Imaginarium Index du Forum

''L'Atrium''

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 16:34    Sujet du message: ''L'Atrium'' Répondre en citant

''L'Atrium'' est un petit bâtiment bas à deux niveaux avec un seul étage, tout en béton et au toit terrasse. Ancien centre de réunion, dont le nom se lit encore en grosses lettres à demi-effacées sur l'enseigne bancale de la façade, le lieu à depuis longtemps perdu sa fonction. C'est là que vit Ed. Sous la grande enseigne sale et presque illisible s'ouvrent deux fenêtres au premier étage : une petite rectangulaire en hauteur sur la gauche et une longue en largeur à ses côtés. Toutes deux sont obstruées de larges rideaux sombres qui cachent à l'intérieur les vitres sales. Dessous, la porte d'entrée en métal rouillé par endroit côtoie une autre ouverture, sur la gauche, barricadée de planches d’imitation de bois plastique.

A l'intérieur, le rez-de-chaussée est inutilisable. La grande salle de réunion et sa petite annexe ne sont qu'un amas de poutrelles, gravas et déchets en tout genre. Seul le placard à balai renfermant le boîtier électrique et une partie de la tuyauterie est accessible près de l'escalier.

Celui-ci mène à l'étage en débouchant directement dans une grande pièce carrée. Au centre, entouré de coussins au tissus déchirés, d'une petite table basse, de couvertures roulées en boules et d'un pouf, se tient une sorte de cuve métallique dans laquelle Ed a prit l'habitude d'allumer un feu lorsque nécessaire. Sur le mur du fond, en face de la large fenêtre, un petit poste de télévision trône sur un empilement de deux caisses.
Sur la gauche et près de l'escalier, deux ouvertures amènent respectivement sur une petite cuisine sans porte -celle-ci ayant depuis longtemps disparue-, avec lavabo hors d'usage, plaque chauffante et étagère, et une salle de bain de même dimension avec commodités, lavabo et cabine de douche théoriquement en état de marche. Soit fonctionnant une fois sur trois très aléatoirement et ne donnant pas toujours de l'eau chaude qui reste de toute manière d'une couleur assez douteuse. Une véritable loterie en somme.

De l'autre côté de la grande salle centrale, deux autres portes menant à deux chambres. Celle de droite est totalement délaissée par Ed tandis qu'elle occupe la seconde. Un vieux matelas posé à même le sol dans un coin de la pièce et un coffre sont l'unique mobilier de cette chambre. Le coffre renferme les affaires d'Ed : ses habits et quelques effets personnels.

La déco est totalement absente du logement et les murs sont laissés nus ; béton apparent. Seuls les épais rideaux sombres tirés devant les fenêtres et les quelques bougies disposées ça et là à même le sol -car il arrive fréquemment à l’électricité de sauter- confirment qu'une personne vit bien en ces lieux.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 16:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mad


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 18:11    Sujet du message: ''L'Atrium'' Répondre en citant

Jour 1


Une petite musique retentissait depuis plusieurs seconde dans l'Atrium -le bâtiment et la pièce centrale de celui-ci. Ed, la tête enfouie sous une couverture dans la pièce voisine fut tirée du sommeil par cette mélodie qu'elle connaissait bien. Repoussant la couverture tout en grommelant puis se levant de son sommaire lit sans cesser de marmonner, Ed sortit de la chambre en ouvrant violemment la porte pour attraper son téléphone mobile. Du moins était-elle en train de le chercher alors que celui-ci continuait à sonner quand la fille finit par mettre la main dessus entre deux coussins. La musique avait cessé.

Ed avait reçu un message et, en chemise de nuit -du moins ce qui lui servait de chemise de nuit, à savoir un vieux t-shirt quatre fois plus large qu'elle-, debout au milieu de la pièce, dans la pénombre des rideaux tirés, elle lu le message tout en s’ébouriffant les cheveux d'une main. Il venait de Jack Smith, un de ses amis pour ne pas dire le seul véritable ami qu'elle s'était fait en quatre ans de vie dans ces bas niveaux. Vaguement réveillée, elle comprit qu'il y avait une réunion au QG du groupe de rebelles dont elle faisait parti. Mais le court message n'en disait pas plus.

D'ailleurs Ed se demandait, tout en lançant le téléphone sur un des coussins, la raison d'être de cette réunion. Car la jeune femme n'était pas sortit de chez elle depuis environ une semaine. Elle avait travaillé peu avant dans une friperie où la gérante l'appelait de temps à autre pour avoir un coup de main. Forte de ce soudain renflouement d'argent, Ed avait alors fait quelques réserves avant de s'enfermer chez elle, le nez dans un vieux livre qu'elle avait trouvé. Histoire de lire l'ouvrage avant de le revendre au marché noir, car il devait valoir un petit paquet et tout argent était bon à prendre ! Bien sûr Ed aurait pu le revendre directement, mais le lire avant lui changeait un peu les idées et lui rappelait, d'une certaines manière, son ancienne vie.

Sans véritable nouvelles de ce qui s'était tramé hors de l'Atrium la semaine passée, Ed ne savait donc pas à quoi s'en tenir. Toutefois elle se prépara pour la réunion au QG. Après un rapide petit-déjeuner, la fille vérifia que la douche ne fonctionnait pas -ce qui s'avéra être effectivement le cas- puis enfila sa tenue : pantalon noir, t-shirt blanc, manteau sombre et bottes. Elle releva la capuche sur ses cheveux en bataille, fourra son téléphone dans sa poche, son poignard dans sa botte et attacha son bandana autour de son visage. Elle s'était habituée à voir à travers les deux morceaux de tissus qui lui entouraient les yeux. Mais c'était sa seule manière de rester cachée lorsqu'elle sortait. La peur d'être retrouvée lui suivait malgré tout...

Attrapant son skate posé dans un coin, Ed tira légèrement le rideau devant la fenêtre, juste pour éclairer un minimum la pièce et descendit l'escalier. Une fois au-dehors, devant l'Atrium, elle ferma la porte en la tirant d'un coup sec -geste nécessaire de toute manière- et tourna la clef dans la serrure. Luxe non négligeable que d'avoir un logement un minimum -les mots sont pesés- sécurisé.

Montant sur son skateboard, Ed s'élança dans la ville en direction du QG qu'elle connaissait bien...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:17    Sujet du message: ''L'Atrium''

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.