Imaginarium Index du Forum

Le Wendigo, L'accident du rossignol
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012 - 23:04    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

J'en apprenais ainsi davantage sur celle qui avait comblé mon vide. J'en oubliais où j'étais et repensais à la sensation qu'elle avait fait naitre en moi. Mais quand Vendel parla de Roxanne, je revins vite, très vite, à la réalité.

- Petite amie ?
répétai-je. Je préfèrerai que tu m'achèves plutôt que de vivre quoi que ce soit avec cette gamine qui a à peine 20 ans, à tout casser... Et elle est un véritable poison sur patte ! Elle n'arrête pas de me suivre quand je la croise sur le palier, elle frappe chez moi quasiment tous les jours depuis que Phillie est partie. Je fais même semblant de ne pas être là. Elle est vraiment bizarre. Totalement odieuse avec ses proches, irrespectueuse de son entourage, hautaine, médisante. Mais pourtant, il me suffit de dire "tais-toi" pour qu'elle obtempère. Plus obéissante qu'un chien. Je t'assure. Mais pas la peine de lui dire de dégager. Elle me rattraperait vite chez moi. C'est la fille du propriétaire de ma résidence. Elle habite sur le même palier que moi.

Le simple fait de parler de Roxanne m'énerva subitement. Elle avait quelque chose qui me dérangeait en elle. Une chose que mon "vide" essayait de repousser à tout prix. Mais j'ignorais ce dont il s'agissait.


- Je sais pas pourquoi elle est comme ça. Peut-être qu'elle a besoin d'une autorité paternelle et qu'elle le trouve en moi... Honnêtement, j'en sais rien. D'ailleurs, pour se faire pardonner d'une bêtise qu'elle a fait hier, elle m'a offert ce papier parfumé, celui que j'ai utilisé pour les roses... Roses que j'ai fait pour me faire pardonné de mon état pitoyable d'hier soir.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012 - 23:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 04:08    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Au fur et à mesure que Vendel écoutait, son air semblait déjà meilleur. Le manque d’oxygénation souffrant de son sang s’estompait momentanément grâce au sang neuf. Il n’avait pas besoin d’une transfusion intense et il songeait évidemment qu’il pouvait continuer son traitement dans les jours suivant. Intoccabile lui aiderait, sans aucun doute, à se brancher correctement ainsi que faire un suivit de son état.

-Va savoir Vaan, le monde est remplit de personne en manque. La différence est que nous avons tous un manque différent.

Appuyant ses mots d’un petit retirement sec des fils, il se pansa lui-même l’intraveineuse qu’il venait de retirer.

-Je manque d’air dans le sang, elle manque d’attention dans sa vie, Boris manque toujours de nourriture dans son ventre, et toi tu as ce manque qui semblait si complexe à définir, manque tu sa suscité sous l’effet de l’alcool mais dont je ne m’informerais pas plus. Chacun a ses secrets. Bref, nous manquons tous de quelque chose. Certains deviennent plus lourd à cause de cela, d'autre moins. Pour ton état pitoyable, j’étais en partie responsable. Les filles ont le droit de ramener dans leur loge les hommes qu’elles veulent pour les activités qu’elles veulent. Chanter une berceuse innocente est un fétiche que je ne leur connaissais pas. Dans tous les cas, je me souviendrai de ne pas trinquer trop fort avec Il Rosso, l'alcool ne lui fait pas. Ma constitution n'est pas équitable cependant, j'ai des atouts que tu n'as pas biologiquement.

Le regard vaguement moqueur, il se leva pour aider la circulation du sang, marcher un peu et pourquoi pas entamer son verre de fort. Et voilà, ça recommençait pour Vendel.

-Tant que tu ne vas pas à l’encontre des règles, tout va bien. Mh?

Était-ce une remarque face à sa « sœur », avait-il remarqué l’intérêt de celui-ci? Va savoir, Vendel avait sa manière bien à lui de glisser ses intentions à travers des sous-entendus.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 08:23    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

J'esquissai une expression de gêne.

- Je me doutais bien que tu allais être au courant pour cette berceuse. Pour être honnête, je n'ai entendu que le premier couple et le refrain. J'ignore la totalité de cette chanson. Mais si un jour tu fais faillite avec le Wendigo, ce que je ne te souhaite pas, tu pourras toujours te réorienter vers le babysitting ! Tes filles sont douées ! La prochaine fois, penses aux atouts que je n'ai pas et ne me sers pas du contenu de ta bouteille... Pense à la faible constitution de l'ambulancier que je suis.

Je me mis à rire de bon cœur. Mais la remarque à peine voilée de Vendel concernant sa sœur me calma rapidement. Cette fois-ci, je me tournai franchement vers la porte. Je la regardai quelques secondes et me retournai doucement vers Vendel.

- Je dois t'avouer qu'elle m'intrigue. Un bon samaritain ici ? Au Wendigo ? m'étonnai-je. Qui en plus, veille sur mon "patient", ajoutai-je avec une pointe d'amusement.

Je levai les mains en signe de Mea Culpa.


- Si mes intentions t'ont semblé douteuse, je m'en excuse et rassure-toi. J'ai parfaitement assimilé tes règles. Néanmoins, le grand chapeau, l'allure distinguée, la main sur le cœur... une certaine autorité sur toi et la boisson, ça il ne faut pas le nier... Je pense qu'avec tout ça, j'ai bien le droit d'être intrigué et de me poser plein de question. Depuis le temps que je connais les lieux, c'est un peu... perturbant de voir ça ici...

Ho oui... perturbant... obsédant... addictif... Intoccabile, qui étais-tu sous ce grand voile noir ? Tout cela, je préférai le garder pour moi et éviter de quelconques problème avec Vendel car malgré nos différences notables, je l'aimais bien.
Je l'appréciais.
Pas par l'argent qu'il me donnait pour mes services. Je lui avait déjà dis que je n'en voulais pas. Quoi que cela me permettais d'avoir un bel appartement. Enfin bref.
Je l'appréciais plutôt pour ces petites conversations, comme celle-ci ou celle d'hier soir. Au fond, c'était un chic type... si on laissait de côté ses activités douteuses, son caractère, ses sous-entendus étranges et souvent menaçants, son arme régulièrement utilisée (et j'en fus témoin), les macaques qui lui servaient de garde du corps... Nan, en y réfléchissant bien, Vendel n'était pas du tout fréquentable.
Alors aller savoir pourquoi j'aime venir ici, pour profiter de ce genre de discussion, au moins 3 à 4 fois par semaines !
Cela ne devait plus être pour le maintenir en vie, car maintenant il se transfusait seul. Et parce que je pouvais toujours lui procurer le sang, venir le lui vendre et repartir sans rester à parler, boire un verre, voire plaisanter. Cela n'était pas non plus pour les filles en tenue légère.
Bha, qu'importe, la raison de cette appréciation m'importait peu finalement. Je considérais Vendel comme un ami, c'était une raison tout à fait suffisante pour l'apprécier et passer du temps au Wendigo, malgré toutes ses activités, ses gorilles et son arme.
Son arme...
L'homme du festival porté disparu...
Le bureau en sang...
Ses propres mots : "liquider la concurrence"...

- Au fait, tu as vu les informations aujourd'hui ? Un homme qui devait prendre part aux divertissement du festival, a été porté disparu et son bureau a été retrouvé plein de sang. Étrange non ? Va savoir ce qui lui est arrivé. Probablement une question de business, dis-je en levant les sourcils.

Tu vis Vendel, moi aussi, je savais faire des sous-entendus... sauf que ce n'était pas une menace. Je me moquais bien de ce que faisait Vendel. Lutter contre ça reviendrait à prendre parti pour l'organisation. Soutenir Vendel reviendrait à me mettre du côté des maffieux. Personnellement, je suis en dehors de tout ça. J'aime la neutralité.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 13:42    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Un sourire vague flottait sur le visage de Vendel. Il Rosso était un jeune homme intelligent et peut-être un peu trop pour son bien s’il commençait à expliquer trop de chose. Pourtant, Intoccabile était cette part hors des affaires et jamais il n’avait été autant sur la ligne. La Famillia, la Mafia, c’est une chose avec laquelle on naît, une vocation inscrite avant même notre naissance. Mais Intoccabile était ce chiffre dans l’équation qui jurait avec le reste et qui, effectivement, était absolument intriguant quand on regardait la situation de l’extérieur. Pour un mafieux, parler de famille et voilà, les gens se taisent, surtout quand ça l’a attrait à des femmes proches: mère, sœurs. Ses hommes et ses filles n’avaient pas non plus le luxe de la proximité qu’avait Vaan, après-tout, qui en ce bas monde le savait outrageusement malade? L’autre contact avait été victime d’un accident de la route et il y avait Intoccabile. Bon, le parrain évidemment, le savait et sa mère elle, que Dieu la bénisse, elle n’était plus.

Les traits pensifs, la lueur sauvage, violente qui oscille habituellement dans son regard s’estompant, Vendel répondit finalement.


-Chi asperttar puote, viene a cio che vuole

Ce proverbe de patience revenait sur le tapis, mais Vendel lui donna suite.

-Approcher Intoccabile, Vaan, c’est un non-retour. On ne s’éloigne pas de l’Intouchable une fois qu’elle nous a touché. Impossible, inconcevable. Mais elle est dangereuse, pas parce qu’elle est une personne de mauvaise vie, mais bien au contraire. Elle est ce qu’elle est dans une ville comme la notre, un monde comme le notre. La frontière entre le bien et le mal est si mince ici, Il Rosso, le concept est pratiquement une légende. Il n’y a plus de blanc ou de noir, nous sommes pratiquement tous gris. Gris plus foncé ou gris plus pâle. Un jour elle t’approchera Vaan, je le sais, je le sais pertinemment, et ce jour-là une part de tout ça te sera limpide. J’ai une dette envers elle, une dette qui ne s’efface pas et que je ne désire pas effacer. Elle est tout comme ma sœur, après tout. Je ne fais que la protéger pendant qu’elle fait son devoir. Pas besoin de jeter une autre âme en enfer, surtout si la sienne est encore blanche. Teinté, je le suis, pas besoin de mettre le sale boulot à un autre.


Bien des gens auraient pu croire à un faible de la part de Vendel pour la « dites » sœur, mais le regard de celui-ci était clair là-dessus. Ce n’était pas le cas, pour une raison obscure, il y avait probablement trop de respect entre les deux individus pour quoique ce soit. De plus, Vendel semblait apprécier préserver la beauté et la pureté. D’un certain sens, ça pouvait sembler absurde vue l’endroit… Mais d’un autre, ses filles n’étaient ni droguée, ni battue, voir bien traitée et protégé. Il y avait un sens de contradiction dans tout ça, comme un désir de bonne intention bien, bien loin sous la violence et le crime.

L’esprit de Vendel sembla revenir sur la terre ferme et son regard s’obscurcir de nouveau juste avant d’entamer la suite.

-Si cet idiot savait écouter des avertissements, il n’en serait pas là aujourd’hui. Les affaires sont les affaires, comme tu dis, Il Rosso. N’oublie pas que j’ai un père et que lui aussi à son mot à dire sur tout ce qui se passe ici et dans la ville. Je peux bien décider de gérer mon Cabaret comme je l’entends, il y a certain aspect des affaires dont il aime se mêler. À savoir qui exactement à liquidé le bonhomme.

Il haussa les épaules un brin.

-Pour ma part, ni chaud ni froid. Il est hors de mes pattes pour le festival et j’ai récupéré certaines de ses filles qui n’étaient pas des junkys finis, elles sont en désintoxication. Tu les rencontreras dans quelques semaines quand nous aurons terminé de soigner leur peau brisé par les brûlures de mégots de cigarette ou les coups d’ivrogne. D’ici là, elles sont en repos et apprentissage. Je suis certain qu’elles te seront charmantes, tu as le chic avec mes filles.

Le regard toujours aussi clos et perçant à la fois, il observait la réaction d’Il Rosso.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 16:43    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Je tirai vite un train du le business de Vendel et la mort de sa concurrence. Je ne voulais pas en savoir plus. Mais ses mots sur sa "sœur" me donnaient encore plus envie de la rencontrer. Que voulait-il dire avec "une part deviendra limpide". De quoi parlait-il ? De quelque chose qui la concernait elle, qui les concernait eux, ou qui nous concernait elle et moi. Qui concernait notre "vide".

- Tu as raison, comme souvent, dis-je en souriant. Personne n'ait blanc ou noir. Moi-même, je suppose.

Je me tus et regarda la porte qui menait vers la salle où j'avais ordonné à Roxanne de ne pas bouger.

- C'est même peut-être certain. Roxanne fait ressortir en moi un côté sombre dont je n'imaginais même pas l'existence. La colère, la méchanceté, l'autorité... la violence. Parfois j'ai envie de la ligoter, de la bâillonner et la jeter par la toute petite fenêtre de ma cuisine.

J'affichai un large sourire quand il me parla de ma popularité auprès de ses filles.

- Oui, elles m'apprécient et ont même pris soin de moi après ma cuite. Tu veux connaitre le secret d'un tel succès sans rien faire ?

Je lui montrai mes yeux et éclata de rire.

- Cela fonctionne partout, même à l'hôpital où, je dois te l'avouer, j'en abuse parfois... Cela avait marché avec Phillie. Mais ici, je pense que le respect passe même avec mes yeux. Elles ont un travail qui ne doit pas être facile tous les jours avec ces pervers qui bavent devant leur moindre faits et gestes. Mais avec Roxanne, rien à faire, ça marche pas, elle reste la même... collante, chiante, énervante... En parlant de fille, si tu récupères celles de l'autre, et que le cabaret concurrent est fermé... tu vas avoir encore plus de clients. Tu n'appréhendes pas tout ça ?

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 17:10    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Retournant s’asseoir à son bureau, son verre toujours en main, il continua simplement.

-Ce n’est pas un souci, Il Rosso, certaines de mes filles changent d’emploie une fois leur réserve faite, certaine se trouve un compagnon et quittent par question d’éthique. Les filles partent, arrivent, les choses roulent. Elles seront intégrées doucement et le genre de client qui les côtoyait n’est pas le genre de client que nous servons ici. Les gens Savent qu’ils n’ont pas le droit de toucher aux filles comme leur bon plaisir l’exige, ma clientèle ne changera pas, et si elle augmente, les règles restent les règles. Si un client se prend pour n’importe qui en venant ici, il se fera mettre dehors en avertissement et s’il revient, ah! Là, je ne suis plus responsable, ils seront aux bons soins de mes hommes. Parlant de fille , j’ai un petit Rossignol qui m’attend.

Se levant, ajustant sa cravate parfaitement mise et se lissant les cheveux, toujours aussi perfectionniste, il se dirigea vers la porte.

-Si tu m’excuses Il Rosso, je dois aller accomplir mon devoir de patron. Ah les femmes. Cependant le petit Rossignol dérange si peu, ce doit être pour une bonne raison. Maintenant, retour en enfer pour toi.

Et il ouvrit la porte.

-Bonne journée, monsieur, dit-il, reprenant son attitude impersonnelle devant les hommes et Roxanne.

Son regard glacial se baissa sur Roxanne, la transperçant au passage de son air froid, énigmatique. Un gorille tassa celle-ci sur le coté doucement pour laisser Vendel passer, un Vendel qui ne se retourna même pas. En direction la loge de River.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 17:24    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Un petit rossignol qui l'attendait. Si seulement la chose qui m'attendait pouvait en être un aussi. Car la voix du "Rossignol" qui m'attendait était plutôt proche du bruit d'une crécelle.

- Là, c'est moqueur et méchant
, dis-je en faisant un faux reproche car mon sourire amusé gâchait tout. Un jour peut-être qu'elle viendra postuler ici, maintenant qu'elle sait que j'aime passer du temps au Wendigo. Elle serait capable de le faire, uniquement pour que je la regarde. Hmmh, j'imagine le tableau. Roxanne courant partout dans le Wendigo, parlant comme à des chiens à tout le monde, te cassant les oreilles... Je suis certain que si je lui souffle l'idée, elle le ferait en pensant y avoir songé seule...

Nouvel éclat de rire de ma part. Rire que je dus ravaler lorsque Vendel ouvrit la porte. Nous reprîmes alors notre comédie habituelle, sans signe d'amitié dans nos mots. Celle qu'on utilisait face aux autres.

- Merci Monsieur Genovese, bonne journée à vous aussi.

Je savourai ce moment intense, où Vendel fusillait Roxanne du regard. Mon sourire était si grand et si large qu'il trahissait ma reconnaissance pour ce geste de mon ami. Geste qui pourtant, est habituel. Mais là, j'en tirai un grand bonheur. Quand Vendel fut partit, Roxanne s’agrippa de nouveau à une manche de ma veste.

- J'aime pas ce lieu, pourquoi fréquentes-tu cet endroit plein de femme bizarres aguicheuses... J'aime pas non plus ce type, dit-elle en pleurnichant. J'ai dû patienter dehors à cause de lui.

- Si il n'avait pas dis de rester dehors, je l'aurai fais moi-même,
répliquai-je, ce qui cloua le bec de Roxanne jusqu'à la sortie du Wendigo. Et j'aime cet endroit. Un point c'est tout. Ces femmes, comme tu le dis, ce sont des amies. Alors ne médise pas mes amis.

Nous allions vers la sortie. Dehors, Roxanne recommençait de plus belle...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ginie


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 1 098
Mon rythme pour mes posts RP est: Moyen tout depend de l'irl

MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 14:48    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Alors que je m'échauffais la voix, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à Vaan et cette fille à la couleur rouge et je me dis à moi-même :

-J'aimerais bien savoir où est ce qu'il la trouver cette fille dis-je en me mettant à rire doucement en me repassant la scène de tout à l'heure. Je repris mes esprits et pris un verre d'eau puis je me remis à parler seule :

-En tout cas son look est des plus voyant, brrr à faire froid dans le dos.. pauvre, pauvre Vaan dis-je alors qu'un frisson me traversait le dos, je prie les partitions que j'avais tout juste eu le temps de glisser dans mon sac et recommença a le travaillée. Le temps passait à une allure folle et je me demandais si Vendel allait bientôt arriver...

_________________________________________________________________
Adam
Drumont Alexandra
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 16:40    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

La porte ouvrit doucement, le grand Manitou faisant son entrée dans la loge. Son regard froid jaugea un instant l’endroit puis il prit place dans un siège de la pièce regardant son Rossignol calmement.

-Approches, dit-il en tapotant l’accoudoir de sa chaise, lui permettant d’être à proximité.

Le patron n’était pas trop du genre à laisser les filles approcher, ne désirant pas des avances déplacé. Mais River n’était pas ce genre de personne, elle savait garder ses mains pour elle et c’est une chose qu’il appréciait.

-Dis-moi tout.

La tête penché un peu sur le coté, une fois celle-ci installée pour lui parler, il joignit les mains avec une mine attentive. Que pouvait bien lui vouloir son petit Rossignol? Un homme l’embêtait peut-être? Homme mort si c’est le cas. Peut-être bien que la concurrence lui faisait des avances? Allons, hormis les autres Cosa Nostra, personne n’oserait lui faire affront, il avait marqué sa réputation dans le sang. Alors… que pouvais bien vouloir River?
Revenir en haut
Ginie


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 1 098
Mon rythme pour mes posts RP est: Moyen tout depend de l'irl

MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 17:59    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol Répondre en citant

Je m'étais installé comme mon patron me l'avait demandé puis je commençais à lui expliquer ma mésaventure en essayant d'être le plus clair possible et sans lui faire perdre son temps puis je lui dis :

-Voilas, j'ai eu un léger accident ce matin à mon domicile. J'ai travaillé le reste de la nuit sur les chansons que vous m'aviez confiée pour le festival. Je me suis levée complètement au radar sans faire attention où j'allais et mon pied a percuter la table basse.

Je prie quelque instant puis je continuais et je dis :


-La douleur était tel que j'ai du me rendre a l'hôpital pour y passer une radio. J'y est d'ailleurs rencontré Vaan, il a été charmant
dis-je en souriant.


-Finalement la radio à révéler une fêlure sur l'os de mon orteil et le médecin veut m'imposer dix jours de repos. Et cela me gène de devoir vous faire faux bon ainsi

_________________________________________________________________
Adam
Drumont Alexandra
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:19    Sujet du message: Le Wendigo, L'accident du rossignol

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.