Imaginarium Index du Forum

Chez Vaan Adiel
Aller à la page: 1, 2, 312, 13, 14  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 12:35    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant


_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées


Dernière édition par Siana le Mer 27 Juin 2012 - 12:22; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 12:35    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 12:51    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Jour 1
Matin


- Dort mon petit... dort, entendis-je, tandis que quelqu'un me caressait le front.

Cette voix, c'était celle de ma mère. Elle était si agréable.


- Quand tu seras grand, tu comprendras mon fils, ajouta-t-elle.

*Grand ? ne le suis-je pas déjà ?* me demandais-je.

J'ouvris les yeux doucement. La lumière m'éblouissais. Une lumière vive, très vive. Plus que je n'en avais l'habitude. Je ne distinguais qu'une silhouette. Quand ma pupille s'habitua, je m'attendais à voir ma mère, avec son implacable sourire tendre. Mais, je la vis ELLE. L'étoile.
Surpris, je me redressai brusquement et manquai de tomber du canapé. Elle se mit à rire, comme si elle venait de me faire une farce. Elle me tourna le dos et se dirigea vers la porte d'entrée.

- Attends ! m'exclamai-je en levant un bras comme pour la retenir.

Je me levai rapidement, m'élançai à sa poursuite mais trébuchai dans ma pile de livre...

Là, le réveil - le vrai - fut brutal. Je me dressai comme un i sur le canapé. Le livre qui était posé sur mon torse tomba. Je m'étais assoupi en pleine relecture d'un vieille album photo. Je le ramassai et le feuilletai. Je m'étais arrêté là où le ruban pour marquer les pages se trouvait. Je m'étais surement arrêté sur cette photo de maman, portant le médaillon ovale. Dans un soupire, je refermai l'album et le posai sur la table basse. Je me levai et allai faire un brin de toilette. Je portais déjà mon uniforme. Ou plutôt, je ne l'avais pas retiré la veille...

Une fois l'uniforme propre enfilé, je me hâtai de partir travailler. Une nouvelle journée de ramassage de cadavre m'attendait. Mais merde quoi ! Je suis ambulancier urgentiste moi ! J’œuvre pour ramener à l’hôpital des gens blessés dans le but de les sauver... pas des cadavres pour les incinérer... Quel temps gâché.

C'était avec déception que je me rendis à l’hôpital. Vivement mon prochain jour de repos ! Sauf si je me le voyais encore retiré, comme c'était le cas depuis ces récents évènements...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mer 27 Juin 2012 - 16:53    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Jour 1
Soirée


Je mis plus de temps pour arriver chez moi. Cette impression était peut-être due à ma fatigue. A moins que ce ne fusse à cause des récents évènements. Quoi qu'il en fusse, j'étais bien content d'arriver au bercail !

Sans attendre, je m'étais rué dans la salle de bain. Laissant tomber l'uniforme pour un T-shirt et un bas de pyjama long - ma tenue spécial "glandons à la maison" -, je décidai de m'adonner à mon activité d'intérieur favorite : le "prélassons-nous sur le canapé avec un livre tout juste acheté".

"
Voyage au cœur des muscles du visage"... très instructif comme bouquin ! Du moins, les deux premiers chapitres, qui détaillaient la langue humaine. La suite, je n'eus le temps de la découvrir car je m'étais endormis.

Quand je rouvris les yeux -sans avoir fait le moindre rêve - j’ignorais quelle heure il était. Mais la faible luminosité m'indiqua que nous étions le soir.

J'étais en pleine forme. Que faire maintenant ? Je n'allais surement pas dormir de la nuit, vu la sieste que je venais de faire. Comme je ne travaillais pas le lendemain, je pris la décision d'aller boire un verre au Wendigo.


_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Jeu 5 Juil 2012 - 19:04    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Jour 1
Nuit
 


Je rentrai enfin chez moi. Après cette soirée et début de nuit au Wendigo, j'avais qu'une envie : dormir. Et je me doutais bien que le réveil allait être douloureux. Quand j'arrivai à la résidence, j'entrai avec mon pass et je pris l’ascenseur jusqu'au dernier étage. Quand les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, je découvris un palier silencieux. Tout le monde dormait. A cette heure tardive, c'était logique et tout à fait normal. Je me dirigeai à pas de loup vers la porte de mon appartement quand un bruit de clé se fit entendre. Là, je compris que le pire était à venir. Je me dépêchais de saisir la bonne clé sur mon trousseau pour entrer et vite m'enfermer chez moi. Malheureusement... elle avait été plus rapide.

- Vaan ! s'exclama Roxanne. Tu rentres drôlement tard ! C'est si rare ! Tu es sortis où ? Tu étais avec des amis ? Une amie ?

Roxanne Butler. Ma voisine. Une gamine bruyante, qui me suit à la trace si j'ai le malheur de me retrouver en même temps qu'elle sur le palier. Mais une fille qui fait tout ce que je lui dis, qui boit mes paroles comme si j'étais le messie, qui serait prête à me lécher les pieds et dire que c'était son idée, même si c'était moi qui le lui suggérais... Bref, elle était complètement dingue ! Brave, bruyante... parfois agréable, mais douée pour éveiller régulièrement une sensation de colère et d'énervement en moi.


- Tu vas réveiller tout le monde si tu continues de crier comme ça,
dis-je sans lui adresser un bonsoir, un regard et tout en déverrouillant et en ouvrant ma porte d'entrée. Tu n'as pas école demain ? Tu devrais aller te coucher...

- Et toi Vaan ? tu ne travailles pas demain ? Tu rentres pas un peu tard.

- Bonne nuit Roxanne, dis-je en mettant un pied chez moi, afin de couper court à la conversation et que l'envie de me suivre dans mon appartement ne la prenait encore une fois.

Mais c'était trop tard, le temps que je me retournai pour refermer l'entrée, elle était dans l'encadrement de la porte. Elle m'avait carrément suivi de près.


- Tu sembles fatigué... tu sens le tabac froid et l'alcool. Ho Vaan... ce n'est pas ton genre... quelque chose ne va pas ? demanda-t-elle en se mettant sur la pointe des pieds et en approchant son visage du mien.

Mon réflexe fut de faire un pas en arrière, lui laissant encore plus le champ libre pour entrer. Et elle en avait profité. Elle avait pu se faufiler dans le petit espace entre l'encadrement de la porte et moi. Elle se ruait maintenant vers ma cuisine en arguant qu'elle allait me préparer un super remède.


- Roxanne, dis-je gentiment mais avec fermeté. Que t'ai-je dis au sujet de l'encadrement de MA porte.

- Et bien... tu as dis...


Roxanne fit demi-tour et alla se placer dehors, sur le palier, pile devant l'entrée de mon appartement. La pointe de ses pieds frôlaient la limite entre mon chez moi et le palier.

- Ne pas entrer sans y être invitée... marmonna-t-elle en se tortillant sur place. Mais je voulais juste te faire un...

- Je suis fatigué. Bonne nuit Roxanne,
conclus-je.

Roxanne me rendit mon salut et recula d'un pouce, afin que je puisse fermer la porte. Quand je l'eus verrouillé l'entrée, j'entendis un "à demain".


- C'est ça... c'est ça, baragouinai-je en me déchaussant et en me ruant vers la chambre.

J'allais pouvoir dormir. Enfin ! Mais jusqu'à quand ? jusqu'à un réveil après un sommeil réparateur ? Ou après que Roxanne n'ait eu l'idée de mettre à exécution son "à demain".

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées


Dernière édition par Siana le Ven 6 Juil 2012 - 19:44; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Ven 6 Juil 2012 - 19:41    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Jour 2
Fin de matinée 


J'ouvris un œil, puis l'autre. Quand ma vue fut adaptée à la lumière du jour qui passait à travers le rideau, je relevai la tête vers le puit de lumière. Puis, je regardai l'heure. 11h09. Finalement, j'allais avoir le temps de faire ce que j'avais en tête avant d'aller réveiller mon petit réseau à l'hôpital, afin de glaner ma dose de sang. Je m'étirai, poussa les draps et m'assit sur le bord du lit. Pas de migraine. Pas de tournis. Quelle veine ! Juste la bouche un peu pâteuse, mais c'était nettement plus agréable que les autres conséquences de la gueule de bois.

Je pris alors la direction de la douche. J'enfilais des vêtements propres. N'ayant pas faim, je me mis directement au travail. J'allai dans le salon, j'ouvrai le rideau des puits de lumière et je sortis une boite à chaussure et la déposa sur la table basse. Je l'ouvris et en sortis du papier glacé blanc et du papier glacé rouge. Je m'installai en tailleur sur le canapé, avec un plateau de travail sur les genoux pour commencer à découper les papiers. Tout en travaillant, je comptais de mémoire le nombre de chanteuse au Wendigo.

Je venais tout juste de terminé le papier glacé blanc que l'on frappait tout doucement à ma porte.


- Manquait plus qu'elle, marmonnai-je.

Je décidai d'ignorer mon visiteur inconnu, même si je devinais aisément l'identité de ce visiteur matinal. J'attrapai alors une feuille rouge et continuais.


- Vaan ?! entendis-je.

- Et merde, grognai-je en posant délicatement le plan de travail sur le canapé, en évitant de faire du bruit.

Puis, ce fut pieds nus, avec ma feuille rouge à la main, que je gagnai la porte d'entrée. Sans faire le moindre bruit, je regardai par le judas. Je la vis en train de regarder à travers l'autre bout du judas. Afin de lui faire peur, j'ouvris violemment la porte. Roxanne fit un bond en arrière.


- Bonjour, que puis-je faire pour toi ? demandai-je sur un ton monocorde.

- Je suis venue... m'excuser d'avoir bafoué la règle hier soir...

- Tu es pardonnée. Bonne jour...

- Ha ! je suis rassurée !
coupa-t-elle. Je veux me faire pardonner... que faisais-tu ? Je te dérange pas ?

- Des roses en papier,
répondis-je sans trop savoir pourquoi je lui donnais cette information.

Là, Roxanne sembla avoir une illumination. Elle s'éclipsa chez elle et réapparut rapidement avec une pochette en cuir.


- Cadeau ! s'exclama-t-elle en me tendant la pochette en cuir. Tu m'apprends ? me demanda-t-elle sur un ton mielleux et un sourire jusqu'aux oreilles.

Elle pouvait m'aider à vite les terminer. J'acceptai donc. Elle entra avec la pochette et l'ouvrit. Dedans, il y avait du papier feutré et parfumé. Du rouge, du blanc, du vert, du rose... une multitude de parfum synthétique s’échappèrent de la pochette en cuir.
Je lui appris à faire des roses en papier et mes roses allaient même sentir bon ! La première dans ce papier feutré fut une réussite !


_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Ven 6 Juil 2012 - 20:32    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

J'apprenais vite ! Faut dire que Vaan expliquait tellement bien les choses... Au début, j'avais un peu peur de ne pas réussir car je ne regardais pas ce qu'il me montrait. Je regardais ses yeux. J'ai beaucoup de mal à m'en détacher. Ils sont hypnotiques. IL est hypnotique !

- Comme ça ?
demandai-je en montrant ma première rose.

Vaan la prit - me frôlant ainsi les mains !- et l'examina.


- Moui, c'est un bon début,
me dit-il en la posant dans le panier en contenant déjà quelques unes. J'en avais fait qu'une qu'il avait eut le temps d'en faire trois.

Un bon début ! Il était content de mon travail ! Cela me suffisait pour me ravir.

- Je peux continuer ?

Il me répondit que oui et j'enchainai avec une deuxième. Il m'indiqua le nombre de rose à faire et nous nous mirent à la tâche. Il y en avait beaucoup. Je n'osais pas lui demander pour quoi ou qui c'était. Cela ne pouvait pas être pour une femme. Je n'en avais pas vu passer chez lui depuis 8 mois... depuis que la métisse l'avait quitté. Elle n'avait pas pris de pincette cette garce ! Mon pauvre Vaan. Il était si malheureux. Je me souviens encore de ce soir où elle est venue chercher ses affaires laissées ici...

- Non Vaan, ma décision est prise.

- Puisque je t'assure que je n'ai que toi ! Je t'aime Phillie !

- Si tu m'aimes, pourquoi est-ce que tu fais si peu attention à moi depuis que ce type est mort l'an dernier ? Tu n'étais pas comme ça avant... J'en peux plus Vaan. De nos trois ans de relation, la dernière année fut un calvaire. Tu es en retard à nos rendez-vous, tu es totalement ailleurs quand tu es avec moi, tu n'arrêtes pas d'évoquer un vide en toi, et je me demande bien ce que je peux faire là si je ne t'apporte pas satisfaction... La semaine dernière, dans ton sommeil, tu as prononcé le nom d'une femme autre que ta mère ou ta grand-mère ! C'en est trop. Je pars. Tu trouveras bien quelqu'un pour le combler... ton vide.


J'étais derrière ma porte, à tout écouter. Par le judas, je voyais Vaan essayer de retenir Phillie mais elle, elle partait sans  même se retourner. Je l'aimais pas cette fille, mais ce soir là, je l'appréciais pour une chose : libérer Vaan !


- Vaan... qui t'a appris à faire des roses en papier ?

- Ma grand-mère, me répondit-il en me montrant une photo posée sur la bibliothèque, entre plusieurs livres anciens.

Sur la photo, il y avait quatre personnes. Toutes les quatre avait les yeux bleus azur. Vaan m'expliqua que c'était lui, avec ses parents et sa grand-mère, le jour de ses 10 ans. Que c'était la dernière photo qu'il avait d'eux trois, avant qu'ils ne meurent dans un incendie.

- Tu as été dans un orphelinat ?

- Non, chez mon grand-père.


Là, il me montra une autre photo, de lui à la remise des diplômes, avec un vieille homme richement habillé.

- Il est mort lui aussi, il y a deux ans, c'est pour ça que j'ai aménagé ici.

Il était donc seul maintenant. Ses parents et sa grand-mère étaient morts dans un incendie, son grand-père était mort il y a deux ans, Phillie l'avait quitté il y a huit mois après une relation de trois ans... Il était seul... Non... j'étais là et je comptais bien le lui montrer. J'ignorais ce que voulait dire Phillie en parlant de vide. Mais je comptais bien essayer de le remplir !

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Sam 7 Juil 2012 - 13:41    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

La ribambelle de fleur en papier terminée, je n'avais plus de raison de garder Roxanne chez lui. Seulement, elle était bien installée. Elle avait profité que je terminai la dernière fleur pour attraper un de mes livres et le feuilleté. La déloger allait être une grande épreuve. J'allai dans ma chambre pour prendre mon grand sac à dos isotherme et un sac en papier. Je mis les roses en papier dans le sac en papier et alla chercher les pain de glaces que je fourrai dans mon sac isotherme.

- Roxanne, tu vas devoir poser ce livre et sortir, dis-je.

Elle ferma brusquement le livre et me regarda avec de grands yeux par dessus ses lunettes rouges. Afin d'éviter un pourquoi, suivi d'une réponse, encore d'un pourquoi et d'une autre réponse, j'ajoutai :


- Je m'absente, tu ne peux pas rester ici.

Roxanne fit la moue et se leva.

- Tu ne veux pas me dire où tu vas ?

- Hmmh... non, répondis-je.

- Aller s'il te plait !

- Je vais à l'hôpital, déclarai-je en espérant la faire fuir

Roxanne m'arracha le sac en papier des mains et lança :


- Je dois justement aller dans un club de gym non loin de l'hôpital, je t'accompagne jusque là-bas !

Et elle sortit de l'appartement avec mon sac en papier.

*la poisse* me lamentai-je en fermant mon appartement à clé.

Je quittais le palier avec Roxanne qui me suivait de près avec mon sac. La journée allait être longue... très longue...

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 14:20    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Jour 2
Milieu d'après-midi
  

Le retour fut long. Très long. C'était la première et dernière fois que je tolérai sa présence. Elle m'avait cassé les oreilles durant tout le retour. Vendel si...le Wendigo ça... Les femmes gnagnagna... Je ne la supportai plus. Deux ans que son acharnement durait. Deux ans que je ne disais rien. Que je prenais sur moi. Mais depuis 8 mois, ses visites s'intensifiaient, son acharnement s'était transformé en harcèlement. Je l'avais même surprise une fois à me suivre jusqu'au bout de la rue, pour voir si je me rendais à l'hôpital. Quelque fusse son manque et ce qu'elle cherchait, il fallait faire cesser tout cela. Non seulement pour mon bien. Mais aussi pour le sien. Quoi que surtout pour le mien. Elle avait un effet néfaste sur moi qui, si je reprenais les termes de Vendel, faisait noircir mon gris.

Quand nous arrivâmes sur notre palier, je n'ouvris pas immédiatement la porte de mon appartement. Je savais pertinemment qu'elle allait m'y suivre. Alors je pris les devants.


- Roxanne... il serait temps que tu sois plus assidue en cours, que tu vois tes amis autant qu'avant, que je cesse d'être ta principale occupation. Jusqu'à maintenant je ne disais rien. Mais là, ton attitude avec MES amis a été la goutte de trop. Tu te permets de les juger sans les connaitre. 


- Mais Vaan, je ne fais que d'essayer de t'ouvrir les yeux ! Ils ne sont pas fait pour toi !
répliqua Roxanne. Tu dis que ce Vendel est ton ami, mais as-tu vu comment il te parle ? Un ami ne dit pas Monsieur à son ami...

- Tu parles sans rien savoir. De plus, me connais-tu au moins, pour dire ce genre de chose ? Pour me dire que mes amis ne sont pas fait pour moi ? Je ne sais pas ce que je t'ai fais pour que tu me harcèles ainsi. C'est parce que j'ai été le seul à oser te demander de baisser le son lors de tes fêtes ? Tu as décidé de te venger ? Soit, fait comme bon te semble. Continue donc de me harceler. Mais une vengeance de deux ans pour des broutilles de voisinage... non, c'est trop. Tu en fais trop. Pour tout d'ailleurs !

- J'en fais trop ! s'exclama Roxanne. Tu oses me reprocher ça ! Et toi, as-tu vu comment tu me parles depuis quelques temps ?! Tu es devenu méchant avec moi, et rien qu'avec moi ! Tu es toujours gentil avec les autres mais plus avec moi !

- Tu me harcèles !
m'écriai-je, à bout. Tu es toujours derrière ton judas à voir qui monte les escaliers ou qui sort de l'ascenseur quand tu entends du bruit ! Tu ne passes pas une journée sans venir frapper à ma porte. Tu oses me dire que je rentre tard ! Qui es-tu bon sang pour agir ainsi !

- Parce que je t'apprécie
, grommela-t-elle.

- Et bien ton attitude produit l'inverse chez moi ! Chaque fois que tu es dans les parages, je suis énervé !

Je n'arrivai plus à me retenir et à lui dire les choses gentiment.

- J'en peux plus de devoir regarder par le judas avant de sortir, pour être certain que tu ne me sauteras pas dessus ! J'en ai assez de faire le moins de bruit possible chez moi pour que tu ne viennes pas sonner et t'inviter ! Si vraiment tu m'apprécies, respecte-moi, cesse de me harceler et conduit toi en adulte !

Roxanne recula. Des larmes coulèrent. Ce que je redoutais le plus. J'aurai été capable de la consoler et de m'en vouloir, comme chaque fois que j'essayais de lui faire comprendre qu'elle n'était qu'une gamine emmerdante. Mais cette fois-ci, elle ne me laissa pas le temps.

- Alors comme ça, je t'énerve et tu ne m'aimes pas ! Ce que tu dis là, ça fait mal ! lâcha-t-elle en posant une main sur son cœur. C'est cruel ! Pourquoi me vois-tu encore comme une gamine ! Soit... Dans ce cas, je vais te prouver que tu te trompes. Je vais me conduire en adulte et t'épargner de ma présence si gênante...

Roxanne partit en courant vers sa porte, l'ouvrit et s'enferma chez elle. Elle avait raison. J'avais été cruel. D'un côté, je me sentais mieux d'avoir libéré cette colère que j'avais amasser contre elle depuis deux ans. Mais d'un autre côté, je m'en voulais de l'avoir fait pleurer. Et je me disais que je venais de creuser d'avantage ce manque qu'elle essayait de combler avec moi. Manque que je n'avais même pas cherché à connaitre et à comprendre.

Ce fut avec une impression mitigée que je rentrai chez moi pour y passer le reste de la journée. Je n'allais y ressortir que le lendemain car quand je m'installai au salon pour consulter mon répondeur, je fis que le central m'annonçait la reprise du travail. Demain, Marshall et moi allions reprendre du service !

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gemini


Hors ligne





MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 17:12    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Pendant que Vaan prévoyait rester la journée chez lui, le journal télévisé lui montra un petit évènement qui pouvait le toucher d’une manière particulière.

Journal télévisé en directe, fin d’après midi :

Une journaliste de la chaîne des nouvelles se tenait en haleine devant l’écran, derrière elle, on voyait quelques groupes de mutant militaire passer.

-Bonjour à vous Metropolis! Nous vivons un moment grandiose! L’armée a repéré le délinquant notoire ID ainsi que son comparse clone. Celui-ci aurait été repéré dans les abords d’un Orphelinat du niveau 4 avant que celui-ci ai été encerclé. Bien entendu, les militaires ont demandé à ce que le personnel et les enfants soient évacué, mais il semblerait bien qu’ID les ai retenu de force! Incroyable!

Un moment de vidéo est démontré, ID est à genoux devant un enfant, lui prodiguant ce qui semble un diachylon sur le genou. Des clones militaires entrent en donnant un coup de pied dans la porte. ID plonge alors en plaquant les enfants pour les « retenir » (protéger?) et se fait tirer dans le dos. Le clone qui l’accompagne se vire rapidement, descend ses semblables, reprend la porte de sa force surhumaine pour la plaquer contre le trou et se tourne vers la caméra intérieure pour la tirer. La vidéo de la caméra cachée du gouvernement à l’intérieur de l’Orphelinat terminant ainsi.

-Tout porte à croire que notre ville sera enfin débarrassé d’ID! Que..?!

La caméra tourna vers un groupe de personne armé et en moto : pas des mutants, ni des clones puisqu’ils ne semblent pas avoir l’uniforme. Le groupe en question sortirent des mitraillettes et ne se gênèrent pas dans le groupe de militaire. Quelques combats commencèrent même à main nue vers la droite, prouvant que ces gens sont soit des humains+ ou encore des clones affranchit puisqu’ils sont capable de rivaliser la force des clones militaires. Pendant que le groupe rebelle tiens les clones à carreau, M-1012 sort de l’orphelinat et tend ID au chef du groupe en moto. Le tous partirent sans demander leur reste, M-1012 semblant rester pour ralentir les clones et fini par prendre la fuite sur la moto d’ID, bien blessé. Pendant ce temps, la journaliste se contenta de crier et suite à cet échec, les nouvelles furent coupées pour être remplacé par une publicité sans intérêt. Les nouvelles reprirent après, demandant aux gens du niveau 4 d’aider à appréhender ou tuer le clone rebelle, pourtant, les gens ignorèrent la caméra avec un regard hostile, leur visage maigre et sale ne donnant pas bonne figure aux bas niveaux. Il s’en suivit une émission qui dénigre les gens pauvre et explique combien ils sont des gens dangereux, tourné vers la criminalité et ceci expliqué par plusieurs psychologue notoire de l’Organisation avec des : « Vous savez, avec les années, les voyous restent ce qu’ils sont et donnent à leur enfant les mêmes valeurs odieuse, blablablabla »
Revenir en haut
Siana
Fondatrice


Hors ligne


Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 2 641
Mon rythme pour mes posts RP est: fort à très moyen selon IRL

MessagePosté le: Mar 10 Juil 2012 - 17:29    Sujet du message: Chez Vaan Adiel Répondre en citant

Je restais scotché dans mon canapé. ID et M-1012 ? Ensemble ?

- Vivant... il est... le clone M est...

J'en laissai tomber la télécommande.

- Et ben ça alors...

Pour je ne sais quelle raison, je jetai un coup d'oeil à mon bipeur. Non pas que j'espérais intervenir pour des blesser. Après tout, mon congés durait jusqu'au lendemain matin, 8h. Soyons honnête, bien sûr que je voulais y aller ! Id, M-1012... Un duo de yeux bleus. Un duo des miens. Ou du moins, d'un clone des miens pour ce qui était de M-1012.

Je fus soudainement tout excité à l'idée de reprendre le travail et d'augmenter mes chances de les croiser. Je me sentais pousser des ailes. Je me surpris à applaudir devant mon écran de télévision. Ils sont vivants ! Je me levais d'un bon.


- Il faut...

Mon cœur se mit à battre. Sans réfléchir, j'attrapai une veste. Sur place. Il le fallait. J'en ressentais un grand besoin !

Je quittai donc mon appartement et traversa en trombe le palier, sans me demander si j'étais toujours surveillé.

_________________________________________________________________
Laure Dubois
Clémence Destrées
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:16    Sujet du message: Chez Vaan Adiel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Imaginarium Index du Forum -> Archives de nos anciens RPG -> Metropolis Everest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 312, 13, 14  >
Page 1 sur 14

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
© Design et Contexte général : Siana - crédits
Toutes reproductions (intégrales ou en partie) du contenu et du code sont interdites.