Imaginarium Index du Forum

Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2012 - 14:39    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Le Wendigo... mon bar préféré ! Non pas parce qu'ils y servaient les meilleures boissons... du moins, à mon goût. C'était mon bar préféré parce que je m'y sentais comme à la maison.

Le Wendigo avait un petit quelque chose de particulier pour moi.
D'abord parce que je m'y sentais en sécurité. Normalement, vu l'endroit, je ne devrais pas, il y avait parfois de bonne baston entre grands patrons du crime. Mais le patron du Wendigo et moi avions un certain accord implicite. Une entente cordiale ou plutôt avantageuse à l'un comme à l'autre.
Ensuite, parce que les chanteuses et effeuilleuses étaient douées et agréables à regarder. Après une journée à voir des blessés et des morts, faire face à de jolis visage était très bénéfique pour ma santé mentale.

Ce fut donc d'un pas enjoué que j'arrivais au Wendigo. Une fois la porte passée, je reconnu l'ambiance habituelle. Elle n'avait pas changé malgré les évènements récents.
On y voyait les pigeons physiquement désavantagés, qui ne consommaient abondamment juste pour approcher et parler à une serveuses. Et il fallait avouer qu'elles savaient y faire avec ce genre de panier percé.
On y croisait aussi les paons, qui déployaient tous les atours et atouts pour séduire les clientes comme les employées.

Moi, au milieu de tout ça, je faisais un peu tâche car je venais toujours pour trois choses : le patron, mon verre sans alcool et les chansons.

Je m'approchai donc de ma place habituelle, celle au comptoir, tout au fond, adossé au mur. On m'apporta ma commande et j'attendis de voir quel divertissement le patron avait prévu pour la soirée.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2012 - 14:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2012 - 15:47    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant


La soirée s’annonçait séduisante, à l’affiche, celle que l’on surnommait le Rossignol un peu plus tard en soirée, à l’instant il y avait sur scène un groupe de fille dont une chanteuse qui se trémoussaient de manière séduisante avec le thème : secrétariat sexy. Donc, auprès de cette demi-douzaine de secrétaire qui se trémoussait non loin, Vaan pouvait déguster son verre de la maison, sans alcool, fait au moment même qu’il avait mit le pied dans le bar. Ce n’était pas compliqué, Vaan prenait toujours son verre non alcoolisé.

Une serveuse généreusement fournit vînt lui porter en lui faisant les yeux doux et repartie au trot alors qu’un de ces paniers percé l’interpellait à nouveau, ces hommes, ils avaient le don de tout donner pour un seul sourire de celles-ci.

Le spectacle continua un moment et les filles changèrent pour une autre troupe avec un thème western, c’était probablement la soirée : Cliché et déguisement.


À la droite de Vaan s’enfonçait dans le bâtiment un long vouloir au tapis velouté rouge. Sur les cotés, des portes menaient à des salons privés où certains des hommes de Vendel jouaient au poker avec des clients fortunés et tout au bout de ce long couloir feutré où l’ambiance rouge sang régnait en maître se dressait une haute porte massive noire devant laquelle se tenait deux gorille armé d’une mitraillette : c’était le bureau du grand manitou.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2012 - 16:38    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Je regardai le spectacle avec intérêt. C'était intéressant. Comme un cours d'histoire ! Mais de la très vieille histoire. aujourd'hui, on ne sortait ce genre d'habit que pour les soirées costumées.

*C'est bientôt la fête où on se déguise ?* me demandai-je.

Je regardai la date sur mon agenda. Non... ce n'était pas le cas. Puis, pendant le changement de thème, je regardai furtivement la porte du bureau de Vendel. Je ne pus retenir un sourire amusé lorsque je vis les deux pingouins.

*
Tout le monde est déguisé !* m'amusai-je.

Western maintenant. Jolis mini short en jean, beau chapeau et le lasso... le détail important ! Je me levai avec mon verre à la main et m'avançai de la scène pour mieux voir car un grand gaillard c'était planté devant moi. Ne voulant pas m'attirer de problème, je me faufilai dans un coin plus proche pour ne pas être dans le champ de vision de qui que ce soit. Résultat, me voila à côté de la porte de Vendel et de ses deux gardes.

- Salut les filles, ne pus-je m'empêcher de dire, tout en soulevant mon verre de façon respectueuse. Vous saluerez le patron de ma part !

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 11:12    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Un des deux gorilles baissant sa mine renfrogné vers Vaan, il lui servit de sa voix de grosse brute la salutation suivante.

-Tiens tiens, si ce n’est pas Il Rosso… Tu veux voir le patron fillette? Monsieur Genovese est peut-être occupé à l’instant. Boris, dit-il à son collègue dont le ventre grondait un peu par la faim, va donc voir.

Les cuisines de l’endroit emportant un fumet de plat de luxe : plat synthétique à saveur et texture artificielle d’aliment qui ont déjà existé. (À savoir si les saveurs goûtent réellement ça au fond!) Dans tous les cas, les gens suffisamment riches des niveaux de luxe qui venait ici pouvaient se faire réhydrater un fameux repas au lieu d’un cachet nourrissant. Bref, Boris avait la dalle et l’odeur n’aidait vachement pas. Silencieux comme une tombe, le géant affamé ouvrit un porte afin de disparaître à l’intérieur de l’antre du grand manitou. Quelques secondes passèrent, après quoi, Boris ressortit et poussa un peu plus la porte qu’il gardait lui-même.

-Il est ouvert à vous accueillir, Il Rosso, entrez.

Les pieds sur son bureau, un verre de fort à sa main et un révolver qui avait été tâché plus plutôt dans la journée à sa taille, Vendel affichait un air légèrement renfrogné aujourd’hui : la journée n’avait peut-être pas été la meilleure pour lui non-plus. Son visage légèrement balafré se tourna vers Vaan à son entrée.

-Si ce n’est pas Il Rosso, le medico, l’homme qui rappelle son prochain à la vie et qui se balade parmis les messager de la mort, dit-il avec une pointe d’ironie. Quel bon vent ou tempête t’emmène dans le royaume du plaisir et de la délusion ce soir..? Prend place.

Calme, il porta à ses lèvres son verre puis l’observa. « Il Rosso », le rouge, était un surnom qu’il lui avait donné. Pourquoi? Peut-être bien pour son petit commerce avec lui et un double sens qui fait contraste au regard nullement rouge de celui-ci.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 12:13    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

- Salut Vendel, dis-je tout naturellement en m'asseyant.

Je m'étais un peu affalé dans le confortable fauteuil que le maitre des lieux venait de me montrer.

- Je suis ici pour mon plaisir personnel et aussi par force des choses, lâchai-je. Je suis mis au repos forcé. J'ai fais un... malaise...

Une certaine gêne c'était emparée de moi.

- Ce matin, lors d'une intervention, ID a déboulé devant Marshall et moi,
dévoilai-je en gardant pour moi les détails du vide. Ce fut donc la course, comme tu l'imagines. Et l'accumulation de ces derniers jours m'a fatigué. Le central m'a imposé du repos jusqu'à ce que les interventions redeviennent normales. Par conséquent, je voulais m'assurer que ta petite réserve personnelle était bonne... au cas où tu en aies besoin durant ce court laps de temps où je suis au repos.

Je terminai mon verre d'une traite.

- Tu as les traits tirés !
dis-je par déformation professionnelle.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 12:46    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Le baron du crime écouta son interlocuteur, le regard artificielle de celui-ci ne délogeant pas une seconde, ce genre de regard qui scrute comme un scalpel chirurgical. Un malaise, vraiment, comment? Celui-ci savait largement comment s’occuper de sa santé, il imaginait bien que les derniers jours avaient été éprouvants avec les larges rixes. Déposant son verre et frôlant le contour de son doigt, il questionna placidement.

-Un malaise, toi, Il Rosso? Il est temps que tu sois au repos, effectivement. ID, tu dis, ah!

Un sourire amusé traversa un moment ses lèvres après quoi le calme plat revînt.

-Cet être peut bouleverser tous et chacun par sa seule apparition semble-t-il, je l’aime bien. J’aime son effronterie et son style. Pourquoi ce fut la course, vous l’avez poursuivi? Sur un autre sujet, ma réserve touche effectivement à sa fin, il sera bientôt le temps pour moi de refaire le plein alors tu sais quoi faire.

À l’intention de ses mots, un léger silence suivit. Soupirant un peu, Vendel retira les pieds de son bureau

-Ahh, Il Rosso, il n’est jamais bon d’en savoir trop, surtout si on est un homme de bien comme toi.

Marquant une pause, il continua.

-Nous avons chacun nos moments, les affaires vont de bon train ici mais les luttes sont fréquentes. Les affaires sont les affaires. Cependant, je peux te dire que si tu participes au festival dans les prochains jours, nous aurons les filles sur scène là-bas. Plus habillée, évidemment. Sinon, être un joueur, je parierais sur la création de ID, je sens que ça va être une année culte.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 15:16    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Vendel avait raison. Il n'était jamais bon d'en savoir trop. Un homme de bien comme moi ? Cela pouvait être vexant de nos jours d'entendre ce genre de chose car chacun aimait se donner un style de rebelle, de voyou... Mais venant de Vendel, je pris ça comme un compliment et cela me fit afficher mon habituel sourire amical.

- Non, c'est pas à nous de lui courir après. Ce fut la course car nous devions faire vite avant qu'il ne... commençai-je avant de lâcher un soupire. Disons plutôt que les collègues se sont activés pendant que je récupérais dans le camion.

J'allais dire "avant qu'il ne revole un corps". Un de mes petits défauts allait me faire cracher le morceau involontairement. Et oui... je parle trop. Mais là, cette fois-ci, j'étais plutôt silencieux à face à Vendel. Parler de ID me fit repenser au "vide". J'avais oublié sa présence, ou plutôt, ce qu'il m'avait fait subir aujourd'hui.

- Demain je ferai un tour au central pour voir quand je peux reprendre. Et j'essayerai de trouver ce qu'il te faut, dis-je en souriant. Mais sache qu'avec les incidents, les réserves manquent aussi de mon côté. Il y a bien une solution facile. Ce serait de le prélever moi-même, ici, sur une personne compatible et qui serait au courant. Cela passerait inaperçu, je n'aurai plus à venir avec ma glacière. Et toi, tu en aurais quand tu voudrais, puisque la ou les sources seraient à ta disposition... Enfin, à toi de voir. Moi, je peux continuer ainsi, avec la glacière.

Je soulevai mon verre et vis qu'il était vide. Je le reposai et continua :

- Je n'ai pas songé à participer au festival autrement qu'en uniforme, dans les équipes retenues  et obligée à attendre sous une tente médicale, que le travail ne nous tombe entre les mains. Mais si je suis toujours au repos forcé, je pourrai y participer en effet...

C'était une éventualité qui ne m'avait pas effleuré l'esprit. Il faut dire que je ne participais jamais à ce genre de chose, soit parce que je travaillais, soit parce que l'envie n'y était pas. Mais si Vendel assurait le spectacle, cela valait peut-être la peine. Il faut dire que je sortais peu voire pas du tout, en dehors du Wendigo, du travail, de la bibliothèque et des magasins alimentaires.

Les éloges de Vendel sur ID me surprirent. Il l'aimait bien ? Personnellement, jusqu'à maintenant, il ne m'intéressait pas tant que ça. Mon travail était au centre de tout. Mais ce qu'il avait provoqué en moi et fait devant moi avaient éveillé ma curiosité.


- As-tu déjà croisé ID ?
demandai-je brusquement, sans m'en rendre compte, probablement un effet de cette curiosité qui devenait maladive, comme à chaque fois que le "vide" se remplissait et se revidait.

Ma question était totalement hors sujet, mais elle fut incroyablement spontanée. Mon sérieux était sans pareil.


© Canadian Television (CTV)

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 18:44    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

D’un geste de main lasse, il répondit à ses premières paroles.

-Mes hommes sont bon pour me protéger, mais ils flirtent trop souvent avec les prostitués ou la racaille, leur sang est probablement contaminé par toutes sortes de choses. Non, je préfère encore la glacière qui a passé tous les tests des hôpitaux. Si le chargement se fait trop tarder, soit ce sera la morphine, soit je trouverai un moyen. À toi de jouer.

Arquant un sourcil devant la curiosité pratiquement affamé de son interlocuteur à propos d’ID, Vendel pencha un peu la tête. Était-il possible que cette apparition avait suscité en Vaan la curiosité? Qui sait, ID mystifiait tout Metropolis avec ses frasques et ses gestes de biens.


-Oui, j’ai déjà rencontré ID, si on peut appeler ça rencontré. Rencontrer ID est rencontrer son icône, pas ce qui se cache son sous armure. Sa voix artificielle et son habit renforcé est nos seuls indices, cependant.

Prenant plaisir à faire languir son interlocuteur, il prit une pause en glissant un sourire en coin.

-Je peux dire que je l’ai rencontré de plus proche que bien des gens, ça oui. Nous étions la nuit, on sortait d’une rixe très violente et la police nous poursuivaient. À dos de moto, nous nous sommes tous séparé mais deux voitures m’ont prise en poursuite. J’ai conduit comme jamais je n’ai conduit, je me suis fais tirer dessus et je suis tombé de l’autoroute du niveau 5 vers les niveaux inférieurs, j’étais un homme mort Il Rosso.

Remplissant le verre de Vaan avec de l’alcool, sans lui demander son avis, il se remplit lui-même par la suite.

-C’est alors que c’est arrivé.

Le regard de Vendel s’éveilla un peu, soudainement plus brillant.

-Il est apparu auprès de moi dans le vide, son corps fendait l’air comme une balle, il se tenait droit. Tout était si rapide, je crois qu’il m’a passé un harnais autour du corps et puis plus rien. Je me suis réveillé dans un endroit inconnu, blanc, qui ressemblait à une sorte de laboratoire étrange. De là, je le voyais assit plus loin à un bureau et il s’est levé pour venir à ma rencontre. Les balles que l’on m’avait tiré avaient été soigné, j’étais sauf. C’est alors qu’il me dit simplement : « Bonne nuit Vendel ». Je me suis réveillé par la suite à mon bureau, ici.

Son regard un peu malicieux, il laissa échapper un rire bref.

-Quel cran ce type. C’est tout ce que je sais de lui, j’ignore ce qu’il attend de moi et je me demande encore pourquoi il a fait en sorte que je sois épargné. Mais c’est arrivé et chose certaine, il est partout.
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Ven 29 Juin 2012 - 19:09    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant

Tout en écoutant le récit de Vendel, je buvais le verre qu'il m'avait servi. A la première gorgée, cela me brula un peu la bouche et la gorge. Mais à force, la sensation de brulure s'estompa, passant de simple picotement à une sensation agréable.
J'étais comme un enfant à qui on racontait des histoires de Père Noël, de lutin et de fées. L'alcool, que je ne buvais pas et ne tenait pas, y était surement pour beaucoup. En milieu de récit, Vendel avait rempli une seconde fois mon verre. Et moi, curieux comme j'étais, j'écoutais et je n'avais pas tilté que je buvais. Au bout de deux verres bus, mes oreilles commençaient à se teinter de rouge. Une chaleur agréable émanait de mon visage.

- Et tes hommes dans tout ça ? Ils n'ont même pas remarqué de ID t'avait ramené ici !? m'étonnai-je.

*
il est partout...* répétai-je.

- Partout et jamais pour rien... C'est bien vrai. Il en fait des choses étranges. Enfin... on dit "il", mais c'est peut-être une femme !

Dernière gorgée de mon troisième verre : check !

Le bureau de Vendel "tournait" autour de moi. C'était quoi cet alcool ?! Je comprenais mieux pourquoi Vendel en buvait sans cesse, cela ne pouvait que le soulager. Mais pour quelqu'un comme moi, qui n'en avait pas l'habitude, c'était difficile de rester lucide. J'ignorais si j'avais l'alcool mauvais, l'alcool euphorique, ou l'alcool dépressif... j'allais être vite fixé !

Je posai mon verre et soupira longuement.

- ID crée une belle illusion autour de lui. Personnellement, cela ne me fait rien ce qu'il fait, je n'espère rien de lui. Bizarrement, tout ce qui m'intéresse, c'est...

Je regardai le fond vide de mon verre. "Vide". Le voila qu'il revenait à la charge celui-là !

- ... le vide, marmonnai-je en regardant ce fond de verre. Tu n'as jamais eu cette impression qu'il te manquait quelque chose en toi ? Qu'il y avait un vide à combler ? Qu'un jour, tu es à deux doigts de combler ce vide et qu'en quelques secondes, le destin te le reprend, et tu l'entends alors te dire "Vaan, tu l'as vu ce truc qui te manque ? ben regarde-le bien parce que je vais te le reprends et tu n'es pas prêt de l'avoir de nouveau".

Mes yeux étaient vide de toute expression, mais ma langue était totalement déliées. Je savais maintenant que j'avais l'alcool bavard... et pas très gai ce soir-là ! Je fixais Vendel et continuait mon monologue.

- Tu as eu de la chance ce jour-là, dis-je en faisait allusion au jour où Id avait sauvé Vendel. Le destin était en ta faveur. C'est pas donné à tout le monde. Profite... Moi, depuis le jour où le sort me les a pris, j'ai cette impression de manque. C'est à cause de ça que je suis ambulancier urgentiste et que le vide est apparu. Dis-toi que c'est grâce au destin, sort ou quelque soit son nom, que nos chemins se sont croisés. Encore une fois, il agissait en ton avantage. Quoi que non ! Du mien aussi, puisqu'on passe de bon moment ! m'exclamai-je en levant mon verre vide et en éclatant de rire.



_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Dim 1 Juil 2012 - 14:59    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon Répondre en citant


Alors qu’il découvrait peu à peu les fantastiques propriétés de sérum de vérité de l’alcool sur Vaan, Vendel écoutait avec un sourire incrédule. Le vide? Mais de quoi parlait-il? Quel genre de fantasme longtemps enfoui l’ambulancier lui sortait là? Bon, la solitude est une chose qu’il connaissait bien, voir qu’il cultivait pour plusieurs raison, mais en faire une fixation passionné comme ça, non il n’était pas aussi poussé que Vaan. Le regard lointain, Vendel se calla dans son siège.

-Oui, il est vrai qu’il donne une belle illusion. On dirait presque qu’à quelque part, il y a espoir. Comme si, au fond, ça existait la liberté.

L’espoir était un grand mot dans une cage géante tel que Metropolis Everest. Le baron du crime, loin d’être un tendre, pouvait s’avérer surprenant à dire une telle chose. Après-tout, chacun caresse ses propres rêves. Quel était le sien? Ce n’était probablement pas le genre de question que les gens osaient poser s’ils voulaient garder leur tête.

-La solitude je connais, c’est le résultat de la chaîne alimentaire. Je crois le vivre différemment que toi, Il Rosso, toute chose a son prix, toutes influences et pouvoirs ont leur prix. Certaines le vivent par coup du Destin, comme toi, d’autres le vivent par nécessité ou choix. Si la solitude est un malheur pour toi, un poids qui te suffoque, alors je peux considérer que je suis l’architecte de mon propre malheur à tes yeux. Vaut mieux être seul, parfois, simplement.

Les mots tombaient avec un calme pensif, le corps jeune, l’esprit de Vendel avait vieillit rapidement. La sécheresse de sa vie criminelle et la dureté avait probablement arraché l’enfant tôt à l’innocence. Pourtant, il ne s’en formalisait pas, son visage implacable semblait sculpté à cette intention, son regard perçant et impénétrable vous fixait comme une statue austère.

-Il est vrai que si j’étais mort, si le coup du sort ou du destin n’avait pas étendu son bras à travers ID pour me préserver, je ne serais pas là en train de boire un verre avec toi. Ce que dieu me réserve? Chi asperttar puote, viene a cio che vuole : Qui peut patienter, finira par arriver.

C’est alors qu’une porte au fond du bureau ouvrit cette porte qui ne s’ouvrait pratiquement jamais. Plusieurs auraient pu croire à une porte de garde-robe et pourtant, un autre couloir velouté semblait s’allonger dans cette direction. Une femme délicate en sortie, habillé s’une longue robe cocktail noire de coupe très simple ajustée au corps, les épaules nues. Ses bras habillé de gant lui montant en haut des coudes, sa tête, elle, disparaissait dans l’ombre d’un chapeau noir élégant à très large rebord. Un voile de veuve pendait à l’avant du couvre-chef pour laisser une frontière de mystère complète entre elle et son auditeur même si elle passait sous l’éclairage feutré. D’un pas simple, mesuré, que l’on pourrait décrire comme élégant pour les hommes qui n’aiment pas les femmes systématiquement vulgaire, elle approcha le siège de Vendel, prit son verre et le déposa plus loin.
 

-Bonsoir, Il Rosso, lui dit la voix féminine d’une douceur envoûtante, je vois que vous trinquez avec Vendel ce soir, il est rare de le voir discuter ainsi. Il m’a glissé mot sur vous.
 

Vendel, subitement attentif à cette présence, la laissa pousser le verre d’alcool  hors de sa portée se retourna vers elle. Posant un regard très protecteur sur la silhouette de mystère tout juste auprès de lui, il introduit la nouvelle venue.
 

-Tout comme il est rare de te voir poindre le bout de ton nez ainsi, Intoccabile. Je vous présente celle que l’on doit respecter comme ma sœur. Bien que je me doute que vous seriez un parfait gentlemen, Il Rosso,  il faut accepter qu’elle ne vous approche pas. Si elle ne vous tend pas la main elle-même, vous n’avez pas le droit de lui tendre.
 

Un léger et court rire se manifesta de l’ombre du couvre-chef, la main délicate tapotant un instant l’épaule de Vendel.
 

-Je n’ai pas pour habitude d’approcher les gens ainsi, peut-être un autre jour, Il Rosso. Je ne vous dérangerai pas plus longtemps, je venais simplement demander à Vendel de ralentir la boisson pour aujourd’hui. Il ne souffrira pas de son mal à ce degré d’intoxication.


Sans demander son reste, elle s’éloigna avec le verre de Vendel qu’elle jeta le contenu dans un évier adjacent puis s’éloigna vers la porte. La tête légèrement retourné vers le coté, elle laissa tomber.

-Bonsoir messieurs…soyez sage.

La silhouette gracieuse de l’Intoccabile disparu derrière la porte massive comme elle était venue.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:09    Sujet du message: Le Wendigo, une chèvre au milieu de pigeon et de paon

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.