour du Grand Cocktail. Je l'avais complètement oublié ce Grand Cocktail. Maman me demandait ce qu'il m'arrivait.

- Il m'a... il m'a... Il veut plus me voir...

Mon père ne trouva rien d'autre à dire que "un de perdu, dix de retrouvé". Dix Vaan ? Non, impossible. Il était unique. Mes parents ignoraient de qui je parlais, mais il se doutait qu'il s'agissait d'une peine de cœur. Ma mère me hissa hors du lit et me sortit la première robe qu'elle trouvait dans l'armoire. J'aurai pris la rouge en temps normal, mais je ne trouvai pas le courage de changer la noire qu'elle me tendait par ma rouge préférée. Je l'enfilai, elle me débarbouilla le visage et je fus entrainée hors de chez moi pour un Cocktail dont je me moquais bien, même si il était pour l'Organisation. Moi, je voulais Vaan.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées


Dernière édition par Siana le Mar 24 Juil 2012 - 21:47; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 23 Juil 2012 - 19:22    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Jour 3
Début après-midi
 

Les bras de Vaan, la nuit chez Vaan... Je n'en revenais pas... Vaan m'avait pris dans ses bras et m'avait accueilli pour la nuit !
J'en étais toute retournée. Alors, il ne me détestait pas ! Mais qu'avait-il contre moi dans ce cas ? Pourquoi s'était-il emporté ? Juste parce que j'avais dénigré ces femmes en tenue légère ? Hmmh, il devait y avoir autre chose...
Bha, j'allais bien le savoir un jour ou l'autre !

En tout cas, cela m'avait mis d'humeur joyeuse ! Ma journée commençais bien. Enfin, juste commencer. Car vers l'heure du déjeuné, mon père est passé. Il avait des documents en main. Qu'avait-il encore à me faire subir ?

Ce qu'il avait, c'était un diplôme de coiffeuse fraichement acheté et une place en bas de l'échelle hiérarchique dans un grand salon de coiffure chic, c'était celui où maman allait se faire teindre !!
Place trouvée dans ce salon grâce à son business, puisque le patron était un de ses locataires, dans l'autre résidence qui lui appartenait. Quelle poisse !  Cet idiot de patron ne semblait pas pouvoir refuser quoi que ce soit au proprio de son logement au niveau 6. En attendant, j'en payais les frais ! J'allais devoir bosser. Mais pourquoi en bas de l'échelle ! Moi ! simple shampooineuse ! Ce n'était pas juste. D'un autre côté, avec un diplôme acheté, que pouvais-je faire de mieux ?

Mais si je travaille, qui sera ici, chez moi, pour avoir un œil sur Vaan et le protéger des horreurs que j'avais vu...

Quoi qu'il en fusse, papa me tirait de chez moi pour aller me présenter au patron... Je le déteste...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 04:51    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Jour 3
Fin de soirée


La journée avait été mauvaise pour la pauvre Roxanne, oh oui! Mais elle n’était pas terminé, eh non! De son logement, elle pouvait entendre du brouhaha dans le couloir. Vaan sortait-il de son logement??? Ce n’était pas le cas. Une personne était à leur palier, devant la porte de son précieux Vaan. Une enveloppe en main, il glissait celle-ci doucement dans la fente destiné au courrier. Sa figure mystérieuse, encapuchonné, ne donnait aucun indice sur son identité. M-1012 devait jouer fin, les hauts niveaux n’étaient pas les meilleures zones pour lui.



Tout aussi soudainement, le clone se releva un peu vivement, laissant un trait de lumière éclairer son visage sous la capuche. Si le bas était masqué pas un foulard noir, le haut du nez et des yeux avaient été visible : bleu azur. Il semblait avoir sentit quelque chose, comme si on l’épiait? Allons… Mais encore, l’impression perdurait. Cette porte voisine s’était-elle ouverte un bref instant ou avait-il halluciné? Il ne le savait pas. Se relevant d’un coup, une main se plaquant contre son torse dans la lancé un peu trop vive, ressentant encore de la douleur, il s’élança agilement dans la cage de l’escalier : tant pis pour l’ascenseur. Glissant le derrière appuyé sur les rampes diverses, mélangeant glissade et dévalement de marche, il faisait rapidement son chemin vers la sortie.

Vaan avait un bien étrange visiteur.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 12:52    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Après une bonne douche et une longue méditation sur ce que Vaan m'avait dit, je m'étais attelée à faire des essais d'expressions "adultes" devant le miroir de l'entrée quand j'entendis du bruit. Je regardai par le judas et vis une silhouette s'approcher de la porte de Vaan. Je fronçai les sourcils, comme pour mieux voir. Mais la pénombre n’arrangeait rien.
J'avais soudainement très froid au dos. Cette sensation remontait du bas du dos jusqu'à la nuque. J'avais peur pour Vaan. Qui était cette personne ?
Je m'apprêtai à m'éloigner de la porte quand je les vis. Oui, ces deux yeux bleus azur, les mêmes que Vaan. Cela ne pouvait pas être Vaan, il ne trafiquerait rien sur sa porte avec une capuche et un foulard. Cela ne pouvait être que...


- Le clone...murmurai-je.

Ni une ni deux, j'ouvris le placard de l'entrée, pris ce dont j'avais besoin et déverrouilla ma porte pour sortir. Mais quand je fus sur le pallier, le clone n'était plus là. Avec une agilité incroyable, il venait de dévaler les escaliers.


- Alors toi... tu vas voir ce qu'il en coute de venir chez lui, dis-je à moi-même en me précipitant vers l'ascenseur.

Je n'étais pas bien habillée, ni coiffée, mais pour une fois je me moquai bien de sortir si mal apprêtée. C'était pour Vaan !
Comme il n'y avait personne, il ne lui fallut pas longtemps pou arriver et en quelques secondes, j'étais au rez-de-chaussée. Je traversai le hall en trombe et déboula dans la cour de la résidence.
Au milieu de la cour, je scrutais le mur d'enceinte. Je ne voyais pas grand chose... je ne pouvais pas faire grand chose. Peut-être qu'il n'était plus là ? Qu'importe ! Je vais lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas venir comme bon lui semblait.
J'étais arme en main, prête à tirer sur la moindre ombre devant moi.
J'avais tellement peur. Je n'avais jamais utilisé ce genre de chose... J'avais juste pris ça à la demande de maman, quand j'avais quitté la maison. Papa ne le savait pas. Ho ! Si il le savait, j'aurai droit à une sacrée correction...

Je pointais l'arme tantôt sur un coin, tantôt sur un autre. Les yeux grand ouvert, avec pour seule aide, l'éclairage qui me mettait à la lumière.

- Si tu oses encore venir ici, je te troue !
m'exclamai-je en me disant qu'il n'était peut-être plus là. Sale clone ! Tu ne l'auras pas ! Laisse Vaan ! Si tu t'en prend à lui... commençai-je en criant.

Je me tournai brutalement en croyant percevoir quelque chose dans mon dos.


- Si tu le fais...

Les mots ne sortaient plus. La peur me fit appuyer sur la détente. Du moins, elle voulut me faire appuyer sur la détente. Mais rien ne se passait. Avais-je oublié quelque chose ?

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 13:16    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Cette petite chose était bien sauvage, Vaan n’avait pas avertie qu’il avait chez lui un colocataire de garde. Ce qui l’embêtait vraiment c’était qu’elle s’exclame comme ça à tue tête des mots compromettant : Vaan et clone dans la même phrase, ça ne lui plaisait pas du tout. Celle-ci pouvait voir la fameuse ombre derrière elle lui « foncer dessus ». Si sa mémoire lui faisait défaut à certain moment et qu’il avait l’impression de s’être réveillé d’un long cauchemar, son corps qui avait répété mainte fois les mêmes actions s’enclencha tout seul. Sa main s’abattit sur celle de Roxanne, lui enleva son arme prestement, la démontant machinalement. La pauvre enfant fut prise dans un tourbillon de poigne solide après quoi elle se retrouvait entre l’étau des bras de M-1012, celui-ci la retenant fermement d’un bras et l’autre main sur sa bouche. Lui faisant face de proche, il la fixa dans les yeux avec sévérité. Son foulard avait perdu sa place dans l’action, après tout, pour une raison qui lui échappait encore, elle avait deviné. Son visage clonique la fixait mais loin de cet air stoïque qu’on leur prête, son regard était remplit d’avertissement, la mine sévère.

-C’est Moi qui vous met en garde. Si vous prononcez une fois encore un phrase qui nous inclus tous les deux dedans, je m’arrange pour que Vous arrêtez de crier dans la rue et le mettre en danger. Si Vous voulez le protéger, alors vous allez vous taire et laisser sous silence l’évènement de ce soir. Est-ce que je me fais bien comprendre?

Bien qu’il tentait d’être autoritaire, il semblait avoir de la misère à gronder cette fille effrayée. La pauvre chose semblait pratiquement défaillir dans ses bras.

-Et! On ne joue pas avec des armes que l’on ne connait pas, mademoiselle! Vous allez vous blesser! Si vous acquiescez et que vous ne faites pas de bêtise pour attirer l’attention, je vous relâche. Si vous criez, vous ramènerez les flics ici et ceux qui me ressemblent n’ont pas la même inhibition que moi ni le bon sens d’épargner. Je passe me passe de commentaire sur votre appellation de ma personne, néanmoins, ne me cherchez pas non plus. Je ne suis pas un mauvais type, mais je déteste que l’on m’appelle « sale clone » Compris?

En plus de ses remontrances relativement …bienveillantes, M-1012 sentait les fruits. C’était le genre de chose qui n’aidait pas trop à l’image de dur intimidant.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 13:27    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Il me tenait si fermement que je ne pouvais plus bouger. J'avais même l'impression que mes pieds ne touchaient plus le sol. Il me faisait tellement peur, mais en même temps, il était... magnétique. Comme Vaan ! Il avait ce "je-ne-sais-quoi" qui donne envie d'en savoir plus sur lui. Mais contrairement à Vaan, ce type était nettement plus ferme. Il avait une poigne que Vaan n'avait pas. A moins que Vaan se fusse retenu. Qu'importe, il me tenait et j'étais prise au piège.

Quand il me demanda de ne plus crier, j'avais envie de crier encore plus. Mais que pouvait-il faire à Vaan si je continuai. Alors je lâchai prise. Je ne me crispai plus.


- Hmmmh, marmonnai-je à sa première question.

Puis, à la deuxième, lorsqu'il me demanda si j'avais compris, je marmonnai la même parole. De toute façon, je ne pouvais pas dire grand chose de plus avec sa main sur ma bouche.

Sa main sur ma bouche... Elle sentait bon... Je n'avais jamais senti quelque chose de similaire. Je ne savais pas pourquoi, mes oreilles se mirent à siffler. J'avais l'impression que l'on venait de donner un coup de barre derrière la tête... tête que j'avais subitement lourde. J'eus chaud, puis froid... très froid. Et là, un voile noir devant les yeux. Je l'entendais me parler. Mais j'avais l'impression d'être ailleurs...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 13:50    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Incrédule, M-1012 vit Roxanne perdre ses sens. Avait-il serré trop fort?! Immédiatement, il relâcha son emprise et vérifia s’il n’avait rien cassé. Dans le vif du moment, avait-il mit trop de pression???

-Oh non... Oh non oh non..

Elle respirait, elle semblait bien aller… Bon. Panique? Culpabilité? Rédemption? Un peu des trois. La tenant maladroitement d’un bras, il remonta sous foulard et la souleva manière « princesse ». Les marches filèrent sous ses pas, oubliant de même ses propres blessures au torse. L’ascenseur était trop risqué… et puis il tenait une fille inconsciente là! Bordel, quelle idée de la menacer aussi sévèrement, mais elle avait eu sacrément du cran de le suivre en bas pour le menacer d’un révolver. Fatiguant un peu, il l’appuya finalement sur une épaule comme une enfant, passant un bras sous ses cuisses pour qu’elle soit « assise » dans son étreinte. Entre deux palier une pause s’imposait, sa main libre pressait ses bandages en grimaçant.

-« L’art de se mettre dans la merde selon Mikael Lavinen, le livre! », déclara-t-il avec une fausse intonation de pub.

Son esprit stoppa un instant sur ce qu’il venait de balancer lui-même… Lavinen? Un intense frisson lui parcouru l’échine doublé d’une petite sueur froide. Il ne donna pas court à cette vague de lucidité sur son ancienne identité, les choses étaient pas à ça pour le moment. Reprenant Roxanna entre ses deux bras pour recommencer son ascension, il fini par arriver au bon palier et s’arrêta devant la porte close. Bon… Les mains comme s’il avait été armé de pincette, il chercha la clé pour entrer et ne se fit pas prier une fois celle-ci trouvé : il ne tenait pas spécialement à la fouiller de long en large, il restait un gars honnête. Continuant sa cavale, il entra et regarda autour de lui. Quelle poisse! Comment traiter une femme évanouie? Il commença à se parler tout seul.

-Peut-être qu’elle a problème de santé particulier… Peut-être respiratoire? Je n’ai rien cassé, ni fait mal à Ce point non? Arhh.. je faisais attention en plus.

Trouvant la salle de bain, il chercha en vain un indice, un quelque chose pour la soigner. Il n’osait pas aller cogner chez Vaan.

-Je me vois mal arriver chez lui et lui balancer : Salut Vaan, j’ai agressé par erreur ta voisine qui a tenté de me tirer dessus avec un révolver, quand je l’ai maitrisé et que je lui ai dit de se calmer. Tu peux m’aider à réparer ma bourde? Très brillant Mikael, très brillant.

Une suite de grognement divers suivit ce monologue solitaire alors qu’il revînt avec une compresse pour le front de Roxanne. Un peu de liquide nettoyant frais dessus, il allait déguerpir ou tenter de déguerpir, à la seconde qu’il verra qu’elle reprend sur elle.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 14:04    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Je me sentais tellement légère ! C'était fou l'impression de sérénité qui m'envahissait ! C'était mieux que dormir. Je n'avais pourtant plus le contrôle de mon corps. Je voyais tout noir, entendait quelque bruit si et là. J'entendis "Salut Vaan".
Étais-je chez lui ? Comme la nuit dernière ? Non... je m'en serai souvenu si il m'avait invité chez lui. Ce n'était pas le genre de chose que j'oublierai.
Puis, du frais. Je sentis du frais. Là, je sentis des picotements dans mes bras et mes jambes, comme si j'en retrouvais le contrôle.
J'entrouvris doucement les yeux. Je les vis, les beaux yeux de Vaan. Ils me fixaient. Ils avaient l'air inquiet.
Je me souvins alors de sa pâleur, quand nous nous étions croisé dans le hall d'entrée. Puis un bref souvenir du clone. J'avais de nouveau froid. J'avais peur. Alors j'eus terriblement envie de rassurer Vaan. Je levai mes bras vers ce que je croyais être les yeux de Vaan et dis :


- Vaan... un câlin... un cauchemar...

Mais tout en levant les bras, j’ouvrai davantage les yeux. Et là, je vis que ce n'était pas mon Vaan. Mon cœur fit un bond. J'étais terrorisée. Plutôt que de prendre le clone dans mes bras, je les repliai sur moi, comme une barrière devant ma poitrine. Les yeux écarquillés, je cherchai à reculer, mais derrière moi, le mur qui me servait de soutien.

- Le... le...

Ha oui ! Le clone qui était devant la porte de Vaan.

- Que voulez-vous à Vaan !?
m'écriai-je. Laissez-le ! Ne vous approchez plus de chez lui sinon ils vont... ils vont lui...

Là les horreurs vues chez le président me vinrent à l'esprit. L'horreur passa sur mon visage. Malgré toute l'affection que j'avais pour le président, imaginer Vaan subir ce qui devait être fait au clone me fit terriblement mal dans la poitrine et dans le ventre.

Je portai mes mains à la bouche pour ne pas en dire plus. Après tout, les horreurs étaient prévues pour ce clone, pas pour Vaan.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mer 25 Juil 2012 - 14:20    Sujet du message: Chez Roxanne Butler Répondre en citant

Lorsque la jeune femme reprit conscience, M-1012 songeait réellement qu’il n’avait pas seulement agressé la voisine de Vaan, mais bien sa petite amie. Se reculant, à demi dos à elle, il déposa les clés sur la table non-loin et rajusta le haut de son habit pour camoufler ses traits. Une tâche sombre s’était étendue dans son dos, sur un des omoplates, chose que Roxanne pu voir lorsqu’il lui tourna le dos en partie.

-Ce qui nous lie ne vous regarde pas et si vous êtes proche de lui comme vous semblez l’affirmer ou le démontrer, il vous en parlera de lui-même. Je vous le déconseille si vous n’êtes pas assez proche, il pourrait devenir négatif. Écoutez-bien, je le dis une dernière fois, silence et mêlez vous de vos affaire. C’est vous qui l’exposez au danger en faisant toute une histoire, je sais ce que je fais, vous pas.

Se tournant de nouveau vers elle, il lui dit.

-Et je sais très bien ce qu’ils font là-haut, peut-être plus que vous. N’oubliez pas que tout clone affranchit ont déjà été contre leur gré un chien du Gouvernement. Alors, ne venez pas me faire la leçon. Personne ne lui fera rien, je ne laisserai personne lui faire quoique ce soit…

À ces mots, une main douloureuse s’appuya à la tâche sombre de son dos, le rouge maculant ses doigts.

-Silence sur l’évènement de cette nuit et… un soupir de fatigue brisa sa phrase, tout ira bien. Si c'est vous qui mettez en danger Vaan en ayant la parlotte trop libre, je devrai m'occuper de vous. Ne m'obligez pas à vous faire du mal, je n'en ai pas envie.

Il la fixa encore un peu, la pointant avec un index d’avertissement, puis se retourna en direction de la porte.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:59    Sujet du message: Chez Roxanne Butler

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 1 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.