Imaginarium Index du Forum

A la recherches des blessés perdus
Aller à la page: 1, 2  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 19:07    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Jour 1
Milieu de matinée.


Ed, skateboard toujours sous le bras, avait quitté le QG des Enfants de la Liberté peu auparavant, Exie, Pyro et Chel à sa suite. En fait, Pyro à ses côtés, Exie entourée d'un nuage de fumée juste derrière, et Chel un peu à la traine. Et tous avançaient, du QG au dépotoir, en silence. Ou presque.

''Aller Ed ! Eddie quoi, aller ! Prête-le moi !''

Cela faisait dix bonnes minutes -depuis qu'ils étaient arrivés sur le dépotoir en fait- que Pyro tannait Ed de lui prêter son skateboard. Pour essayer, disait-il. Mais la fille avait catégoriquement refusé, arguant que c'était son seul moyen de transport, le sien personnel qui plus était, et que Pyro, n'en ayant jamais fait, avait de grande chances de se faire mal.

''Là-bas'', coupa Exie en désignant du doigt un tas, plus loin sur le dépotoir.

Ed s'approcha de l'endroit désigné en gravissant la ''montagne'' artificielle que formait les ordures et autres déchets du dépotoir. Il était certain que le lieu portait bien son nom.


''Lerow ?'', interrogea Ed en se penchant légèrement au-dessus d'un individu courbé en deux près du sol qui n'était que silhouette vu de loin.

L'individu en question se redressa alors lentement pour toiser de toute sa hauteur la fille qui dut relever la tête pour voir son visage. Pour les trois autres un peu en contrebas, la scène devait faire penser au combat entre David et Goliath. Le côté biblique en moins.

''Lerow ?'', redemanda Ed sans sourciller.

Car non, la fille ne ressentait aucune crainte face à cet homme plus grand qu'elle. Si c'était bien le quatrième membre de sa bande, il ne lui ferait rien ; si non, Ed savait se défendre. Et la taille du gaillard serait un désavantage pour lui.

''Oui'', grogna l'homme pour toute réponse.

Chauve, possédant une forte musculature et un visage à la mâchoire à la fois carrée et proéminente, Lerow était tatoué sur une grande partie de son corps et semblait sortir tout droit d'une caverne. C'était peut-être d'ailleurs le cas. Mais il n'avait pas l'air si bourru pour autant et si Jack l'avait inclus dans l'équipe, ce n'était pas sans raison.

''Salut, je suis Ed, reprit la fille de son habituel ton neutre, en ajoutant un petit signe de la main à son discours. Avec les autres on doit aller retrouver les gens de la meute d'Amanita. Jack t'as mis au courant ?

- Oui'
', grogna de nouveau Lerow en tournant la tête pour observer un moment quelque chose un peu plus loin.

Ed vit alors qu'il manquait une oreille au géant.

''Qu'est-ce qui t'es arrivé ?, lui demanda t-elle avec curiosité en désignant la cicatrice remplaçant son oreille.

- Longue histoire'', lui souffla Lerow d'une voix roque.

Ed hocha la tête pour lui faire comprendre que tout le monde avait le droit de garder ses secrets puis elle l'invita à redescendre et rejoindre les autres.


''Lerow, salua Exie.

- Exie, répondit Lerow de sa grosse voix.

- Enfin au complet.''

Ed soupira.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 19:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maître de Jeu


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012 - 16:22    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Fidèle à son caractère, Exis approcha finalement d'Ed une fois l'équipe complète et lui tendit un petit écran qu'elle avait rafistolé, ces jeunes, ils jetaient n'importe quoi. L'écran en question affichait la carte du secteur du dépotoir où la bande à Amanita avait pour habitude de loger.

===============================================


Connaissance générale sur le secteur:
Ce secteur, dans son âge d'or, était un quartier privé entouré de mur de sécurité. À son entrée, avant, il y avait un poste de garde pour empêcher ceux qui ne sont pas locataire d'y entrer. Maintenant, comme toute l'étage du dépotoir, les rue sont jonché de déchet et parfois de montagne de déchet ce qui rend les endroits difficilement praticable. Le dépotoir est un niveau de ville normal qui a été abandonné, le plus bas de Metropolis et donc celui où atterrit tous les déchets que l'on tire en bas. Il advient que l'on retrouve des cadavres en bouillit, les personnes qui tombent des niveaux ou se font tirer en bas n'étant pas repris (tel que les mafieux qui se débarrassent de leur corps): les gens normaux sans alliance avec les mutants osent difficilement y être sous peine d'avoir peur de mourir. Une grosse part de cette peur est injustifié puisque les mutants intelligents ne sont pas plus belliqueux que les humains en haut, même moins. Cependant, les mutants monstrueux et bestiaux errent aussi à cette étage de la ville. Prudence.


Grille bleu: Équivaut environ à 3 mètre carré par carreau sur la carte. Les endroits avec une grille bleu sont les chemin praticable.

Méli-mélo blanc: Ce sont les montagnes de déchet, même si les déchets sont partout, certaines places ont des empilements d'une hauteur impressionnante.

1: Ruine d'un centre d'achat vaste, endroit où la meute d'Amanita vont parfois piller les maigres restes, mais où ils ne logent pas. Beaucoup de mutant monstrueux sont là dedans, il y a même régulièrement des rixes entre la meute d'Amanita et eux, Amanita préserve la ville des infestations de ce nid de mutant en particulier. En contrepartie, le fait de se cacher proche du nid éloigne aussi les gens trop curieux qui ne sont pas en relation avec eux, la plupart du temps. L'endroit est infect.

2: Petits entrepôt divers, ils sont utilisé par la bande pour les trouvailles sans valeur: morceau de métaux pour bricoler et ferrailles diverses.

3: Ancien poste de garde qui surveillait l'entrée, ils sont aujourd'hui utilisé par la bande quand ils sont présent.

4:Imposante colonne colossale qui soutient le poids de secteur supérieur. Le matériel artificiel est difficile à déterminer sous la crasse, il reste que ces colonnes résistent aux explosif et bien des misères. On peut les considérer indestructible. La science de ce matériel s'est perdu, impossible d'en gratter un échantillon, trop résistant.

5,7,8,9,10,11,14,15,16: Anciens appartement ou demeure désaffecté, certaines d'entre elles sont utilisé par les mutants d'Amanita pour loger.

6,13: Ancien commerce divers, maintenant des ruines vides à utilité diverses

12: QG de la meute à Amanita, ancien poste de police. La section en L, ancienne petite prison, sert de dortoir aux membres: ils s'embarrent dans des cellules pour dormir avec la clé de leur propre cellule. Ainsi, si une attaque de mutant monstrueux survient la nuit, ils ne courent pas le risque de mourir dans leur sommeil. La partie du centre est l'endroit de réunion, la salle commune, l'infirmerie de bonne fortune et leur réserve de nourriture. La partie du haut à gauche, ancien bureau du chef de police, est la chambre et le bureau d'Amanita. Celle-ci garde en sureté les armes et les objets les plus précieux de la meute.

17: Ancien parc qui est devenu un lieu d'accumulation de déchet pour la meute, ils tentent de retirer les corps et les saleté trop putride de leur "quartier" pour les entreposer là.


La mission et ses directives:
La bande à Amanita détient 15 membres principaux en incluant Amanita elle-même. Le but est de mener des recherches pour tous les retrouver. Tu as le droit de séparer ton équipe qui t'accompagne ou non, d'être accompagné ou non. À chaque tours, tu n'as qu'à poster où tu envois chacun, en réponse, je te répondrai avec MJ ce qui s'offre à ton ou tes équipes. Certains endroit seront des épreuves à éclaircir, des défis à relever ou plus encore.
Revenir en haut
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012 - 10:39    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

L'équipe étant enfin au complet, Exis sortit un petit écran sur lequel s'afficha la carte du secteur. Chacun connaissait plus ou moins cette zone pou y avoir trainer, mais c'était la première fois qu'ils la voyaient aussi clairement exposée sur un plan. Sauf Exis, cela va sans dire, qui l'avait déjà consulté.

Ed observa quelques instants la carte sur l'appareil que la vieille femme lui avait confié, levant un sourcil songeur tout en réfléchissant. S'il y avait des blessés parmi les membres de la bande d'Amanita, comme le lui avait dit Jack, il fallait faire vite, bien et de manière organiser. Et pour ce faire, le mieux était encore de se séparer.


''Vous le savez, nous devons retrouver les gars d'Amanita. Blessés ou non. Lerow, Chel, vers le Nord. Vous commencez par les petits entrepôts et allez jusqu'au grand magasin. [HJ : le 13 sur la carte]

- Maieuh !
, intervint Chel en relevant les yeux de l'écran pour les poser sur son compagnon désigné, deux bonnes têtes plus grand qu'elle. Pourquoi avec lui ?

- Discute pas
, la coupa Ed. Pyro, tu vas venir avec moi, côté Est. On va se faire les appartements et le magasin avant le parc. Exis ?

- J'préfère être seule gamin
, lui répondit la femme qu'Ed avait volontairement laissée sans comparse, ayant plutôt bien saisit son caractère. J'me prend les logements du centre. [HJ : 5, 6 et 11 sur la carte]

- Très bien, confirma Ed en rendant l'écran à sa propriétaire. On se retrouve près de la grosse colonne centrale avec les blessés légers. Pour les plus graves, premiers soins sur place et on reviendra s'en occuper. Et faites ça bien !''

S'étant mis d'accord, et malgré les quelques grognements émis par Chel, tous partirent dans les directions opposés commencer les premières recherches.
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 6 Juil 2012 - 17:39    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Le duo Lerow&Chel (En vert pour le pointillage sur la carte)

Les deux compagnons peu compatible avancèrent un moment fouillèrent une station de surveillance sur le passage, un premier entrepôt utilitaire vide de blessé puis un deuxième. À cet endroit, une mutante gémissant de douleur, misérable, est prise sous un large montant de débris à l’intérieur. Que feront-ils pour secourir celle-ci? La mutante en question s’appelle Lollie, une mutante raton-laveur. Habituellement espiègle et à la fois timide quand on la gronde trop sur ses plaisanteries sans méchanceté, elle s’avère une mutante sans la moindre trace d’agressivité dans une situation normale.



La vétérante solitaire, Exis (Pointillage jaune sur la carte)

La recherche fût immédiatement fructueuse, dans le bâtiment 5, Exis trouva sous un lit une mutante du nom de Qxo Ja, cœur sensible s’abstenir de l’approcher. La pauvre créature, bien que parfaitement hideuse et doté de plusieurs paire de yeux comme les araignées qui ont inspiré sa mutation, s’avère une femme brillante doté d’un humour noir relativement agréable. Un bras à demi arraché, elle gît inconsciente et a subit une importante perte de sang. Pourtant, le tout semble avoir dûment coagulé. Si sa vie n’est pas en danger, ou du moins même si elle ne semble pas mourante, la déplacer sera un défi afin que le bras ne se blesse pas d’avantage. Que fera Exis?



Duo Ed&Pyro (En pointillage bleu sur la carte)

La recherche commença sans encombre visible, cependant, dans le bâtiment 7, une ancienne épicerie qui est devenu un entrepôt de déchet puis rien, un incident arriva. L’entrée étant particulièrement difficile parmi les murs de vieillerie rouillé, un des pans s’écroula derrière les deux comparses et un effet domino ensevelit la porte d’entré. Sur le coup, ils pouvaient se dire qu’ils étaient vraiment dans la merde. Pourtant, une petite, très vague brise, se fit sentir sur leur visage. Un trou ou une issue devait bien se trouver quelque part, mais comment vont-ils la trouver?



Constat du premier tour: 2 blessés grave et une équipe de recherche en impasse


Revenir en haut
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012 - 16:20    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Le duo Lerow & Chel (En vert sur la carte)

Silencieusement, Chel avait suivit Lerow dans la station de surveillance puis dans le premier entrepôt, tout les deux déserts. A vrai dire, la jeune fille aux cheveux bleus restait un peu à l'arrière de son coéquipier car celui-ci lui faisait légèrement peur. Avec sa haute stature, il y avait de quoi. C'est aussi pour cela qu'elle restait calme et silencieuse. De toute manière, il n'y avait pas grand chose à dire. Du moins jusqu'à l'entrepôt suivant.


A peine entrés et lampes de poches en mains, Lerow partit d'un côté en faisant signe à Chel d'aller de l'autre. Ils avaient fait de même pour les bâtiments précédents et couvraient ainsi plus de surface en moins de temps.
Puis quelque part sur la gauche, la jeune fille entendit un bruit. D'abord léger, il devient reconnaissable en s'approchant. Il s'agissait de gémissements qui venaient d'un être vivant. Un être que Chel, qui s'était approchée le plus près qu'elle le pouvait, ne voyait pas totalement à cause du monceau de débris qui le recouvrait.


''Hé ! Tout va bien ?, souffla Chel qui essayait tant bien que mal de dégager quelques débris pour voir à qui elle avait à faire.

- A ton avis ?, grogna la mutante bloquée en gémissant de douleur.

- Ok, ok, surtout ne bouge pas je reviens !", répondit Chel en s'éloignant avant de se dire que son conseil était bien inutile.

Retournant sur ses pas, elle revint jusqu'à l'entrée du bâtiment puis partit vers la droite afin de retrouver Lerow. Ce-dernier avait presque fait tout le tour de son côté et aurait en fait finit par rejoindre sous peu Chel et la survivante. Une part de l'entrepôt étant de toute manière inaccessible pour cause de gros blocs de bétons effondrés en travers.

"Hé !, interpella la jeune fille. Y'a quelqu'un de coincé là-bas !"

D'un geste de la main, elle montra le tas de débris un peu plus loin mais que les deux comparses devaient en réalité contourner pour avoir accès à la blessée. Suite à cette annonce, le colosse accourut vers la masse suivit, de près cette fois, par Chel qui lui montrait exactement la source des plaintes.

"Ici, lui désigna t-elle en s'approchant de nouveau pour parler à la mutante. Je suis revenue, on va vous sortir de là. C'est quoi votre nom ?

- Lollie
, gémit-elle pour toute réponse.

- Bien Lollie. Je suis Chel et lui c'est Lerow. On va vous sortir de là."

Les débris qui recouvraient le corps de la mutante dont les deux "secouristes" distinguaient assez mal le visage, se composaient de tout et n'importe quoi. D'un commun accord silencieux, presque télépathique, Chel entreprit de dégager ce qu'elle pouvait, à savoir les choses assez légères. Ainsi valsèrent du tas jusqu'au sol un peu plus loin, des cordes, des plaques métalliques, des rivets et autres clous de grosses tailles, et des barres de fer. Lerow, lui, de son côté, déplaçait avec lenteur mais force une large poutrelle tombée en travers du reste.
Ainsi dégagé en partie, Chel put s'approcher au plus près de Lollie et s'agenouiller à ses côtés.


''Hé !
, lui dit-elle doucement en masquant sa surprise devant le visage de raton-laveur. On a presque terminé. Ça va ?

- Je respire mieux oui, mais j'ai peut-être un truc de cassé"
, haleta la mutante en s'essuyant le front d'une main écorchée et ensanglantée qu'elle avait enfin put extirper des décombres.

Chel sortit un petit mouchoir en tissus quelque peu déchiré et le donna à Lollie avant de se relever pour voir où en était Lerow. Et celui-ci était songeur. A bien observer les débris restants, il était facile de voir que le bas du corps de la mutante restait coincé sous une plaque métallique elle-même en partie bloquée sous un bloc de béton. Tirer la plaque était impossible, mais enlever le bloc ferait tomber la plaque qui blesserait Lollie à coup sûr.


''Hum..., grogna Lerow entre ses dents avant d'attraper une corde de bonne dimension et qui semblait relativement solide, bien que râpée, et de la donner à Chel.

- C'est pour faire quoi ?, interrogea cette dernière tandis que le colosse attrapait une très épaisse barre métallique.

- Levier.

- De ?

- C'est pour faire levier"
, répéta t-il en reprenant la corde des mains de la jeune fille.

Assemblant corde et barre de fer, Lerow positionna les deux afin de pouvoir à la fois tirer le bloc de béton et retenir la plaque de métal. Puis il fit comprendre à Chel de se tenir prête, à un bout de la corde.


"Prête ? Alors j'y vais."

Et tous prièrent pour que le système fonctionne.


La vétérante solitaire, Exis (En jaune sur la carte)

Exis avait avancé bien tranquillement, et en s'allumant une autre cigarette, vers le bâtiment d'appartements. La porte n'était pas verrouillée mais, bien qu'entrouverte, la vieille femme avait du donner un bon coup d'épaule pour pouvoir entrer. Et c'est donc en grognant quelque peu et dans des ronds de fumée qu'Exis, elle aussi lampe torche en main, s'aventura dans les logements. La plupart étaient vides de monde et la femme se disait que les niveaux allaient vites être explorés.
Pourtant, au rez-de-chaussée, elle pataugea rapidement dans une flaque écarlate se répandant depuis le dessous d'un lit. Les chaussures d'Exis collaient dans la flaque de sang et salirent le bas de la tunique de la femme lorsque celle-ci s’accroupit près du lit pour voir qui était blessé.


"Erk !"
, lâcha t-elle en tirant sur sa clope après avoir vu le visage pour le moins particulier de la mutante qu'elle distinguait sous le meuble.

Bien que légèrement répugnée, Exis essaye de repérer la blessure avant de tenter quoi que ce soit. Et de ce qu'elle observait, la mutante avait le bras à demi-arraché. Peut-être était-elle morte d'ailleurs, mais Exis était trop loin pour le confirmer ou non pour le moment. Puis elle ne souhaitait pas spécialement s'allonger à plat ventre, dans la marre rouge et poisseuse pour tirer la mutante. Se redressant, Exis tenta alors de déplacer le lit. Mais il s'avéra que celui-ci était plaqué dans un angle et apparemment attaché au sol. Aucun moyen de la faire bouger donc et Exis opta pour la solution qu'elle avait voulut repousser.
S’allongeant à plat ventre, elle se glissa sous le lit pour aller chercher la mutante blessée. Doucement, la vieille femme l’attrapa par les épaules et réussit à la tirer dans le reste de la pièce. Là, soufflant et essayant vainement d'enlever les traces de sang qui maculaient sa tunique à fleurs, Exis se pencha au-dessus du visage pluri-occulaire pour voir si la fille était encore vivante ou non. Par chance, la mutante respirait encore et se trouvait seulement être évanouie. Rassurée de ne pas avoir à faire avec une morte, Exis examina alors le bras en sang. A demi-arraché, l'os sans doute cassé, la blessure avait fait perdre beaucoup de sang à la mutante, d'où la marre écarlate dans laquelle elle gisait et son état d'inconscience. Mais la plaie semblait avoir coagulée. Du moins en partie. Et Exis, qui avait quelques notions de soins de premiers secours avec ce qui passe sous la main, se dit qu'il valait mieux cautériser, histoire d'être bien sûr.
Se relevant pour sortir de la pièce, Exis alla chercher un couteau dans la cuisine adjacente qu'elle avait fouillé peu avant. Revenant ensuite auprès de la blessée, elle sortit son briquet et commença à chauffer la lame.


"Désolée pour l'esthétisme cocotte
, souffla t-elle en approchant la lame ainsi chauffée de la plaie. Enfin je crois que ça te gênera pas plus que ça..."

Heureusement que la mutante n'était pas en état d'entendre cette désagréable remarque sur son aspect physique. Tout comme il était préférable pour elle d'être inconsciente lorsque Exis cautérisa la plaie. Niveau douleur, il aurait sans doute fallut supporter. Mais dans l'odeur de chaire brûler, Exis ne pouvait pas laisser là la mutante. Ordres d'Ed de toute manière. Considérant que la blessure n'était plus si grave - à moins qu'Exis n'est mal fait son boulot et que la plaie ne se rouvre- la femme se dit que la colonne centrale n'était pas si loin et qu'y déposer la mutante serait une chose... enfin un être, en moins à aller rechercher plus tard. Toutefois, même cautérisé, le bras de la mutante risquait de s'arracher lors du déplacement.

Rangeant son briquet et écrasant le mégot de la clope qu'elle avait terminée, Exis alla chercher le drap qui couvrait le lit puis ramassa deux petites plaques métallique légères d'une étagère abîmée. Avec, la femme s'employa à faire une attelle de fortune pour maintenir tant bien que mal le bras endommagé.
Une fois ces premiers soins achevés, Exis essaya de soulever l'inconsciente en vue de la transporter au dehors. Et bien que la mutante ne fut pas si lourde, la vieille femme ne se voyait pas vraiment la porter. Et la trainer, du moins comme un vulgaire sac à patates, n'était pas envisageable vu l'état tout de même légèrement précaire de la blessée. La reposant doucement sur le sol, Exis sortit de nouveau de la pièce et finit par trouver deux sorte de barres en plastique assez grandes et solides qui feraient sans doute l'affaire, ainsi qu'une large plaque de métal. Auprès de la mutante étendue et avec ce qu'il restait du drap -elle n'en avait utilisé qu'une petite partie- Exis posa la plaque sur les deux barres, de manière à faire une sorte de brancard, sur lequel elle allongea la mutante. Passant le drap sous ce lit de fortune, elle lia le tissus autour du corps évanouit et du brancard, de manière à ce que le tout tienne ensemble et qu'elle puisse le tirer sans trop de mal jusqu'au dehors tout en évitant que la mutante ne traine par terre lors du déplacement...



Duo Ed & Pyro (En bleu sur la carte)


"Alors ? Toi et Chel ?, demanda Ed en entrant dans l'ancien entrepôt désormais vide.

- Quoi moi et Chel ?, lui répondit Pyro en passant à son tour la porte rouillée et bringuebalante sur ses gonds.

- Nan, rien", répliqua Ed avec un sourire malicieux dissimulé par son bandana.

Aucun des deux acolytes n'avait osé pousser la porte de peur de faire s'effondrer le bâtiment tellement celui-ci était en mauvais état. Ils avaient dut passer en se contorsionnant presque afin d'éviter que la porte ne bouge de trop. Ed, de par sa petite carrure, y était parvenue sans trop de mal à se faufiler à l'intérieur, mais Pyro, légèrement plus en chaire -de peu pourtant-, s'y glissa lui aussi mais non sans déplacer la porte de quelques centimètres malgré lui.

Une fois à l'intérieur, commençant à explorer le vieux bâtiment, rien ne se passa de suite. Cependant, le fait d'avoir bouger l'ouverture, même de si peu, ébranla l'entrepôt sans que le duo ne s'en rende compte. C'est seulement lorsque une partie du plafond derrière s'effondra sans prévenir et que Pyro sursauta violemment qu'ils comprirent que le bâtiment tombait en ruines. Au sens propre. Et sur eux. Dans sa chute, le plafond entraina poutre et pan de mur qui, dans un capharnaüm presque indescriptible, bloqua l'entrée qu'ils venaient de franchir, coupant par là même leur retraite.

Quand elle vit qu'ils étaient coincés dans ce vieux bâtiment sombre -heureusement que chacun avait sur lui une lampe de poche-, la première chose qu'Ed pensa fut une série de mots pour le moins grossiers qui avaient l'avantage de bien refléter sa pensée devant leur situation, mais qu'elle prit garde de garder pour elle.


"Put...

- Stop !
, le coupa Ed. On reste calmes."

Quittant des yeux la sortie effondrée et inaccessible, Ed pensait déjà à trouver un autre moyen de sortir. L'entrepôt comportait un étage mais au vu de l'état du bâtiment et du plafond qui venait de s'écrouler presque sur leurs têtes, mieux valait ne pas chercher à s'y aventurer. D'ailleurs, si un quelconque mutant se trouvait au-dessus, Ed ne comptait pas aller le chercher. Pas très intègre, certes, mais elle ne pouvait mettre la vie de son coéquipier en danger sous prétexte d'aller voir si un hypothétique être vivant s'y trouvait.

"Tu sens pas comme un truc ?, interrogea alors Pyro en regardant Ed.

- Comme l'odeur de poussière de ce qui risque être notre tombe ?, répliqua cyniquement la jeune femme. Nan, je sens rien.

- Non, plus comme... un petit courant d'air."


Ed se concentra et, fermant les yeux quelques instants en essayant d'oublier l'angoisse que sa capuche et son bandana dissimulaient, finit par ressentir elle aussi la vague brise qui parcourait la pièce.

"Sans doute le souffle de l'effondrement, proposa t-elle en soupirant, pessimiste.

- J'ai l'impression que ça vient de par là !"
, s'enthousiasma Pyro en s'avançant vers le mur du fond.

Sur ce mur se trouvait une porte complétement fermée et rouillée que les deux jeunes gens n'avaient pas encore repéré dans la pénombre ambiante. Et sous le battant clos, dans l'interstice le séparant de peu du sol, un léger vent passait. Pyro s'était presque collé le nez dans la poussière pour confirmer le fait d'ailleurs et, après s'être relevé, il avait déjà la main sur la poignée quand Ed vint vivement lui retenir le bras.

"Han han. Mauvaise idée, tu ne crois pas ?"

Tirant Pyro pour qu'il s'éloigne de la porte, pourtant leur sans doute seul espoir de sortie, Ed longea le mur adjacent en donnant de petits coups contre la paroi.


"Qu'est-ce que tu fais ?, lui demanda Pyro, intrigué.

- Chut ! Ça sonne relativement creux. Cloison fine, non porteuse.

- De quoi ?!

- Moins de chance de faire s'écrouler le reste sur nous si on la casse"
, expliqua Ed en s'éloignant à la recherche d'un outil.

Plus loin, la jeune femme trouva ce qu'elle cherchait : une chose assez solide et qui ressemblait vaguement à un marteau sans en être pourtant un. Avec, Ed entreprit de démolir, par coups précis et qu'elle espérait pas trop violent -du moins juste ce qu'il fallait pur que tout reste en place- une partie de la cloison. Comme elle se l'était à juste titre imaginée, la paroi était relativement fine et en matériaux légers. Assez rapidement, Ed réussit à créer une ouverture dans la cloison, suffisamment large pour laisser passer -en se contorsionnant un peu- un être humain.

"A toi l'honneur", invita Ed en faisant signe à Pyro de passer en premier.

La jeune femme aurait bien put passer d'abord mais, dans l'éventualité où le bâtiment devait finir de s'effondrer, elle préférait sauver la vie de son ami. Non pas que la sienne propre ne comptait pas, mais Ed n'avait plus vraiment personne à qui manquer, tandis que le jeune homme manquerait énormément à Chel.
Pyro s'engouffra donc en premier à travers l'ouverture, en prenant toutes les précautions possibles pour ne pas faire bouger la paroi. Chose qu'il réussit en prenant son temps et à grands renforts de mouvements amples. Puis Ed le suivit, passant d'abord son skate dans l'ouverture que Pyro réceptionna de l'autre côté.


"Le jour où je meure, il sera à toi !, ironisa t-elle avec un petit rire avant d'entreprendre une petite gymnastique pour passer à son tour.

- Parle pas de malheurs Eddie..."

Après plusieurs minutes, Ed se retrouva elle aussi dans la pièce adjacente quand, derrière elle, un lourd craquement se fit entendre.

"Ok, on ne reste pas là"
, déclara t-elle après avoir jeter un ultime coup d’œil à travers la paroi béante avant de reprendre son skate des mains de Pyro et de l'entrainer plus loin.

Et ce "plus loin" c'était la porte de sortie. Enfin "porte"... façon de parler. Cette pièce connexe était en partie effondrée sur l'un de ses murs qui débouchait directement sur l'extérieur. D'où le courant d'air qui avait réussit à passer sous la porte close et qui caressait maintenant leurs visages. Bien vite, le duo passa cette nouvelle brèche et s'éloigna du bâtiment. Et, tandis qu'ils repartaient sans trop se retourner, l'intérieur de l'ancien entrepôt s'écroula encore un peu plus...

"Suivant !", désigna Ed en s'avançant vers l'immeuble de logements. [numéro 8 sur la carte]

Intérieurement, la jeune femme était soulagée de s'en être sortie. Extérieurement, elle ne montrait rien. De toute manière, avec ses vêtements lui cachant en grande partie le visage, il n'y avait pas grand chose à voir. Mais à ses côtés, elle sentait que Pyro aussi était soulagé et surtout qu'il avait bien eu la frousse d'y rester. Même si Ed trouvait que le jeune homme avait su faire preuve de sang-froid.


"Tu vas passer pour un héros auprès de Chel !", rigola Ed en chuchotant plus pour elle-même que pour le jeune homme.

[HJ : Édité ! Tu me dis s'il y a encore des incohérences. Le brancard est pas mal foireux... Mon côté McGyver est moins développé que je ne le pensais ! XD Du moins ais-je du mal à m'imaginer quels objets/choses peuvent se trouver dans le décor et être utilisés.
Je laisse ce HJ, juste pour la vanne sur McGyver XD]
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 18:49    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Chel& Lerow



Le stratagème, bien que précaire par moment, fonctionna à merveille. Tant bien que mal, Lollie fut extirpée des décombres avec tous ses morceaux. Effrayée, blessée et plus timide maintenant hors de cette position de douleur, Lollie se recroquevilla un peu pour observer avec ses grands yeux noir et jaune les « amis » qui lui étaient venu en aide.

-Merci… bredouilla-t-elle. Avez-vous trouvé… d’autres de mes compagnons?

Tout en parlant, la mutante vérifiait si elle était capable de bouger ses membres inférieurs correctement et comble de chance, c’était le cas. Si la position où elle était pratiquement écrasée était souffrante, celle nouvelle liberté lui faisait grand bien.

-Je vais prendre un moment puis… j’irai au Quartier Général de notre groupe [le 12] voir s’il y a des blessés là-bas, vous pouvez continuer. Je crois que Toréador et Kuma sont allés assurer que les mutants monstrueux ne sortent pas de l’ancien centre d’achat et de survivre à l’assaut militaire. [1 sur la carte] Vous trouvez peut-être quelqu’un sur le chemin, dans le vieux magasin de chaussure...[le 13] Mais je ne sais pas sincèrement, c’étais le chaos ici.

S’appuyant sur le rebord d’un mur, reprenant ses esprits, le membre « Lollie » était sauve. Ils pouvaient continuer leur route.

Résultat de l’équipe Chel& Lerow: Succès Maximal



Exis



Que dire! Cette robe à fleur et cette allure de vétéran ne mentant pas, Exis avait rampé dans le sang un peu repoussant de l’être et réussit à sécuriser Qxo Ja. Pas une mince affaire, la plaie cautérisé et attaché semble maintenant plus solidifié et moins apte à se faire ouvrir de nouveau. Le brancard teint la route le temps qu’Exis apporta la mutante jusqu’à la zone dite. Une fois là- une petite mutante raton laveur arriva juste un moment après, se mettant à courrir avec de grands yeux larmoyant en voyant Qxo Ja sur la civière, en piteuse état.

-Qxo Ja! QXO JA!

Se jetant à genoux, ravalant les larmes, elle regarda l’état de sa sœur et eut un profond soulagement de la voir en vie. Le regard reconnaissant, elle leva ses petits yeux luisant vers Exis.

-Merci. Je vais veiller sur elle.

Résultat de l’équipe Exis: Succès Maximal



Ed&Pyro



Les deux comparses maintenant libres de leur prison involontaire, le bâtiment étant tout sauf solide à force d’être l’hôte de rixe, continuèrent leur aventure.
Résultat de l’équipe Ed&Pyro : Succès Maximal

Le bâtiment 8 tout comme le 9 ne leur offrit rien de bon, pourtant, le 10, lui était une autre paire de manche.


À l’intérieur de celui-ci un être masculin à proximité de la porte semblait en fort mauvaise posture. Sa peau sèche, à l’allure batracienne, semblait craquelé et gercé. L’être s’était caché si longtemps loin d’une zone humide qu’il semblait maintenant en souffrir terriblement : sa peau ayant perdu toute souplesse. Le regard un peu vitreux mais toujours vivant, il tendit une main suppliante et faible vers les deux nouvelles venues. D’une voix tremblotante, les articulations de ses doigts se fendant à son geste, il murmura de manière tremblotante :


-Wâ..t..trouvez..Wâ… elle..est..ici…aussi……..c…comme…comme moi… Wâ…

Wâ était une autre membre du groupe mutant et un type similaire à celui de Krô, l’homme salamandre, une femme grenouille pour sa part. Les douches de l’établissement étaient-elles fonctionnelles? Probablement pas… Quel serait l’endroit le plus proche pour trouver du liquide nettoyant afin de rendre à cet être l’humidité qu’il lui faut et dont il souffre tant? Le bouger se résume à déchirer sa peau dans tous les sens, amener à lui du liquide une solution judicieuse. De plus, où est sa compagne dans ce grand établissement?

Le logement est divisé ainsi : 10 logements, une salle de bain publique non-fonctionnelle, les sous-sols avec la tuyauterie et la manutention et les divers labyrinthes de couloir. Le temps presse, si Wâ n’est pas dans un meilleur état que Krô et puisque celle-ci est déjà plus fragile, l’aspect mourant de Krô, à cause de son manque d’humidité, en dit long sur l’état de la femme grenouille. Attention, tout fouiller pêle-mêle serait une erreure qui pourrait coûter la vie à la mutante, l'endroit est très grand. Que feras l'équipe?




Revenir en haut
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 16 Juil 2012 - 15:22    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Chel & Lerow

Fiers de leur succès et de voir que la dénommée Lollie allait bien, bien qu'étant légèrement sonnée par sa mésaventure, le duo laissa repartir la mutante avant de continuer selon les indication d'Ed. Certes, l'ancien magasin de chaussures [13] faisait partie de leur projets d'explorations, mais en toute bonne logique, le dernier petit entrepôt [2] devait être visité avant. C'est donc vers ce nouveau bâtiment que Chel et Lerow se dirigèrent.


"Ça va ?, demanda Lerow à sa compagne tout en marchant.

- Oui oui", répondit la demoiselle qui avançait désormais aux côtés de son coéquipier et non plus à quelques distances derrière lui.

L'imposante stature de l'homme l'impressionnait encore un peu, mais l'équipe qu'ils avaient formées et la manière dont ils venaient d'unir leurs forces pour sauver une tierce personne rendait le colosse nettement moins butor que Chel ne se l'était imaginée.


[Si rien dans le petit entrepôt, passage au magasin de chaussures.]


Exis

Alors qu'Exis déposait la litière de fortune près du grand pilier central, une autre mutante était arrivée. Après de brèves échanges explicatif sur les situations de l'une et de l'autre -Exis apprenant au passage que Chel et lerow s'en sortaient apparemment plutôt bien-, la mutante au visage de raton-laveur prit la relève en s'occupant de la blessée. Exis, lui offrant une clope pour se remettre de ses émotions -présent que la mutante refusa poliment- repartit ensuite à ses recherches tout en se disant qu'il lui faudrait penser à s'en racheter un paquet un jour, de clopes.
Entrant de nouveau dans l'immeuble qu'elle venait de quitter, la vielle femme fouilla les niveaux restants sans trouver ni âmes qui vivent, ni âmes défuntes, ni même de quoi nettoyer rapidement sa robe désormais à fleurs, poussière et sang. Heureusement que la vétérante en avait vu d'autre et que son apparence lui importait peu. D'ailleurs elle se fichait pas mal de cette vieille robe qu'elle avait eu pour peu cher. Seul le fait d'être couverte de sang la gênait d'avantage.
Mais passant outre la désagréable sensation de la tunique collante, Exis continua sa route et, de nouveau hors du premier bâtiment qu'elle avait exploré, se dirigea vers l'ancien commerce adjacent [6].



Ed & Pyro

La visite des deux bâtiments suivants fut infructueuse pour les deux jeunes gens. Encore que ne pas se faire piéger dans un autre immeuble tombant en ruine constituait déjà une sorte de victoire en soit. Mais à peine furent-ils entrés dans l'ancien commerce que le duo tomba nez à nez avec un mutant à l'allure batracienne. Et pas que l'allure en réalité puisque tout sa peau était comme recouverte d'écailles. En y regardant de plus près, Ed se rendit compte que la peau du mutant était en fait craquelée. Énormément craquelée même. de toute évidence, l'homme avait passé trop de temps hors d'un endroit approprié à sa mutation. Et dans deux ou trois-cent mille ans, il serait loin de pouvoir faire un bond en avant vu son état.

"Du calme, économisez vos forces et votre salive
, lui conseilla Ed après que le mutant ait réussit à leur articuler quelques mots.

- Vous n'êtes pas seul alors ?"
, interrogea Pyro.

Le mutant hocha la tête en signe d'affirmation avant d'ouvrir de nouveau la bouche que Ed referma d'un doigt posé sur les lèvres desséchées. Enfin posé... placé à quelques millimètres pour ne pas "abîmer" plus la peau fragile.


"Il nous faut de l'eau. Vite, reprit Ed. Et retrouver Wâ. Vite."

La jeune femme ne demanda même pas à son coéquipier s'il avait un peu de liquide nettoyant sur lui, connaissant déjà la réponse. Puis, songeuse et entamant les cents pas devant un mutant souffrant et un Pyro désemparé, Ed réfléchit vite en du mieux qu'elle pouvait tout en marmonnant sous son bandana.

"Ok, cet immeuble à une chance d'avoir un accès à l'eau. Il faudrait vérifier mais on manque de temps. Partons du principe que oui et croisons les doigts. Si c'est le cas, cela signifie que le bâtiment possède au moins un placard à balai avec une vanne pour couper l'eau, exposa Ed avant de se retourner vers l'immeuble en question, comme pour en deviner les plans d'un simple regard. Vachement grand... J'y vais seul. Tu restes ici avec lui.

- Mais...

- Pas de discussion !"

Ed savait très bien que laisser Pyro avec le mutant n'était pas forcément la plus brillante des idées. Mais elle savait aussi que mourir seul était une des pires choses et elle ne voulait pas que l'individu des plus mal en point subisse ça. Et la jeune femme n'était pas toujours logique dans ses choix.
Faisant signe à Pyro, d'un doigt sévèrement levé, de rester sur place, la fille déposa son skate aux pieds des deux garçons avant de s'élancer au pas de course à l'intérieur du bâtiment. Si son intuition était bonne, et vu la taille du lieu, le réseau de tuyauterie devait certainement se trouver au sous-sol...
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Lun 16 Juil 2012 - 20:37    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Chel & Lerow

Le petit entrepôt n’offrit rien aux deux aventuriers alors ils continuèrent leur chemin vers l’ancien magasin de chaussures. L’endroit, très vaste, était séparé en plusieurs parts : la plancher de vente où on pouvait trouver les vestiges de tablette de vente ou tabouret d’essai défoncé, l’arrière boutique où on amassait anciennement les réserves pour l’avant boutique. Finalement, la dernière part de l’établissement, sa part la plus à l’Est, était l’usine où les chaussures se fabriquaient. Dans les gravas de la dernière part, bien loin, Chel pu entendre quelques gémissement au loin, ceux-ci faisant vaguement écho dans l’immense endroit. Les centaines de bras robotique qui les entouraient donnent un glauque à l’endroit, comme si cette immense pièce, anciennement en mouvement continuelle pour fabrication de chaussure, pouvait s’animer à tout moment. Ce fût Lerow qui pu le voir en premier. Un homme au visage écailleux était au dessus de leur tête, entre les poutres d’acier de ce plafond d’environ 15 mètres de haut. Son visage écaillé, ses yeux en fente, observait les gens en bas. Sa voix un peu suave et persifflant comme un serpent coupa le silence.

-Ssalutation à vous deux. Je ssuis ssoulagé de vous voir.

Le membre en question était Silas, l’homme serpent. De bon tempérament mais relativement asocial, il s’avérait un compagnon de bonne mesure : il était brillant, rusé. Celui-ci avait probablement trouvé un chemin jusqu’en haut pour se cacher des clones mais à voir la petite flaque de sang au sol en dessous de sa position, il devait être blessé non grièvement.

-Je viendrais bien vous rejoindre, mais je crains que je ne ssois plus en mesure de le faire, j’ai perdu quelques forççe ssuite à mon asscention.

Comment l’équipe allait descendre le mutant de là et d’ailleurs, quel était sa blessure? Si ceux-ci lui demandait, il répondrait au bras gauche. (Inutilisable, pour se tenir ou retenir son poids)



Exis
La fouille fût relativement longue et vide de trouvaille : vide, saleté, vide saleté, mais oh… Tiens tiens, de petites traces de sang ici et là ainsi que des plumes étranges. Noires, à reflet bleuté électrique tant le noir était profond, ces plumes étaient l’appartenance d’un des membres du groupe à Amanita : Adja. Femme corbeau et femme fatale, elle effrayait comme elle mystifiait les hommes qui développaient un faible tordu pour les mutants à l’allure exotique. Contrairement à la chef de sa bande, Amanita, elle avait de grands yeux noir à la place de grands yeux globuleux rouge. Ce trait la rendait moins effrayante pour les humains que les yeux de sa patronne. Silencieuse et fière, elle s’avérait une mutante pondérée et tempéré. Sa vie aux mains de l’Organisation avait une misère telle qu’il ne fallait jamais en parler autour d’elle.

L’endroit où les traces menaient, un endroit qui semblait avoir servit de commerce au premier et de logement en majorité aux autres étage, était plutôt remplit de saleté diverses. Les tâches menaient dans un recoin noir où un trou semblait avoir été fait parmi les ordures, deux yeux scintillant au fond avec incertitude. Une voix s’éleva, douce et un peu grave pour une femme.


-Allez-vous-en! Je ne vous ai rien fait!

La voix était effrayée et la mutante ne semblait pas avoir comprit l’appartenance d’Exis : elle était pleine de sang d’une de ses congénères, juste ça! Donc pour le brin de confusion, il fallait l’excuser.



Ed et Pyro

Alors que Pyro restait auprès de son nouvel ami sur le rebord de l’agonie, Ed s’élançait vaillamment dans les sous-sols pour la tuyauterie. Bien que les chances fussent minces que l’eau fonctionne ici et que le meilleur endroit pour trouver du nutrilide encore actif devait probablement être au QG [le 12], elle tenta sa chance : après tout, le temps pressait. Lors de sa descente au sous-sol, cependant, une chose pu attirer son attention sur la toilette publique qui était en chemin : des traces au sol.

Enroulée misérablement dans un rideau de douche, comme si elle avait espéré que celui-ci retienne l’humidité ou peut importe, Wâ était appuyée contre le fond de la salle de bain abandonné, traversée de spasme fiévreux. Sa bouche sèche, craquelée, quémandait désespérément du liquide : du nutrilide. Elle n’était pas simplement desséchée de l’extérieur, elle se mourrait de soif. Sa propre langue lui semblait du papier, sèche, comme si elle était gonflée, étouffante. En gros, sa condition était misérable. À l’inverse de Krô, le fait qu’elle se soit emballée elle-même dans une toile plastique avant de sécher et coller dedans permettait de la déplacer sans tout déchirer.
Quel était le plan maintenant? Descendre ou aller voir l’état de Wâ?





Revenir en haut
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 20 Juil 2012 - 10:32    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Chel & Lerow

Autant Chel avait été presque émerveillée de la partie "magasin" en tant que telle -avec ses vestiges de tablettes, tabourets, quelques paires de chaussures défoncées et hors d'usage trainant ci et là, et l'arrière boutique- autant la zone de fabrication lui collait la chaire de poule. Sombre, mécanique, l'endroit en était lugubre et la jeune fille n'avait pas manqué rester bien aux côtés de Lerow. Le colosse, lui, impassible et le visage fermé, affichait très peu ses émotions et avançait sans mot dire. Puis il repéra le mutant reptile.
Mais après avoir levée la tête à son tour, et alors que le mutant à la langue sifflante se présentait, Chel sentit une goutte, comme une de pluie, lui tomber sur la joue. A l'intérieur d'un bâtiment, il ne pleuvait pourtant pas. S'essuyant la joue d'une main, la lumière de la lampe torche lui révéla qu'il s'agissait d'une goutte de sang. Un bref regarde sur le sol lui fit comprendre que l'homme-serpent devait être blessé.


"Vous êtes blessé ?
,cria justement la fille en direction des poutres au-dessus d'elle.

- Oui. Mon bras gauche a un peu sssouffert...

- Il faut l'aider à redescendre"
, souffla Chel à Lerow alors que le géant regardait déjà aux alentours pour trouver un moyen d'aider le mutant.

Hocha la tête en signe d'approbation, Lerow fit signe à Chel de partir d'un côté de l'entrepôt tandis que lui-même allait à l'opposé. Technique habituelle : se séparer pour tout fouiller, dans l'espoir de trouver une échelle de service pour l'entretient des poutres ou tout ce qui pourrait y ressembler, comme un échafaudage ou une poutre latérale digne d'un mur d'escalade par exemple. Mais si rien de ce genre ne se trouvait dans l'usine, peut-être une des machines leur servirait-elle pour atteindre une partie du plafond. Bien que grimper sur un des bras mécanique puisse sûrement être dangereux...



Exis

Exis avait suivit les traces écarlates comme une petite fille accompagnée d'un chien au nom doublement syllabaire suit un chemin de briques jaunes. Finalement, la vieille femme était arrivée jusqu'à un recoin sombre d'où le reflet de deux yeux brillaient. Puis ce fut une voix, de femme comme le supposait Exis, qui se fit entendre, l'interjectant de la laisser tranquille.

"Ah ma cocotte, répliqua Exis d'un ton calme et neutre tout en tirant sur sa cigarette, t'es blessée. Et je ne pars pas avant que tu me montres ça."

Nouveaux ronds de fumée dans l'air ambiant et la pénombre de ce recoin. Par politesse et ayant bien comprit que la mutante cherchait à se dissimuler, la vieille femme n'avait pas pointé sa lampe torche directement sur le "nid" de la mutante.

"Et j'ai tout mon temps
, continua Exis tout en s'accroupissant à quelques pas du recoin, regardant faussement ailleurs. Tu pourrais peut-être commencer par me dire ton nom."


Ed et Pyro

Ed avait courut à travers le bâtiment, espérant trouver au plus vite la tuyauterie principale et surtout de l'eau. Mais, sur son chemin, son attention fut attirée par des traces laissées au sol. Suivant ce bien étrange chemin en ralentissant la cadence, la fille se retrouva nez à nez avec un rideau de douche pourvut d'yeux, jambes et autres excroissances d'allures humaines.


"Wâ ?", interrogea t-elle en se rapprochant de la mutante.

Cette-dernière hocha difficilement la tête en signe de confirmation. De ce que voyais Ed, l'état de la mutante était similaire à celui de son compatriote resté près de l'entrée. Toutefois, le rideau de douche dans lequel elle s'était enveloppée lui formait comme une seconde peau presque protectrice.


"Je suis là pour vous aider"
, continua Ed en tournant tout les robinets présents dans la pièce.

En vain, bien évidemment. S'ils y avait eu de l'eau ici, Wâ ne se trouverait pas dans cet état.


"On va vous trouver de l'eau"
, reprit Ed tout en aidant la mutante à se redresser.

L'aidant à sortir de la pièce, la fille fit comprendre à la mutante de la suivre, à son rythme, tandis qu'elle-même repartait à grandes enjambées en direction de la tuyauterie principale. Le temps pressait et elle espérait vraiment trouver une source de liquide rapidement. Savoir que Wâ la suivait, même lentement, lui permettait à la fois de la distancer et de la rejoindre plus vite dès qu'elle aurait en main le précieux liquide. Si seulement elle en trouvait...
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 24 Juil 2012 - 14:27    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus Répondre en citant

Chel & Lerow

L’endroit glauque ne plaisait pas tant au deux comparses, du moins, pas à la jeune demoiselle. Pourtant, les deux prirent un chemin différent afin de trouver une manière d’aider le mutant. De son coté, Lerow ne trouva rien en particulier mais Chel, elle, trouva cette machine… Branchée à une vieille génératrice qui semblait encore avoir un peu de jus, elle contrôlait une paire de bras robotique immense. Pour la contrôler, un machiniste doit entrer ses bras dans deux cavités de la machine qui servent à insérer les bras et les doigts afin de contrôler le reste. Manier cette machine demande une certaine force pour bouger le mécanisme qui fait bouger les bras, mais c’est une tâche que Lerow pourrait bien accomplir. Si Chel montait dans une des mains immenses, main qui devaient servir à empiler ou replacer les caisses d’entreposage d’au moins une tonne, elle pourrait se faire monter à proximité de Silas et l’aider à descendre dans la main avec elle.




Exis

-Je m’appelle Adja, dit la voix, vous… vous intéressez à mon nom?

Le silence suivit cette observation, la mutante réalisait qu’il serait ridicule qu’un ennemi lui demande son nom, un soldat aurait tiré au fond du trou, entre les deux yeux qui luisent dans la pénombre. Incertaine, la créature avança finalement en titubant, son visage sombre et sa chevelure emplumé dense devenant visible. Elle tenait contre elle les lambeaux de ses vêtements et une de ses jambes avait été vilainement entaillée par un couteau. À savoir qui lui avait fait ça et pourquoi.

-Où est ma famille, où est mon clan? Sont-ils vivant? Quel est le nom de votre groupe?

Ses sens et la raison lui revenait, elle n’était pas trop en mauvais état bien que sa jambe allait mériter repos et soin une fois dans un endroit tranquille. Les blessures ne saignaient plus au moins. Le mieux était probablement de la reconduire aux siens.




Ed et Pyro

Wâ tenta à son mieux de la suivre et bien que la pellicule plastique pouvait faire en sorte qu’elle soit transporté sans trop de gravité, contrairement à Krô, se déplacer d’elle-même relevait un peu de l’inimaginable aux yeux de la mutante, elle était si faible, encore plus faible que Krô. Elle suivit bien un instant avant de s’affaisser complètement au sol, sans ressource. Pour la déplacer à nouveau, il faudrait probablement la soulever ou tirer sur la pellicule plastique qui l’entoure. De son coté, Ed l’avait distancé pour se rendre dans la base du bâtiment. Malheureusement, comme il était à se douter, le liquide nettoyant n’était plus acheminé ici. Le seul bâtiment qui était encore entretenu où qu’il y avait un quotidien qui s’approchait de la normalité était le QG des mutants [12]. Il n’y avait plus rien ici, peut-être bien une tasse de liquide au fond des tuyaux si elle retirait entièrement la valve pour regarder. Au moins, cette tasse de liquide n’était pas croupie, le liquide nettoyant ne croupie pas.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:16    Sujet du message: A la recherches des blessés perdus

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.